samedi 30 novembre 2013

Gen esis - Book Of Gen esis




Bon, j'ai mon prochain post qui prend du retard. Une bonne partie d'exploration pour moi et je ne veux pas rater l'entrer du monsieur, tellement à écouter, aimer et découvrir.

Et le jeu des "Mangeurs De Disques" qui s'achève, donc ce n'est pas encore pour ce Week-End que nous entendrons le télescopage de Mannox et Saxiphine. (Ni le prochain, je serai bien absent)

Bon, alors, go pour un péché mignon et un truc improbable, limite pas autorisé et probablement qui laissera une grande majorité indifférente et une forte minorité hostile.

Mais, comment dire, j'ai ici ce que j'aurai aimé faire.

C'est un Soulseeker, amoureux fou de Prog-Rock, qui nous a envoyé ce message pour nous signaler cette compilation extravagante.

J'ai fait un peu de recherche sur le net et n'ai rien trouvé. Je soupçonne ce membre d'avoir fait ses propres montages avec en sus quelques titres intègres.

Mais voilà, il l'a fait dans l'esprit comme je l'aime : il a été cherché la quintessence mélodique de Gene Sis. Comme si il cherchait à répéter l'esprit de "Cinema Show" sur les albums de l'Après Gabriel.
Et il y arrive le bougre.
Ce groupe a une fibre belle mélodie dans toutes ses compositions. Juste qu'avec les années 80 j'imagine qu'il fallait placer ce talent dans la chanson.

Je reste un inconditionnel de

"A Trick Of The Tail" et ses éclats de lumière que sont Los Endos et cette éruption si lente à nous atteindre qu'est "Squonk" sans oublier toutes ces vignettes sous lumières diffuses qui devaient rejoindre cette si belle brume des légendes..

"Wind And Wuthering" qui devait perpétuer ces comptines au parfum d'une enfance dans sa bulle rose, les malheurs de Sophie mais ce n'est pas grave.

"Duke" La pochette annonce une volonté d'échapper à la douce torpeur. Ce que j'ai pu le pousser en volume sur ses parties instrumentales et cette batterie, les enfants.

("And Then There Were Three" avec quelques beaux restes et "Abacab" assez crapuleux)

Je continue à écouter ces trois albums avec autant de plaisir. Alors quand j'ai compris la démarche du Soulseeker, j'ai adhéré et tant pis si cela ne se fait pas de déconstruire et reconstruire pour ne conserver que les éblouissements tout en laissant les plages de repos pour reprendre de plus belle le voyage.

Je n'ai pas tout écouté, j'imagine que sa démarche continue vers les albums que j'ai moins aimé même si je pense qu'ils ont rempli leurs fonctions tiroir caisse d'un groupe qui aura au moins réussi à se tenir à flot, là où mes chouchous de VDGG ne pouvaient que compter sur le noyau de Fanamateurs que nous étions, mais pas assez pour vivre de leur musique.

Bon, je vous laisse avec ce cocktail. Surtout ne secouez ni ne mélangez. Il y a du sucre au fond, mais le reste est chatoyant et parfois même davantage.


001. Gen esis - Book Of Gen esis -  Wind And Wuthering
http://www49.zippyshare.com/v/1767727/file.html
002. Gen esis - Book Of Gen esis -  After The Wind
http://www49.zippyshare.com/v/27642263/file.html
003. Gen esis - Book Of Gen esis -  The Duke
http://www49.zippyshare.com/v/6509348/file.html

