lundi 3 février 2014

Let Me Entertain You


Tout commence avec l'idée d'une chronique pas très gentil de ma part, le truc taquin, lorsque je tombe sur cette pochette sur le site de "All Music", uniquement quand le site ne sait pas afficher un résultat attendu avec ce message déjà bien cruel:
"Oops Billy Joel Ne voulait pas que vous découvriez cette pochette"
Renseignement pris, ce disque existait vraiment, concourant à l'album le plus laid, musique comprise.

J'ai craqué, j'ai trouvé l'album et je l'ai même écoute. La musique est quand même moins drôle que le concept de la pochette.
Sauf à avoir assumé une tendance suicidaire pour donner une indication du contenu.

Écoutez moi ce titre, ne serait que le "titre"
001. Attila (Billy Joel) - Attila -  Wonder Woman
http://www40.zippyshare.com/v/27181314/file.html

Donc de quoi se taper une bonne tranche de rigolade, un Billy Joel dans un costume improbable moyen ageux entouré de carcasse de viande (Je sais vous avez la photo sous les yeux, mais je précise pour les mal voyant, ce sont bien des carcasses...)

Pris à mon propre piège: C'est que je l'aime bien le Billy Joël. 
Je suis un quasi inconditionnel de cette tradition de chanteur à la Tom Jones, Neil Diamond, Elton John pour les hommes.
Des Shirley Bassey, Barbra Streisand (Oui, ben quoi)
Ils font le job comme on dit. C'est quoi le job?
Les planches mon petit gars: De bonnes chansons, une envie d'en découdre avec la morosité du spectateur qui entre avec ses soucis pour de titre en titre, de mélodies familières en énergie communicative vivre un bon moment.

Billy Joel en fait largement parti. Et je lui reconnais une fibre partagée pas de nombreux confrères dans des genres si différents: NEW YORK.

C'est un enfant de NEW YORK, Il a pris l'arôme de Broadway avenue, de la 5eme. D'autres artistes ont cherché l'inspiration dans d'autres quartiers.

Mais en commun.... Cette ville que je fantasme, une ville qui oblige au BIGGER THAN LIFE ou bien au DIFFERENT THAN LIFE.

Billy Joel à écrit une grosse poignée de putains de grandes chansons et je ne pouvais pas me contenter de me payer sa poire sans ajouter, mieux qu'un Best Of, cette prestation récente et pleine de sève en concert au Madison.
Sur scène, comme Springsteen à sa façon, une grande place pour le Piano, un groupe de vétéran qui cette fois ci pousse Billy à quitter le pilotage automatique pour montrer aux spectateurs, aux auditeurs, qu'il les aime ses chansons et que cette fois ci, si on pouvait l'écouter et un peu oublier "Honesty"

Allez au moins celle ci
007. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  Goodnight Saigon

Il s'y trouve toute la musique qui fait de Billy Joël, un vrai, un grand, ENTERTAINER!!

Allez, on oubli ses préjugés, on oubli Attila, et on se laisse séduire/divertir 

Donc le premier lien ATTILA, si vous êtes un peu masochiste ou curieux ou ...

Et donc le live





001. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  Angry Young Man
002. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  My Life
003. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  The Entertainer
004. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  New York State Of Mind
005. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  Zanzibar
006. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd1 -  Allentown
007. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  Goodnight Saigon
008. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  Scenes From An Italian Restaurant
009. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  Piano Man
010. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  And So It Goes
011. Billy Joel - 12 Gardens Live Cd2 -  It's Still Rock And Roll To Me












19 commentaires:

  1. Attila for ever !
    Les oeuvres de jeunesse m'ont toujours attiré, je vais tenter l'expérience d'autant que je n'arrive pas à croire qu'un mec comme Billy Joel (sans tréma, SVP) ait commis le pire album de l'histoire du rock'n'roll, ça parait juste IMPOSSIBLE.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Keith n'a pas tord sur sa description de la musique. Ça arrive à casser une brique ou deux.

      Supprimer
    2. Ho, au fait Antoine, rien à voir avec BiJo mais, tu as essayé l'album de The Band que j'ai posté aujourd'hui ?

      Supprimer
    3. Ni pris ni essayé, mais par rapport aux précédents, tu le conseilles particulièrement?

      Supprimer
    4. Vu ce que tu avais dit de Music from the Big Pink et de l'éponyme, oui.
      Et puis, tu n'as qu'à lire la chronique, tout y est ! ^_^

      Supprimer
  2. On ne devrait jamais se fier aux pochettes de disques.
    Par curiosité, j'ai chargé celui d'Attila Joel et je dois bien admettre qu'il n'est pas si mal que ça.
    Pour ceux qui hésitent : il s'agit d'un hard rock très efficace et très ancré dans les sonorités des années 70. Si la guitare électrique est tranchante, les claviers se taillent la part du lion. La voix est puissante, éraillée juste comme il faut.
    Ce n'est pas l'album du siècle non plus, mais il mérite une écoute attentive et nostalgique.
    Bon, la pochette, on en reparlera un autre jour !!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme raconté à Zorno, bien entendu, heu je veux dire, bien vu la description. Mais le concept de la pochette ...

