samedi 28 février 2015

Musique, Amour, Souvenirs, Chagrin (MASC #01)


Je ne devrai pas, me dit-on. Pourtant je l'aime. Alors je me souviens.

Notre dernier jour de l'an, chez mes chers amis. Je décide le slow. Catherine aime danser, j'aime la regarder danser. Mais la seule danse que je sais c'est le slow.
Je décide donc le slow.
Et quel titre.
Catherine a un faible pour Barry White, le héraut de l'amour charnel. Moi, je penche pour Al Green lui c'est le charnel amoureux.

Nous voici enlacé, dans le presque noir. Et nous dansons ...

001 Al Green - Let's Stay Together - How Can You Mend A Broken Heart

Je la serre fort, elle m'embrasse ... Et Al Green qui nous entraîne dans cette spirale de tendresse.
Que cela ne cesse jamais.

Vous croyez au signe du destin? Moi non plus. Mais rien ne nous interdit de jouer avec. Je ne savais pas que le titre de cette chanson était
"Comment réparer un coeur brisé"

Alors envahi par une émotion trop douloureuse, je me cherche quelque chose de plus mélancolique, comme pour une suite. Un chagrin positif pour reprendre un élan brisé, pour avancer, même avec difficulté.




001 Antony And The Johnsons - I am a bird Now - Bird Gerhl

Il y a dans ce titre quelque chose d'apaisé qui me permet de me tourner vers des moments joyeux et partagés.
Écoutez! Comme si ce moment d'abattement qui ouvre la chanson se transformait lentement en une lumière éclatante pour prendre un nouvel essor...



Je me souviens.
Catherine n'aimait pas l'opéra. Mais je réussissais parfois à lui faire apprécier.
Le coup de foudre! Dès que je l'ai vu je savais que je l'aimais. Je n'ai pas de talent artistique mais j'ai une sensibilité à la musique qui me permettait de l'utiliser pour palier à ma non créativité.
La musique me soufflait les mots tel Cyrano.
Le coup de foudre.
Des chansons sur l'amour, ça oui. Mais des chansons sur le coup de foudre!

Alors, je plaçais un siège au milieu du salon. je l'asseyais et lui disait, écoute il raconte ce que j'ai ressenti ce jour là, rue de Douai.

Elle était méfiante, la musique évidemment ...
Tandis que musique et texte défilent, je la prenais par la main et ....
au moment du "... j'étais inquiet.... je t'ai trouvé..." je serrai plus fort ces mains.
Et je savais qu'elle savait....

Merci M. Debussy.

001 Claude Debussy - Pelléas Et Mélisande Cd2 - Act 4 - Scene 4 - On Dirait Que...





Voilà.
Catherine

Quand j'ai vu le cercueil s'enfoncer dans la machinerie qui devait la transformer en cendre. Je me suis surpris à rêver.

Elle méritait du grandiose.

Catherine

Je t'aurai allongé et regardé une dernière fois, dans cette chemise rouge sang que j'aimais tant. Nous aurions pousser l'esquif vers le large.
Jessica aurait bandé son arc. Elle est douée Jessica, elle n'aurait pas raté la cible.

Et puisque je rêve, puisque c'est mon rêve. J'imagine le final du Chevalier à la Rose de Richard Strauss résonner.
Trois anges sexués. Trois beautés entonnant leurs chants ... et lorsque les voix s'envolent à l'unisson, alors seulement les flammes prendront l'ampleur et illumineront mon univers.

001 Strauss - Rosenkavalier - Finale (3_13à15)

Au revoir

Madame Mitre-Mary


dimanche 15 février 2015

12 Février 2015. Journal. J'ai mal au ventre....

Ce jour là, Catherine m'a définitivement quitté pour un endroit à lequel elle ne croyait pas et moi toujours pas.



Houuuu j'ai hésité écrire ceci. Venir appuyer sur cette dent malade, comme s'assurer que l'on a bien encore mal.