Track L1st

01. 1ntr0
02. Unqu1et Slumber F0r The Sleepe
03. Bl00d 0n The R00ft0ps
04. The Ta1l
05. A Tr1ck 0f The Mad Man M00n
06. R0bbery, Assault And Battery
07. W1nd And Wuther1ng
08. L0s End0s
09. A Entangled 0f R1pples
10. Squ0nk
11. P1ge0ns
12. All 1n R1pples
13. 1t's Y0urself
14. G0d 1f 1 Saw Her N0w
15. Wh1te M0unta1n
16. L00k1ng F0r S0me0ne
17. V1s10ns 0f Dusk At The M0unta1
18. Stagnat10n
19. Dusk
20. V1s10ns 0f Angels
21. The Kn1fe
22. Ev1l Jam
23. Happy The Man
24. Tw1l1ght Aleh0use
25. 1ns1de And 0ut
26. The Lady L1es
27. Burn1ng H0pe
28. After The W1nd
29. Deep 1n The M0therl0de
30. The Duke
31. Submar1ne
32. Keep The M00n 1n Darkness
33. Y0u M1ght L1ke 1t 0r N0t
34. Abacab
35. Turn 1t 0n Aga1n
36. That's All
37. 1n The Gl0w 0f The N1ght
38. 1t's G0nna Get Better
39. Just A 1llegal Mama Tak1ng 1t
40. Me And Sarah Jane
41. S1lver Ra1nb0w
42. An0ther Rec0rd
43. Paperlate
44. N0 S0n 0f M1ne
45. 1nv1s1ble T0uch
46. F0ll0w Y0u F0ll0w Me
47. The Braz1l1an
48. The Last B0at







samedi 23 novembre 2013

Quand Soudain, quand enfin. SEPULTURA



Encore ? Encore !
Mais dans la virée tiquetteuse métaleuse j'avais déjà repéré quelques escales où m'attarder.
Rappel : Ces thématiques (Fleuve Jazz, Tiquette et bientôt Opéra que je vous aime) me permettent à travers les textes d'osciller entre faire partager ce que j'ai aimé et découvrir ce que je vais bientôt aimer.
Tout est une question de réputation et information extérieures combinées avec l'humeur et le feeling du moment en passant par l'apprentissage.
Important l'apprentissage quand on a pour objectif de prendre plaisir à écouter tout ce qui mérite de l'être. L'apprentissage c'est les différents paliers d'écoute pour augmenter les références en mémoire.
Et ensuite aborder un terrain inconnu mais avec suffisamment de repères pour ne pas être mis sur le côté à regarder partir au loin ses chances de bonheur, de réjouissance … allez, même de jouissance.
Ça me fait penser à cette réflexion de Bruford qui évoque la facilité aujourd'hui d’accéder à toute les musiques. Avec le danger de ne plus prendre le temps de s'attarder sur un disque car un autre nous réclame déjà.
Quand pouvons nous arrêter d'écouter un disque ?
Pourquoi devons nous continuer à l'écouter ?
Y reviendrons nous ?
Qui a commandé ce steak ?
J'ai les réponses.
A suivre

Lors de ma promenade j'étais impatient . J'ai écouté sans déplaisir mais sans grande surprise Manilla Road, Candlemass, Savage Grace & Megadeth.
Et puis les voilà !
RESPECT.
Sepultura, je savais que je n'aimerai pas tout de suite.
Vous entendez parfois l'argument qui explique que lire sur la musique, connaître les artistes n'est pas nécessaire pour l'écoute. L'oeuvre reste seule avec votre compréhension, feeling et ouverture d'esprit.
Non. C'est comme pour la pochette. La pochette fait partie de la musique alors pourquoi pas aussi le contexte ?
Sepultura c'est avant tout ma découverte de ce disque à la FNAC alors que nous traînions avec un ami dans les rayons. Quand soudain ce faux chaos sonore qui envahi l'étage. Nous ne comprenions pas et nous nous étions rapidement dirigés vers la source : pochette exposée, les enceintes qui hurlent et aux alentour des employés, des clients à leurs occupations, comme de rien. Surréaliste. Déchirure spatio-temporelle. Je ne vois que ça.
Pause de 17 années durant lesquelles je m'informe sans plus jamais vraiment écouter.
Sepultura.
Un groupe de métal Brésilien qui démarre en pleine dictature, dans une société où avoir les cheveux longs, jouer du Hard c'est se ranger parmi les asociaux. Sepultura un groupe qui lentement s'engage auprès des Indiens. Sepultura un groupe de metal qui s'en émancipera pour atteindre ce chef d'oeuvre : ROOTS, qui trouve ses racines rythmiques sans renier son passé.
Sepultura qui conservera du Metal, d'où mes autres écoutes, ce jeu de variations sans pitié, entre le ralenti et les explosions. Le cri au lieu du chant.
Sepultura s'est forgé un caractère unique. Pas de place pour l'humour ou faire les guignols, attitude crâne et noblesse dans posture et écriture.
Ce matin j'ai profité de mes oreilles toute fraîches et d'un état un peu vaporeux because le "beaujolais est arrivé" pour entrer, enfin prêt, dans ROOTS.
J'ai pu enfin participer et magnifier ce moment d'audition.
Des images :
Aguirre la colère de dieu ?
Une forêt d'Amazonie sauvage et terrifiante et aussi victime sans réelle défense. Ses indiens qui reculent avec elle comme absorbés dans un trou noir.
ROOTS participe à son cri de colère impuissant.
J'ai mis plus de quinze ans à aimer ce disque. Mais ça valait le coup.
Et comment espérer convaincre les réfractaires en un seul papier ?

