Translate

samedi 21 septembre 2019

Spike Jones & His City Slickers - Spike m'a Tuer et j'en redemande (Même que je le garde)


Ce disque il en a plein des histoires.
Mon ami de college qui me le fait connaitre le Spike.
Il me prête l'album ... je l'ai encore, bien caché, sous les bouteilles, avec les autres vinyles.

Mes enfants, ma Catherine... nous le passions souvent, période apéro euphorique, à danser autour de la table comme des couillons.

Quand on est tombé dans les Tex Avery, les délires des Monty, quand l'appel de la déconne est le plus fort, on ne soupçonne pas qu'en plus vous avez à faire à de sacrés pointures.

L'air de rien ça plante des graines qui ne demanderont qu'à pousser vers des musiques qui donnent envie...
Je suis tombé amoureux de "Kiss Madame" "Black Bottom"... faut dire que j'ai toujours été moderne.

Dernier épisode.
Cet ancien ami grâce à FaceBook (ben oui) est devenu un nouveau vieil ami. Le monsieur il habite en Australie, suivez mon regard, un amateur de Spike Jones qui vit la tête en bas!! Logique.

Nouveau? Nous nous sommes vus il y a peu lors d'un de ces retours (ou allers?) vers notre beau pays.

En ce jour solennel, quarante-cinq ans plus tard, il m'a dit
- C'est bon, garde le.

je lui dois bien une copie, et comme vous êtes dans le cercle, le voici.
Accompagné par un double.

Y a-t'il une p***tain de vidéo sur ces hurluberlus? Car imaginez!! C'est du live.

01. Spike Jones & His City Slickers - Assassine Les Modernes - I Kiss Your Hand Madame



02. Spike Jones & His City Slickers - Assassine Les Modernes - Hotcha Cornia



03. Spike Jones & His City Slickers - Assassine Les Modernes - Black Bottom



04. Spike Jones & His City Slickers - Assassine Les Modernes - Hawaiian War Chant



05. Spike Jones & His City Slickers - Assassine Les Modernes - That Old Black Magic












That's all folks?

Meuuuh non, pour les zabonés (une faute rigolote - si si - pour cacher l'absence de recherche de la bonne orthographe)

Ciao Fabrice


2 commentaires:

  1. L'amateur de musique classique que je suis garde un souvenir ému de son William Tell's Overture jouée comme un commentaire de course hippique. Ému et un peu vague, c'était y a longtemps. Mais c'était trop cool. Y avait aussi Hawaiian War Chant sur le disque ''spelled backward Ulul''
    Ha ! Trop cool tout ça, vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .. Et ses reprises des "modernes" avec tout le kitsch, parfois tu ne sais plus si l'original n'est pas parodique et si les reprises énergiques ne sont pas du bon gros jazz new-orleans . Par contre son look, surtout jeune, tu as quelque chose de terrifiant si tu regardes avec un oeil Stephen King.

      Supprimer