Retenir ses larmes me fait mal aussi.
Alors?
Alors comme j'aimerai bénéficier d'une variante du portrait de Dorian Gray. Mais sur le chagrin.
Mettre en ligne quelque chose de triste, y placer toute sa douleur et venir regarder sereinement son chagrin et puis repartir vivre...
Je pense à "Qui plume la lune"

Quand j'ai vu cette scène bouleversante, j'ai tenu à la retrouver avec la musique qui va avec. Ce fut une longue recherche et c'est mes copains des "papillons noirs" qui ont fini par trouver le titre de Cocciante. Ça date....

Cette scène, c'était devenu un jeu, je la montrai à Catherine, puis je lui passais le titre en entier.






Et nous parlions de notre départ, l'un avant l'autre, l'un moins triste que l'autre. Et moi en souriant je m'identifiais facilement à Darroussin. Je me projetais à 85 ans en train de pleurer ma mie.

Alors, mon rêve, serait de revenir voir cette vidéo, de regarder l'image de Darroussin de plus en plus malheureuse, entendre Cocciante se déchirer davantage.
Et moi, moi ... je n'aurai pas mal au ventre, je n'aurai pas les tempes dans un étau, les larmes qui mouillent les yeux, juste... mais qui ne débordent jamais

Elle tournait les pages
Et devant les images
Moi, j'oubliais mon âge
En oubliant le temps
C'était hier peut-être ?
Et nous sommes aujourd'hui
Derrière chaque fenêtre
Je la vois qui sourit 
 
Mais il n'y a plus de voyage
Plus de ciel sans nuage
Et je sais bien mon âge
Et je ne rêve plus
Et je suis seul sans elle
Et je m'ennuie sans elle
Et je vieillis sans elle
Et je me meurs sans rêve
Et je me meurs sans rêve

Les Amis me disent il n'y a pas de mot.
Non
Mais leurs timbres de voix qui me le disent font du bien
La famille, mon frère, ne trouvent pas les mots, mais en fait si, les mots ils les ont trouvés et je les engrangent comme des talismans

Et les amis me disent, il n'y a pas de mot;
Mais, les mots ils les trouvent. l'amitié est un torrent.

Christian, tes mots

Mais que te dire.......des mots? ajoutés aux habituels témoignages de sympathie et de condoléance, peuvent-ils réellement apaiser ton chagrin? J'en doute. 
Précarité de nos vies et absence de nos proches sont des angoisses qu'une fois révélées, on n'étouffe jamais plus vraiment... 
Mais pardessus tout, il reste cette sensation devant le souvenir des moments d'amour partagés avec un proche: château de cartes, pierres jetées au ciel, évolution des enfants, repas de famille, apéros avec des amis, sourires complices,.... 
et à notre mesure, une affirmation de notre dignité et de notre courage, comme en équilibre sur le fil de l'éternité avec pour tout balancier la volonté de vivre... pour les enfants, pour tes proches, pour nous.

Catherine était ma locomotive, et je me retrouve comme un wagon abandonné sur des rails désaffectés.
Mais un wagon ça tient sur ses rails, ce n'est pas difficile.

Bien entendu que j'espère ce texte un baume cathartique, ce n'est pas tous les jours que l'on peut employer ce joli terme.
Car voyez vous, je me sens comme une merde. (Oui, wagon n'était pas la plus belle formule mais là, forcément, j'hésite ...)


samedi 7 février 2015

Sinatra m'était compté (Dit l’âne dans un prêt)

Aka: une envie de calembour

Pre Scriptum: Pour ceux que davantage souhaite avoir, je droppe, je box... suffit de m'envoyer une adresse courriel pour être associé à la tournée.

Moi, je ne suis pas mécontent du dernier Bob Dylan. Il m'a réconcilié avec une partie de la carrière de Sinatra que j'ignorai, en tout cas que j'avais peu écouté.

On dira merci à deux chroniques sympas abordant les dernières trouvailles du Robert:

Une qui aborde le bonhomme
ICI

et l'autre qui continue dans sa saga des COVERS (J'adoooore)


Donc merci Dylan.
Plus précisément j'écoute par Dylan la chanson "I'm A Fool To Want You" et de suite je tombe sous le charme de la mélodie.
Comme le commente Jimmy
A la nuit tombée, avec un feu de cheminée, un bon cigare et un excellent cognac, il est parfait, ce disque!
Pas faux, essayez...