Deux titres avant de plonger dans la fureur encore sous le fondu du métal brulant:

"Itsari" joué en "live" avec les indiens Xavantes, tout en sécheresse au rythme d'une cérémonie de guérison.
"Ratamahatta" pour basculer avec une lenteur soudaine vers le cri en découvrant des percussions, terribles les percussions... Et cette terre qui se soulève avant de lâcher le groupe sur nos petites cervelles déjà toute en stupeur.
Mais à part la musique, un autre phénomène ?
Oui, mais je n'ai plus le temps d'en parler.
A découvrir.



001. Sepultura - Roots -  Roots Bloody Roots
http://www43.zippyshare.com/v/73148133/file.html
002. Sepultura - Roots -  Attitude
http://www43.zippyshare.com/v/98827586/file.html
003. Sepultura - Roots -  Ratamahatta
http://www43.zippyshare.com/v/79931452/file.html
004. Sepultura - Roots -  Lookaway
http://www43.zippyshare.com/v/9034593/file.html
005. Sepultura - Roots -  Itsari
http://www43.zippyshare.com/v/39684258/file.html




dimanche 17 novembre 2013

L'escouade Mangeurs de disques est repartie pour une quinzaine de folie, ils reviennent encore plus nombreux.

Je n'en serai pas, pas assez de cartouches pour assurer cet assaut qui sera encore plus spectaculaire que précédemment.
Mais rien ne m’empêchera d'aller y goûter et même de découvrir le plaisir de découvrir le plaisir de découvrir le ... Haaaargh cette phrase ne veut pas se finir.
Bon, vous m'avez compris!!



Et à leur tête

Arewenotmen?, Everett W. Gilles, Sorgual & Jimmy Jimi:
http://le-club-des-mangeurs-de-disques.blogspot.fr/

Audiolemok pour Audiolemok :
http://audiolemok.blogspot.fr/

L'Ami Du Vin De Table pour La Cave A Zic :
http://lacavazic.blogspot.fr/

Francky pour Muziks Et Cultures :
http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/

Es Chris (alias Bidibulette) pour Ma Petite Boîte A Musiques :
http://mapetiteboiteamusiques.blogspot.fr

Rabbit, Manolito, Leoluce et Inoui (à tour de rôle, si j'ai bien compris) pour Des Cendres A La Cave :
http://descendresalacave.blogspot.fr/

Alexandre et Etienne pour La Pop D'Alexandre Et Etienne :
http://lapopdalexandreetetienne.blogspot.fr/

Toorsch' pour Les Chroniques De Toorsch' :
http://toorsch.blogspot.fr/

Sadaya pour Impulsions Electriques :
http://impulsionselectriques.blogspot.fr/

Le Zornophage pour Mangemesdix :
http://mangemesdix.blogspot.fr/

Fracas pour Le Blog De Fracas 64 :
http://fracas64.blogspot.fr/

Charlu pour Les Chroniques De Charlu :
http://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/

Pascal Georges pour Life Sensations In Music :
http://lifesensationsinmusic.blogspot.fr/

Appro pour Approximative But Fair :
http://approxbutfair.99k.org/

Keith Michards pour Les Jolies Compiles De Keith Michards :
http://keith-michards-compiles.blogspot.fr/

Till pour This Beautiful Downgrade :
http://thisbeautifuldowngrade.blogspot.fr/

Sb pour Nova Express :
http://novaexpressmusique.blogspot.fr/

Vincent pour La Musique A Papa :
http://lamusiqueapapa.blogspot.fr/

Jeepeedee pour Jeepeedee Rips :
http://jeepeedee.blogspot.fr/

Warfleloup pour Terre Du Loup :
http://terreduloup.blogspot.fr/

Quitte à être lourd, autant s'ensombrer. la route est droite mais la pente est profonde

Me revoilà avec mes Métalleux. (Texte écrit lors de ma coupure Internet)

Pourquoi s'y attarder ? Parce qu'à la recherche d'un fil qui passe par quelques trucs monumentaux que j'ai loupés pour ensuite me promener – via le fil MUSIQUE – et atteindre les artistes annonçant leur perception des forces telluriques, la bande son pour donner davantage d'épaisseur aux messages de Lovecraft.