      Supprimer
    2. Hey, Keith, pour information, c'est un duo orgue/batterie. Ce que tu prends pour de la guitare électrique est en fait un Hammond avec des effets branché sur un marshall. ;-)

      Supprimer
    3. Ben, ça le fait quand même !!!!!

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Je l'ai écouté et je n'ai pu m'empêcher d'en faire une petite chronique après, la voici :

    Comme quoi une réputation tient parfois à pas grand-chose. Prenez l'Attila de Billy Joel, une pochette ridicule, une musique anecdotique et, surtout !, un leader connu pour tout autre chose ensuite et vous obtenez ce que certains considèrent comme le pire album de l'histoire du Rock'n'Roll.

    Pire album de l'histoire du Rock'n'Roll, vraiment ? Ca va loin là ! Parce que, honnêtement, ce hard rock typique de la toute fin des années 60 et du tout début des années 70 ne mérite pas ça ! On y retrouve un Billy Joel s'égosillant franchement, jouant de sur son orgue souvent filtré par de multiples effets et branché sur un bon gros Marshall deux-corps qui, du coup, sonne souvent comme une guitare électrique. On y retrouve aussi un batteur badaboumant à tout va, Jon Small et oubliant ce faisant tout art de la nuance.
    Vous me direz, le hard rock et l'art de la nuance, ça fait souvent deux, et vous n'aurez pas tort, mais, franchement, depuis plus de 3 décennies que je me plonge dans les méandres de l'improbable et de l'inattendu, j'ai entendu bien pire, bien bien pire ! Alors oui, c'est vieillot, les paroles ne sont pas bien finaudes et ça prête, conséquemment souvent à sourire. D'autant que la production flirte plus souvent avec l'amateurisme qu'avec la haute-fidélité mais, parce qu'il y a un "mais", ça s'écoute bien. Et si Billy Joel a depuis renié la chose, enfin, pas tout à fait puisqu'un titre figure sur son coffret de 2005, My Lives, c'est sans doute en le considérant comme un faux-pas de jeunesse et, sans doute, une étape pas inutile pour celui qui deviendra, pour simplifier, l'Elton John américain.

    Alors non, mille fois non, Attila, unique album d'Attila n'est pas le plus mauvais album de l'histoire du Rock'n'Roll, probablement même pas le plus mauvais album de l'année 1970, juste une galette anecdotique d'un hard rock d'un autre temps par des musiciens manquant encore de maturité et de vision artistique. En résumé, Attila est fun et ce n'est déjà pas si mal. Avis aux amateurs !

    RépondreSupprimer
  5. Là, j'ai peur que ça aille trop loin pour moi. Je ne veux pas partir dans des discussions sans fin, mais Billy Joel, c'est vraiment un gros mot à mes oreilles et cette pochette fait peur à mon disque dur! Sans violence et sans haine...

    RépondreSupprimer
  6. Ouch !

    PS : en fait c'est un peu court comme commentaire, je m'en rends bien compte. Mais, un peu comme Jimmy, Billy Joel, avec ou sans tréma, comment dire ? Euh...Bref, même en hard-rockeur débutant j'ai peur que...

    Et puis c'est dingue mais en écoutant Wonder woman j''ai d'atroces visions de corsage métallique aux couleurs du drapeau américain. Un cauchemar.

    Sérieusement, le morceau ça passe mais c'est finalement tellement anecdotique que je moi aussi je passe. Quand même je te suis reconnaissant de m'avoir appris que Billy Joeël - avec et sans tréma dans le doute - a fait du hard-rock.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais : évidemment je suis complètement d'accord avec toi quant à la pochette. Attila avec une coiffure grand siècle, la classe ! Attila meets Louis XIV, ah ah ah .

      Supprimer
  7. Pas par paresse de réponse. Je groupe mon commentaire car je connais cette réaction à Billy Joel (sans Trauma) je la trouve intéressante par son excès.
    Il a fait quelques albums de qualité.
    Pour faire court, car il est aussi possible d'être allergique au genre, il y a chez Ben Fold une bonne filiation, de bonnes chansons pop accompagnées au piano, ça peut le faire...
    ... Honnêtemennnnnnnnnnnnnnnt

    RépondreSupprimer
  8. Bon, bah faut bien que je te dise, que j'adore les albums de Billy Joel.. et même plus encore Elton John.. comment dire... ils font leur job... :D
    Ces baladins du piano font la chansonnettes en tant que telle et c'est normal qu'il y en ait plein qui rejette.

    Randy Newman, Chris DeBurg.. j'adore aussi..puis plein d'autres après, comme tu dis.. j'avais découvert Aqualung (2002 chez B-Unique records).. puis McRae, puis surtout un fils spirituel de tous ceux là, Ed Harcourt entre autre..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De là à penser que HONESTY l'a grillé auprès des ... des qui au fait?

      Supprimer