01. Bob Dylan - Shadows In The Night - I'm A Fool To Want You



Jeepeedee explique que ces chansons ont été interprétées par mon Franckie que je ne le savais pas!!
Alors je fonce

01. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 4) - I'm A Fool To Want You



Et le charme opère, encore et toujours. Que parle je de charme. Je devrai parler de fascination, de subjuguation, de sous l'emprise de...

Arrangements soyeux - importantes les cordes - voix unique et ...
... les fantasmes qui se matérialisent dans notre esprit un moment déconnecté de la réalité terrestre, sont effectivement nocturnes mais font appel à d'autres sentiments, d'autres envies.
On se fait son cinéma. Femmes fatales (blue-blooded girls) Luxe tapageur (We'd ride in limousines) Whisky et Cigarettes blondes, Smoking porté avec désinvolture.

Juste la classe.


Je me souviens de mon premier coffret Sinatra. Ma première vrai sortie du carcan Pop Rock.
Avec en commun ce besoin de m'identifier, de me projeter dans le personnage.

Sinatra, un peu comme Elvis Costello, ont de prime abord rien de particulier, pas un physique de tombeur le Franckie...
Pas même vraiment un semblant de charme latin ou de trombine de baroudeur à faire tomber les dames. On penserait même à une tête ingrate.
Oui
Tant qu'il ne l'ouvre pas
Mais bon dieu, son timbre, son chant, sa voix ... et là, il n'y a plus rien d'autres.
Depuis des crooner, j'en ai entendu et pour la plupart j'aime beaucoup.

Mais la fusion orchestre et Sinatra est unique. Une puissance qui vous transperce comme dans les grands airs virils opératiques.

Alors, le Dylan, en alternance a comme un petit gout de cendre, alors que le Sinatra, lui, c'est poussière d'or.
Et Franck est transfiguré en légende faîte pour durer. Un séducteur tombeur que même on n'est pas jaloux.

Ma dame ne l'aime pas comme acteur, du coup je n'ai toujours pas regardé sa version de Ocean's 11.
Alors en attendant, je l'écoute et j'imagine.....

02. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 3) - The Night We Called It A Day



03. Frank Sinatra - Complete Reprise - Disc 07 - Stay With Me (Main Theme From The Cardinal)



04. Frank Sinatra - Where Are You - Autumn Leaves



05. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 4) - Why Try To Change Me Now



06. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 3) - Some Enchanted Evening



07. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 2) - Full Moon And Empty Arms



08. Frank Sinatra - Where Are You - Where Are You



09. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 3) - What'll I Do



10. Frank Sinatra - The Best Of The Columbia Years 1943-1952 (Disc 4) - That Lucky Old Sun (Just Rolls Around Heaven All Day)



dimanche 1 février 2015

Modern Jazz Quartet. Il n'y a pas meilleur sous-titre

Pre Scriptum: Pour ceux que davantage souhaite avoir, je droppe, je box... suffit de m'envoyer une adresse courriel pour être associé à la tournée.


Toujours à explorer le Jazz le "Devant", toujours à naviguer sur ce long fleuve pas toujours tranquille. Quand je lis le parcours prévu, je sais que la prochaine escale sera Charlie Parker.
Houlaaa.

En attendant je décide de m'attarder. Des quasi inconnus par moi avant de m'y plonger. Je pouvais bâcler les écoutes pour me jeter sur l'oiseau (wouahou quel clin d'oeil) et j'aurai bien eu tord.

Modern Jazz Quartet. Quand le poignet fatiguera d'écrire nous parlerons des MJQ (Non, vous confondez, c'est avec un C).

MJQ (déjà?) qui réussi à combiner une fusion parfaite de musiciens comme dans un quatuor classique. Qui réussi à tenir deux grandes personnalités: Milton Jackson & John Lewis, deux grands solistes pour un Jazz élégant.

Et il y a dans le jeu la fameuse recherche, vous savez quand deux voies se proposent, deux choix, l'un ou l'autre, le Ying et le Yang, les légumes qui s'épluchent et ceux qui ne s'épluchent pas, le blanc et le noir, Beatles ou Rolling Stones.... Il y a alors la troisième voie. Moderne.
C'est ça! Ils sont modernes, ils sont quatuor et ils jouent - oui moooonsieur, oui maaadame - du jaaaazzz.