Oui, rien que ça.

Donc raccrochons mes wagons. Quand je regarde les artistes que je vais couvrir je vais faire une fois de plus l'expérience du regard en arrière pour observer mes assiduités aux rock s'estomper année après année. Après tout, un blog c'est pour se raconter (et se relire!) et en suivant le fil de ce Heavy Metal je constate donc mes rendez vous ratés : Black Sabbath.
Et intéressants, les références qui se perdent dans le brouillard, des groupes que j'ai bien connus puis suivis de loin en loin, ceux dont le nom me dit encore quelque chose, les découvertes accidentelles, les écoutes de mon fiston et pour finir les totalement inconnus, jamais entendu parler... Le trou noir, celui que je n'ose approcher.

GO.

Pour la jonction entre le Hard Rock et le Heavy Metal, je me ferai bien un Scorpion(s). Le Virgin Killer, à la pochette qui fait parler d'elle, je l'ai. Et aimé, encore plein de Deep Purple en tête, pas encore trop de Led Zeppelin.
Alors pour mon plaisir, "Pictured Life" en live. "Fly To The Rainbow" pour dire au revoir – c'est le fil qui veut ça – au rock inspiré par les envolées à la Hendrix.
Un morceau plus ramassé que je ne connaissais pas "He's A Woman, She's A Man". Bien. De quel studio est tiré ce titre ? Ha merde, plus de Internet, là ça manque. Un solo final à la Blue Oyster Cult.

Suivant !
Judas Priest. En d'autre temps, j'aurai pu aimer. Maintenant que j'écoute leur album phare "British Steel" je me dis que rencontré dans ma période Rock Macho avec les Bad Company, le disque n'aurait pas quitté la platine de sitôt.
"Breaking The Law" et son intro à la US Rock, vous savez les trucs à la Pat Benetar. Je supporte bien son vocal pas trop porté dans les aigus qui en général m'énervent.
Chouette.
Avec le recul de mon grand age pas trop innovant, fait pour ceux qui ont plutôt baigné dans le Hard Rock 70's.

Next !
Saxon. Il y a eu au passage, un "This Is … Saxon" spécialité de notre ami Keith Michard qui m'a déjà sympathiquement convaincu que je n'aurai pas non plus détesté connaître à l'époque où je me gavais de Trust et de AC/DC.
C'est à dire rien de dérangeant pour ma génération 70's.  Et là, maintenant, je me dis que si tout avance comme ça, je vais débarquer sur la planète DRONE sans même m'en rendre compte. Bon avant de passer à la suite, une moto qui passe et un titre qui décolle du bitume : "Motorcycle Man"

Iron Maiden.
Je commence à entrer dans l'espace sonore du fiston. Mais si j'écoute les papiers, voici un groupe qui connaîtra plusieurs époques, plusieurs détracteurs et moi, je décide pour mon écoute ici superficielle de prendre l'album qui dévale, qui détale.
Épique, une véritable chevauchée basse batterie. "The Number Of The Beast" n'est peut-être pas le plus subtile mais alors quelle efficacité, quelle excitation. Je retrouve les accélération à la Deep Purple (Encore!) avec peut-être encore davantage de jus dans les jambes. Et puis marrant ce personnage grand-guignol.

Au fait, pour l'amoureux de Led Zep, c'est ce côté imagerie grotesque qui me fera éviter Iron, alors que chez Led Zep, au moins, c'était sérieux.
Hum... quoique, il y a ici peut-être de ma part un manque de discernement, le sérieux de Zep sur les thèmes d'occultisme n'est pas obligatoirement moins ridicule.

Venom. Je devine à défaut de savoir.
Comme si l'esprit qui anime des groupes comme les Cramps était venu titiller ce Hard Rock là. Une musique au trait sombre forcé, une recherche de sauvagerie et des thèmes satanistes pour faciliter la posture.
Et je retiens ce côté monochrome jouant avec les nuances de gris foncés et de noir … clair ?

