vendredi 22 janvier 2016

Attention titre du tonnerre: Bowie et son Reflet dans le Glass (M'Eno je ne l'ai pas oublié!)


... Et pourtant "mon" actualité est là, je radore mais j'adote (c'était dans l'air que le T se mélange), Poulenc attendra, de toute façon je ne suis pas encore prêt. Il y a une Léanore qui vient de sortir un album, j'aurai pu. Dans les salons de coiffure on évoque toujours mon retard sur Yusef (Réservé aux initiés)
Seulement voilà, on ne me dit rien, on me cache tout.

001 Jacques Dutronc - 36 Grands Succes (Disc 1) - On Nous Cache Tout, On Nous Dit Rien


Merde quoi, je m’apprêtais à placer une anecdote du genre "l'homme qui a vu l'homme qui a vu Philipp Glass dire de Bowie ..." Pour éviter de dire une connerie, je cherche sur le NET et ce que je trouve, au lieu de ma petite histoire (... mais qui a vu l'ours?) je découvre stupéfait et ignorant que M. Philip Glass a travaillé sur l'oeuvre de Bowie (et Eno, parfois je me demande d'ailleurs si Eno n'est pas ce qui a vraiment attiré Glass, mais bon je le laisse entre parenthèse, il n'est pas mort, lui)

Deux symphonies!!

dimanche 17 janvier 2016

auJourd'hui, J'avais pas envie, BON J'Y VAIS ...

Partez pas, donnez moi une chance, une petite chance, écoutez, lisez, et je suis pas le seul ..

Croyez moi, une chronique qui tente de me faire écouter Bon Jovi.. je n'y consacre pas une seconde, sauf quand c'est bien joué par le chroniqueur, qui chronique, qui raconte, qui cache un peu avant de ...

 ... Donc j'avais pas envie, ce dimanche devait être glandu. J'ai lu quand même, j'ai cru un peu, alors j'ai écouté.

La chronique tueuse de dimanche glandu est ici
http://ranxzevox.blogspot.fr/2016/01/bongiovi-une-histoire-de-famille.html


Commençons par une petite Arithmétique musicale:

AC/DC (Taking It Back)
+ Aerosmith
+ Gun's & Roses
+ Springsteen
+ Southside Johnny
+ John Mellencamp
+ Tony Joe White/4
=
Bon Jovi's fans can't be wrong


Je vous jure sur ce qui m'est le plus cher (un appartement 80 mètres carrés sur Paris) que je ne voulais pas aujourd'hui, une paresse. Pas envie, on verra lundi, finir de raconter mon opéra de Poulenc? J'attaque un Yusef Lateef? Tiens et pourquoi pas revenir sur Meat Loaf ... Lundi.

Dimanche je vais buller. C'est décidé.
Nous sommes Samedi et j'ai pas encore mis sur la platine le "Bon Jovi's Fans"
- Tu as encore une platine
- C'est une image

Comment dire. l'envie de partager a été la plus forte. Le HUGO m'a encore eu, l'air de rien à raconter son histoire de mec, il a à propos de ce disque cette phrase qui titille la curiosité.

J'ai déjà dit plus haut que c'est
ICI

La phrase

Un surprenant coffret de 4 cd, au titre en forme de clin d’œil à Elvis Presley, 100 000 000 Fans Can't Be Wrong paru en 2004 tend à démontrer que le groupe n'a pas toujours eu la main heureuse en sélectionnant la tracklist définitive de ses albums. A moins que la poigne de la maison de disques ait été trop  ferme. Quoiqu'il en soit, ce recueil de titres inédits s'affirme comme ce que le groupe a fait de meilleur. Plus sobrement produites, plus variées dans la palette des registres abordés, on y entend même de l'accordéon, les 50 chansons qui composent le coffret sont presque autant d'agréables surprises. A croire que c'est une spécialité du New Jersey que de ne pas sortir ses meilleurs morceaux...

MAIS C'EST PUTAIN VRAI!!!!

Imaginez. Vous découvrez un disque oublié de Marcel Amont, le hasard et vous entendez quelque chose qui vous bouleverse, du grand Brel, du grand Ferré... Qu'est ce que vous faîtes? Hein?
Vous savez que cela va être dur, dur.
Que les copains, il va falloir les attacher, car sinon...

Mais quelque soit votre humeur, vous sentez que vous avez une mission. C'est pour le seigneur!

mercredi 13 janvier 2016

Voilà l'été. Milton Nascimento & Edu Lobo



Haaa David, tu as quand même bousculé ma programmation pépère dans mon coin.

C'est que j'ai des trucs à faire, faut que j'avance, j'ai des albums à découvrir, comme un certain OUTSIDE dont on m'a dit tant de bien que...

Donc, voici l'été. Moi, ça me fascine que Janvier dans un coin de la planète c'est enfin l'été, un coin dans une sphère?
Alors c'est sur cette idée que je me suis souvenu de ce fil, celui d'avancer sur les grands, les très grands albums d'immenses, très immenses artistes Brésiliens.

C'est que ce pays m'émerveille. Comment dire. Une tiquette très respectables c'est le genre LATIN POP, LATIN ROCK, LATIN TRUC qui englobe un vaste truc qui fait danser, bouger, transpirer.

Le Brésil y échappe, car le Brésil a ses tiquettes bien à lui, et a probablement pris une place majeure dans pas mal de musiques dîtes universelles. Je radote, j'ai déjà dit tout ça.

C’est donc enfin reparti sur le fil estival Brésilien. Il me fallait repartir sur les quelques références de notre fantôme Webbeur, réfugié sur son forum Funk & Soul. J’ai nommé REVPOP.

mardi 12 janvier 2016

LODGER. Mon Bowie à Moi aka Un hommage pour parler de soi...


Ben oui quoi (subtil!)

Souvenez vous, je m'adresse à ma génération, née entre 1930 et 1999, faire découvrir un artiste, une oeuvre à son entourage et les découvrir enthousiaste c'est un peu de la réussite de l'artiste qui rejailli sur soi non?

Duchamp à mon secours? (Un poil pfffrr pfffrr adapté)

Somme toute, l’artiste n’est pas seul à accomplir l’acte de création car le découvrateur, l'explicateur établit le contact de l’oeuvre avec l'auditoire en déchiffrant et en interprétant ses qualifications profondes et par là ajoute sa propre contribution au processus créatif.
... et celui qui fait se rencontrer l'oeuvre et l'auditeur, n'est pas peu fier.

mardi 5 janvier 2016

Les belles histoires de Grand-Père DevantF: Que fait J Geils?


Allez Grand-Père, raconte nous une histoire.

(Un nouveau fil qui démarre? Non, juste histoire de m'habituer à l'avenir de mon futur rôle)

Connaissez vous l'histoire, mon histoire avec J. Geils? Non, évidemment. Trop jeunes.

Elle commence aux alentours de 1974/75. Je découvre un album publique - Hein? Live? Oui ok -  des J. Geils. Et, mes enfants qu'est ce que j'ai pu écluser, danser, sauter, hurler sur ce disque. C'est les US, c'est chaud et je n'avais rien entendu de tel. Pourtant j'étais déjà pas mal affranchi.

Mais là, c'était à se foutre de la température de la bière que nous ingurgitions tellement nous étions en transe. Voui, je vous parle de ce "Full House"



001 The J. Geils Band - 'Live' Full House - Pack Fair And Square


002 The J. Geils Band - 'Live' Full House - Whammer Jammer

Et oui, plié, moins de trois minutes mais une éternité.