C'est racé et pas harassant comme pourront l'être - on en reparlera - quelques grandes oeuvres de Free.

Commençons par avouer que Xylophone, Vibraphone me faisaient longtemps le même effet que le Clavecin. Pour faire compliqué je dirai que cela faisait appel à des plaisirs neuronales que je pensais ne pas posséder. Quand même quoi! Le Piano, what else?

Vint Hampton, assez brutal. J'aimais bien l'ambiance, la chaleur ajoutée au jeu de cet instrument (le vibraphone) à l'écho cristallin. Mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses de peur de ne pas les trouver aussi bonnes....

Vint un post de Pascal Georges qui sur un extrait des MJQ devait, après débat sympa, emporter le morceau:

01 The Modern Jazz Quartet - Jazz En Verve Vol. 2  Bop Et Jazz Moderne - Now's The Time




Et il avait mis la paquet le Pascal pour empêcher tout abandon prématuré, je cite:
Milton Jackson, l’anti Hampton, au jeu de cristal, à la délicatesse du vol d’un papillon, sublime coloriste aux tons pastel, impressionniste du jazz.
Sans oublier nos autres comparses

Milton Jackson, pendant de Miles pour un « Bag’s Groove » resté dans les mémoires du Jazz et installant déjà ce terme de Groove...
John Lewis pour qui poser les doigts sur les touches du piano implique choix, réflexion, sens musical – une sorte d’anti virtuose, un pré Evans… debussyste…
Percy Heath au son ample et généreux, contrapuntiste parcimonieux, qui donne à la basse un sens, une direction – une autre forme de soutien… un pré Gary Peacock, Charlie Haden…
Et puis il y a Connie Kay, ce batteur souple, à l’écoute, au jeu en point d’équilibre entre un écrit millimétré et des improvisations toutes en retenue… 
Voilà bien un quartet à l’équivalence des quatuors en musique classique et reposant sur un postulat à l’identique.
Sans oublier de rappeler les regrets à la disparition du blog dont j'ai tiré les lignes précédentes. Quand je le relis, je me dis, musicien et savoir parler musique. Encore, encore et encore!!

Il a réussi à me concilier l'instrument non transpirant, accompagné par un pianiste qui lui aussi prône le terme Précision, de la délicatesse qui en découle pour obtenir une musique qui s'écoute comme un tableau où chaque partie et le tout est d'une limpidité rassurante et séduisante.

Commençons pas un disque diamant. La pierre précieuse me vient de suite en tête pour évoquer la pureté de la forme, la transparence et même la solidité, car PYRAMID ne s'use pas après de nombreuses écoutes.

Toujours cette fraîcheur. Le vibraphone peut-être?
Dès les premières notes de "Vendome" la conquête est en marche. Et puis il y a "Django". C'est aussi pour ça que je m'attarde,  je suis subjugué par la mélodie, par l'accélération, les accélérations,  si douces et enfin ce vibraphone qui a trouvé son chemin dans ma tête.... Mmmmmh



01 The Modern Jazz Quartet - Pyramid - Vendome




02 The Modern Jazz Quartet - Pyramid - Pyramid




03 The Modern Jazz Quartet - Pyramid - Django




Et cet album indispensable, au titre crépusculaire qui n'apporte pas du tout la mélancolie supposée, c'est tout le contraire, le MJQ jette toute ses forces dans cette rétrospective sans sacrifier à l'harmonie et l'aisance dont ils ont toujours fait preuve.

Je pense qu'ils ont réussi là, la rencontre de ces deux atmosphères que l'on range facilement en Jazz et Classique. 
Grâce à eux, l’étanchéité se fissure. Je ne connais pas assez bien encore tout ce petit monde, mais j'espère, je pense que la brèche ouverte ne l'a pas été pour rien. 
Qui sait, un internaute qui passera par là pourra nous éclairer.

Moi, en attendant je ne vais pas m'interdire d'autres incursions chez ces messieurs. Charlie attendra encore un peu. Un monument c'est patient.

Milton, Lewis ce n'est pas encore fini.

A suivre.