Et j'ai cité les Cramps, car c'est grâce au plaisir que j'ai à les entendre que j'ai trouvé une entrée dans cet album. Son histoire m'apprend qu'il s'agit bien plus de calcul que de réel folie. Pas grave, cela change des contrastes colorés des Deep Purple à Iron Maiden pour citer. Ensuite je ne renie pas l'influence des pochettes, comme une traduction en image des sons à écouter.

Accept, enchaîne bien. Moins déroutant que Venom, plus proche de ce que j'écoutais mais avec la même volonté de "simplifier" le discours, peu de lyrisme.
Un peu quand même dans certains soli, un titre comme "Princess Of The Dawn" au parfum AC/DC & Trust a son petit effet mélodique vers la fin. Rien de bien grave. Je me disais quand même, il y a des riff lourd de rock qui résiste au temps.

Bon, toute cette partie du chemin, pour atteindre un groupe que je me serai contenter de connaître de nom si la chambre de mon fils avait été mieux insonorisé. Mais comme je ne suis pas bricoleur …
Metallica.
Le genre de groupe qui me donne tord quand je dis que mon époque c'était bien mieux qu'avant pendant après bla bla bla...
Fini, je n'aimerai pas et dégusterai Metallica comme je l'ai fait pour les Aerosmith, Blue Oyster Cult, Led Zep mais cela aurait pu.
En tout cas on touche à un truc au dessus de la mêlé, un genre de Scrum Rock.

Alors comme je n'aurai jamais l'occasion de les découvrir au fur et à mesure des sorties d'albums, je me contente de faire semblant comme on peut en 2013.
Je pense à mon fiston, gros fan, qui est né deux après "Kill 'em All" … comme quoi.
Comme quoi quoi? Ben quoi, quoi!

Et si j'ai réussi à planter la musique de Elvis Costello dans la mémoire de Dame Devant, mon fiston lui l'a fait avec Metallica, dans cette même belle tête.
Ils les ont même vu il y a peu au Stade De France.

Je n'y étais pas, pas envie, trop tôt ? Trop tard ? N'empêche que je me découvrirai bien un groupe en première partie assez impressionnant : Gojira.

Bon, et si je commençais par le premier album. Hein ? Kill Them All!
Super première bonne impression : l'équivalent du "Appetite.." des Gun's Roses. De l'urgence et de la richesse, de l'énergie mais assez de ruptures pour surprendre l'auditeur, pas de lassitude....
Et comme on n'a jamais deux fois l'occasion de faire une bonne première impression.

GÉANT

Bon, repos et à suivre.

001. Judas Priest - British Steel [30th Anniversary Deluxe Edition] [disc 1] -  Metal Gods
http://www73.zippyshare.com/v/59259273/file.html
002. Judas Priest - British Steel [30th Anniversary Deluxe Edition] [disc 1] -  Breaking The Law
http://www73.zippyshare.com/v/51000959/file.html
003. Judas Priest - British Steel [30th Anniversary Deluxe Edition] [disc 1] -  Living After Midnight
http://www73.zippyshare.com/v/66523416/file.html

001. Scorpions - Tokyo Tapes  (Cd 1) -  Pictured Life
http://www68.zippyshare.com/v/70090119/file.html
002. Scorpions - Tokyo Tapes  (Cd 1) -  Fly To The Rainbow
http://www68.zippyshare.com/v/51950299/file.html
003. Scorpions - Tokyo Tapes  (Cd 2) -  He's A Woman, She's A Man
http://www68.zippyshare.com/v/62596330/file.html

001. Saxon - Wheels Of Steel -  Motorcylce Man
http://www29.zippyshare.com/v/65087636/file.html
002. Saxon - Wheels Of Steel -  747 (Strangers In The Night)
http://www29.zippyshare.com/v/66499069/file.html
003. Saxon - Wheels Of Steel -  Wheels Of Steel
http://www29.zippyshare.com/v/46375947/file.html

001. Iron Maiden - The Number Of The Beast -  22 Acacia Avenue
http://www29.zippyshare.com/v/67015467/file.html
002. Iron Maiden - The Number Of The Beast -  Run To The Hills
http://www29.zippyshare.com/v/92340357/file.html
003. Iron Maiden - The Number Of The Beast -  Gangland
http://www29.zippyshare.com/v/60077963/file.html