01 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Softly, As In A Morning Sunrise




02 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Summertime.




03 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Golden Striker




04 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Skating In Central Park




05 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Concierto De Aranjuez




06 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - DJango




07 The Modern Jazz Quartet - The Complete Last Concert - Bags' Groove

Ils faut sauver ces titres....



De temps en temps je repasse voir les statistiques d'écoute des musiques que je propose. Et Zippy donne 30 jours par chanson sans écoute ensuite, hop, aux oubliettes.

Alors de temps en temps je regarde, une boite de mouchoirs à la main. Le dernier jour est tragique, je vois la chanson me jeter un dernier regard puis disparaître, enfermée à jamais sur un disque de serveur que plus personne n'écoutera jamais, jusqu'à l'effacement total...

Mais aujourd'hui, mes mouchoirs et moi lançons un dernier cri de détresse pour en sauver quelques unes.
Lesquelles? Celles qui ont eu peu d'audience, parfois artiste trop discret, parfois chronique ratée souvent les deux...

Cela donne mon Louis Philippe - ou Philippe Auclair critique de rock de pop que j'apprécie - qui s'est courageusement lancé dans la musique et que j'avais découvert en même temps que le Bird Gerhl de Antony. Antony c'est une opération à coeur ouvert alors qu'ensuite Louis Philippe propose la cicatrisation. Du coup, je n'ai jamais su séparer de ma mémoire ces deux titres.
Oui, je sais, c'est personnel et cela ne se transmet pas...

01 Antony And The Johnsons - I am a bird Now - Bird Gerhl


01 Louis Philippe - The Wonder Of It All - I Knew It All Along


------------------------------------------------------------------------------

... Et pas question de laisser partir Fabrizio comme ça. Un des plus grands chanteurs Italien qu'un Kaserio m'a fait connaître. Aujourd'hui une légende comme Brassens en France, vous ne pouvez pas laisser passer ça!!

01 Fabrizio De André - Canzoni - Le Passanti


01 Fabrizio De André - Non Al Denaro Non All'amore Nè Al Cielo - La Collina


04 Fabrizio De André - Non Al Denaro Non All'amore Nè Al Cielo - Un Chimico


Allez une de +, quand on aime, une longue chanson dont je voudrai avoir le courage de comprendre les textes, j'ai le choix entre apprendre l'Italien ou bien demander une traduction. Je choisi la troisième voix.

01 Fabrizio De André - Canzoni - Via Della Povertà


------------------------------------------------------------------------------


Ha non, pas Dominique Dalcan quand même. Je ne suis pas bégueule et j'aime la belle partie de la variété française, ceux qui penchent côté Pop comme des Voulzy, des Daho, des Biolay. j'entends bien la réussite d'un Obispo, d'un Calogero.
Alors qu'en faiseurs de chansons nous avons nos Dominique. A et Dalcan. C'est pô juste. Je sais les meilleurs partent les premiers. Mais quand même.

Et Dalcan est doué, mieux, talentueux... mieux que ça même. La preuve:

Dominique Dalcan - Cannibale - Brian.mp3


Dominique Dalcan - Hirundo - Un Signe D'ouverture





Dominique Dalcan - Hirundo - C'était Quoi La Question

------------------------------------------------------------------------------

Et puis quoi, cette petite pop bien faîtes, de petites perles, de cultures certes, mais de culture musicale.

The Pearlfishers - Open Up Your Colouring Book - Diamanda


Et à l'opposé, un groupe célèbre en FRANCE pour une seule chanson, alors que fameuse notoriété au service de sa majesté. 10CC? Non, mais ça pouvait. Non, je pense à Procol Harum
Et un titre, célèbre chez la Queen, joué avec grand orchestre, ne peut pas partir comme ça, non, pas possible...

Procol Harum - In Concert With The Edmonton Symphony Orchestra - Conquistador

------------------------------------------------------------------------------

Et pour fini, il y a un titre qui ne demande rien, pas à être sauvé celui là. Je l'ai proposé en Octobre 2011. Écouté pratiquement 20.000 fois . Il est toujours chez Zippy. Celui là, n'a pas besoin de moi.
Je vous laisse écouter. Et deviner.