001. Venom - Black Metal (Reissue) -  Black Metal
http://www23.zippyshare.com/v/27517488/file.html
002. Venom - Black Metal (Reissue) -  Teacher's Pet
http://www23.zippyshare.com/v/88124958/file.html
003. Venom - Black Metal (Reissue) -  Countess Bathory
http://www23.zippyshare.com/v/19353548/file.html

001. Accept - Restless And Wild -  Fast As A Shark
http://www65.zippyshare.com/v/12696807/file.html
002. Accept - Restless And Wild -  Restless And Wild
http://www65.zippyshare.com/v/53554011/file.html
003. Accept - Restless And Wild -  Princess Of The Dawn
http://www65.zippyshare.com/v/22927289/file.html

001. Metallica - Kill 'em All -  The Four Horsemen
http://www40.zippyshare.com/v/24538925/file.html
002. Metallica - Kill 'em All -  Jump In The Fire
http://www40.zippyshare.com/v/6653487/file.html
003. Metallica - Kill 'em All -  Seek & Destroy
http://www40.zippyshare.com/v/292934/file.html




















jeudi 14 novembre 2013

Bande d'enfoirés (Dans le sens affectueux) vous auriez pu me le dire ...


Combien de fois, hein?
Combien de fois vous m'avez entendu pleurer sur la période KG: Larks, Starless & Red?
Si c'est pas mille fois alors c'est jamais.

Je m'en souviens comme hier, je pleurai ce retour froid de Crimson dans les années 80. Normal, qu'on me dit, Fripp ne pouvait que partir évoluer, fin des groupes Dinosaur (tiens? Dinosaur!) et bla, et bla et bla.

OK que je me disais.

Il aura fallu que je lise ce soir une page de la bio de Bruford qui évoquant "THRAK" écrit

Il s'agissait de compositions instrumentales centrées sur la guitare qui renvoyaient clairement à l'époque RED tout en suggérant la continuation d'une honorable tradition guitaristique représentée par Bert Weedon (Je ne connais pas, cette parenthèse est une incursion de votre serviteur DEVANT) ou Duane Eddy

Et voilà, tout Eddy (facile)

Merci Bill, sans toi, je ne retrouvai pas ce plaisir maintenu mais sans continuité que j'avais à m'éclater sur le son de la trilogie citée plus haut.

Et me voilà, obligé de faire ce billet pour râler un bon coup. Avec tous nos échanges, il y aurait pu y avoir l'un d'entre vous pour me répondre
"Arrête de chialer dans ta bière, et va nous écouter THRAK"

À celui là je dis merci. Heu, j'aurai dit merci, mais cela n'a pu avoir lieu que dans un monde parallèle, pas dans celui ci.

Alors?

A part ça, j'ai deux surprises:
Surprise 1: Le fait que Fripp (& co) ait fait ce bond en arrière dans le temps, avec tout ce qu'il a pu nous raconter sur le pourquoi de la séparation de Crimson vers 74/75.
Surprise 2: Le dico Assayas qui évoque cet album comme innovateur.

Donc je ne vous dit pas merci, mais je vous aime quand même.

(Hé: classé en position 88 dans le Billboard, tout de même)

PS: Peut-être que c'est moi et que je vais me les refaire les glaçons que me semblent être: "Discipline" à Co? Avec davantage de basse et de volume?


Et quelques titres

001. King Crimson - THRAK -  Dinosaur
http://www1.zippyshare.com/v/7475365/file.html
002. King Crimson - THRAK -  Walking On Air
http://www1.zippyshare.com/v/32965778/file.html
003. King Crimson - THRAK -  Thrak
http://www1.zippyshare.com/v/37962864/file.html
004. King Crimson - THRAK -  Inner Garden Ii
http://www1.zippyshare.com/v/57890200/file.html
005. King Crimson - THRAK -  Vrooom Vrooom
http://www1.zippyshare.com/v/28264213/file.html


dimanche 3 novembre 2013

De Get happy à Gaitapis: La Saga des Tiquettes continue: Heavy Metal, ce n'est qu'un combat, reprenons le début... sinon...



Le Heavy Metal.  Voilà une tiquette qui pose, me pose des questions existentielles. Trop tard pour le Devantf ?

C'est bien possible. Je ne pense pas retrouver les émois ressenti à l'écoute de Led Zep et son "Since I've Been Loving You", où les envolées de Blackmoore.

Et en lisant l'article sur le Heavy Metal j'y ai vu la bifurcation que j'ai prise à l'époque.
Je n'aimais pas Black Sabbath, je sais pourquoi. La voix, je n'aimais pas la voix.
C'est maintenant que je me rends compte que mon attachement à la musique était très souvent ancré sur la voix, puis la guitare. Rien de bien original.

Aujourd'hui c'est différent, du moins ma démarche est de découvrir. Quelque soit le genre. D'où mon idée de fil conducteur : La Tiquette qui me pousse à chercher à travers l'enthousiasme des autres au moins une satisfaction d'écoute et tant mieux si cela entraîne même un véritable plaisir.

Alors je remonte le temps et cette fois ci prends l'autre chemin, celui ouvert par le Black Sabbath.
Heavy Metal pas Hard Rock !! Pas pareil !! Ha bon ? Disons que LOURD, RALENTISSEMENT, BRUYANT seront les ingrédients qui conduiront à...

Doucement, ne brûlons pas toute les étapes. Donc Paranoïd est un disque majeur, carrefour. Et vous êtes nombreux à me l'avoir dit.
Et merci donc. Car effectivement il y a de grands moments biens jouissifs, j'avoue, limite à regretter que personne a l'époque ne m'a fait écouter un IRON MAN en entier et je pense qu'à force, même le chanteur aurait fait mon affaire.

J'aime bien cette sensation de morceau rarement speed et  donnant une impression de descente de lave inexorable brûlant lentement mais tout sur son passage.
Bon, c'est que j'ai peu de référence pour mon texte, je vais devoir écouter pas mal de "nouveautés" pour moi : Iron maiden, Accept, Metallica, Megadeth, Venom, Judas Priest  entendus à travers la porte de la chambre du fiston. Il aura au moins réussi à me faire apprécier Metallica.

La liste n'est pas clause et plus j'approche du présent plus les noms se transforment en parfaits inconnus. Et voilà que je décide de tricher. Un peu comme lire la fin d'un livre, impatient de connaître la finalité de l'intrigue.

Emperor. J'ai en main un article supposé m'aider à entrer rapidement dans cet univers que je n'ai pas eu la patience de construire. Jugez plutôt la mise en condition :

Ce qu'Emperor cherche ici, et ce à quoi il paraît arriver pour peu que l'on adhère à la musique, c'est à faire surgir des lignes de forces hérités des temps immémoriaux. Parce que son exclusivement creusés les mythes et les légendes auxquels les Norvégiens d'origine rurale s'avèrent très sensibles, c'est toute la force et la puissance de la Nature que l'on croit ressentir là, à l'oeuvre, sous une avalanche d'arrangements d'essence symphonique fascinants.

Ça me fait penser à des articles de Mistermoods, quand lui aussi veut nous faire entrer dans la danse.

Bon, aujourd'hui je suis prêt. Je me cale dans mon fauteuil, vérifie la position de la Norvège, quelques images de Fjord, de Geyser, Montagnes, Cascades. Hop, un bonnet rouge sur la tête, de grosse chaussette... envoyez donc :
…............................................................................

Bon, c'est bien fait, je n'avais pas qu'à tricher. Cela m'a de suite fait penser à ma première écoute de Sepultura à la FNAC, un hasard en fait. Et là, il y avait du monde,
Rien à dire, cette musique est une véritable boule d'hostilité. Bien content qu'elle n'ait qu'une apparence sonore. Je veux bien croire que encore plus fort, sur des enceintes grandes comme des Sequoias, ça doit vous exploser la planète.
Un chant qui n'est plus qu'un cri à se brûler les cordes vocales, un fond de guitare, batterie et synthé au service du même objectif : le magma.

Plus de bonnet, plus de chaussettes, à poil, un air égaré, cherchant mon chemin en pleurant, la musique me poussant vers la sortie. Semblant m'expliquer que je ne suis pas encore prêt et malgré sa  terrifiante présence elle me guide vers ma discothèque virtuelle, me dépose sur le canapé et change le disque ….

… 30 ans en arrière. Un vieux Bee Gees, période Baroque Pop. Mélodie douce, piano, flûtes,  arrangement corde, vocaux en pleine harmonie. Se dessine sur mon visage à reconstruire un air béat.
Le dieu Black Metal m'a pris en pitié ! J'ai tout compris. Je vais retourner au carrefour, reprendre la route Black Sabbath et chercher sur mon Mediamonkey Iron Maiden et son "The Number Of The Beast".
Chaque chose en son temps, l'Emperor saura attendre dans la nuit froide et neigeuse. Je lui enverrai bien Tino Rossi et son Petit Papa Noël.




001. Black Sabbath - Planet Caravan
http://www13.zippyshare.com/v/53665688/file.html
002. Black Sabbath - Iron Man
http://www13.zippyshare.com/v/99471893/file.html
003. Black Sabbath - Rat Salad
http://www13.zippyshare.com/v/81476417/file.html
004. Black Sabbath - Fairies Wear Boots
http://www13.zippyshare.com/v/10685000/file.html




001. Emperor - The Burning Shadows Of Silence
http://www29.zippyshare.com/v/32854286/file.html
002. Emperor - Cosmic Keys To My Creations & Times
http://www29.zippyshare.com/v/36449520/file.html




001. Bee Gees - Let There Be Love
http://www42.zippyshare.com/v/92078631/file.html
002. Bee Gees - In The Summer Of His Years
http://www42.zippyshare.com/v/27444046/file.html
003. Bee Gees - Down To Earth
http://www42.zippyshare.com/v/53787569/file.html
004. Bee Gees - I've Gotta Get A Message To You
http://www42.zippyshare.com/v/17112962/file.html
005. Bee Gees - Kilburn Towers
http://www42.zippyshare.com/v/7002147/file.html

samedi 2 novembre 2013

1971, le Mississippi en crue, mais un si bon cru. Link Wray.



Faudra m'expliquer ce que l'année 1971 avait de particulier. Je dis ça car cette année là sort le "Sticky Fingers" des Stones, le "Teenage Head" des Flamin' Groovies .
Et voilà que je tombe sur un article de Magic Novembre 2011, un album de Link Wray y est exposé en ces termes
"J'ai toujours connu ses instrumentaux, mais ce disque n'a rien à voir, il délaisse le surf pour écrire de sublimes chansons de Rock & Roll. Il combine son incroyable technique de guitare et de voix, très belle en vérité. Il l'avait enregistré dans une cabane à l'arrière de sa maison, en invitant sa famille et ses amis à le rejoindre parfois..."
Comme c'est bien vrai tout ça. Et à l'écoute forcément je me demandais ce que 1971 avait de particulier. Le Mississippi a tant débordé que ça ? Tout le monde a été touché par ce mélange Ballade, Blues, Gospel, Country, Folk et donc Rock.
Quelle bouillie on se dit, non, pas de la bouillie, plutôt cette bonne boue humide et riche qui balaie tout et qui est pourtant si prompte à faire pousser les meilleures créations.

Je venais à peine de quitter l'univers de Townes Von Zandt, chaudement raconté par le Zorno (Son nom ces temps ci)
http://mangemesdix.blogspot.fr/2013/11/retour-sur-le-troubadour-maudit.html

Pour me retrouver d'une humeur parfaite pour le Link.


Ces envies parfois d'entendre craquer le bois, gratter la guitare et grincer les vieux bancs en bois lorsque le public se lève pour entamer ce genre de danse nonchalante qui rythme la respiration du fleuve.

Peut on placer les qualificatifs d'authentique et d'honnête sur de la musique aussi charnelle sans risquer de voir s'éloigner ceux que l'on souhaitait attirer vers de l'écoute ?
Je pose la question, oui, ici, poussez les chaises.
Autrement dit, si vous avez déjà dans les oreilles ce son poussé par les Stones et le Flamin', si vous en avez déjà goutté toutes les saveurs et qu'un autre cru vous tente.



001. Link Wray - Juke Box Mama.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/94614815/file.html
002. Link Wray - Fallin' Rain.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/64682484/file.html
003. Link Wray - Fire And Brimstone.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/17573723/file.html
004. Link Wray - Crowbar.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/78837906/file.html
005. Link Wray - Black River Swamp.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/3477881/file.html
006. Link Wray - Tail Dragger.mp3
http://www65.zippyshare.com/v/74579814/file.html