mercredi 13 janvier 2016

Voilà l'été. Milton Nascimento & Edu Lobo



Haaa David, tu as quand même bousculé ma programmation pépère dans mon coin.

C'est que j'ai des trucs à faire, faut que j'avance, j'ai des albums à découvrir, comme un certain OUTSIDE dont on m'a dit tant de bien que...

Donc, voici l'été. Moi, ça me fascine que Janvier dans un coin de la planète c'est enfin l'été, un coin dans une sphère?
Alors c'est sur cette idée que je me suis souvenu de ce fil, celui d'avancer sur les grands, les très grands albums d'immenses, très immenses artistes Brésiliens.

C'est que ce pays m'émerveille. Comment dire. Une tiquette très respectables c'est le genre LATIN POP, LATIN ROCK, LATIN TRUC qui englobe un vaste truc qui fait danser, bouger, transpirer.

Le Brésil y échappe, car le Brésil a ses tiquettes bien à lui, et a probablement pris une place majeure dans pas mal de musiques dîtes universelles. Je radote, j'ai déjà dit tout ça.

C’est donc enfin reparti sur le fil estival Brésilien. Il me fallait repartir sur les quelques références de notre fantôme Webbeur, réfugié sur son forum Funk & Soul. J’ai nommé REVPOP.



A la question sur les albums indispensables qui nous viennent du Brésil, il m’avait listé quelques stars de la musique Brésilienne des années 70, car ici aussi la musique a connu une (re)naissance qui devait tout bousculer.

C'était il y a un an.... Ici


Donc, encore deux chefs de file à l'oeuvre (ou bien deux chef d'oeuvres sur ce fil)

On commence? Edu Lobo, déjà raconté, en réécoutant deux titres:

001 Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - Zanzibar


002 Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - Casa Forte


Tiens avant de donner un avis, cette vidéo pour illustrer ce que je vais partager avec vous:



Moi il m'éclate. Je veux dire, quand c'est du Cubain ou autres, ça fait bouger, danser car c'est tout au physique, au forceps, le truc il frise la gymnastique rythmique. Énergie et bonnes vibrations, attention au coeur.

Edu Lobo, c'est juste la joie qui fait l'énergie. Un titre qui fait bouger sans forcer, le mec, une guitare, une peu de chantonne, une tape sur l'instrument, tout est dit. Ça fonctionne, pas de sueur, du vrai "feel good" pour se la couler douce mais sans forcément se vautrer.

Et quel mélodiste, ce n'est pas que le truc de l’exotisme qui l'emporte, c'est de l'écriture ça mon gars. Bon, je sais que l'héritage Beatles y est aussi pour quelque chose, mais j'affirme, je monte sur mon tabouret posé sur la lunette des toilettes, que c'est la meilleure réponse à cet héritage. Un grand pas pour l'humanité musicale.
Rien que ça, oui, oui.

La preuve:

001 Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - Even Now


002 Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - To Say Goodbye






Et puis il y a Milton... J'y ai mis l'temps mille tonnerre de Brez (Je savais pas où les caser ceux là)

Haaaa Nascimento. Un choc, inattendu. Brésil avez-vous dit ? Bossa ? Tropical ? Ça va chauffer? Hum mais à la cool. Même pas ... Je ne sais pas dire.

Non. Nascimento c’est ailleurs. Je l’ai découvert, une fois encore, grâce à une présentation enthousiaste, limite délirante, sur le dico Assayas.

Je cite (Toujours Philippe Auclair quand c'est ... extra spatial)

Un musicien physique, athlétique serait-on tenté de dire -, un boxeur, dont les pas de danse ont la beauté d'une frise grecque, qui enchaîne les harmonies les plus savantes sans en faire un jeu de l'esprit. Le sommet de l'album, "Vera Cruz" est l'un des moments les plus sublimes de l'histoire de la musique brésilienne, de la musique tout court. Cette voix qui plane sur les accords étrange de l'orchestre  - sans l'ombre du moindre vibrato -, cette voix a quelque chose de surhumain.
J'ai lu par ailleurs une autre présentation qui évoque l’image du nuage. Oui, pour cette possibilité offerte d’y voir… hum … d’y entendre ce que l’on souhaite. Ce que l’on pourrait dire d’un Robert Wyatt.

C’est fait dès mes premières écoutes, même si encore et toujours cette sensation qu’une émotion s’échappe, que cela sera pour la prochaine fois, la prochaine fois on y arrivera, on saisira chaque note, On figera le nuage pour avoir le temps de faire le tour, rien qu’un tour. Mais cette sensation perdure quoique l'on fasse. C’est beau. C’est ça : Trop.

001 Milton Nascimento - Courage - Bridges (Travessia)


002 Milton Nascimento - Courage - Vera Cruz


003 Milton Nascimento - Courage - Gira Girou (Round & Round)


004 Milton Nascimento - Courage - Catavento

4 commentaires:

  1. Très belle découverte et d'une grande richesse. Je n'en suis pas encore à penser comme Auclair, mais cela donne envie d'y plonger très fort. Entre deux Bowie, ça me requinquera.
    A chaque fois que je quitte les rivages du rock, je me dis qu'il va être temps que je les quittes vraiment pour découvrir toutes ces musiques que j'ignore et qui sont si belles et certainement bien plus authentiques et éternelles que beaucoup de choses que j'écoute de la sphère rock. Et c'est assez terrible comme constat, je trouve. Comme si on s'était un peu menti et qu'on veut s'obstiner à continuer...
    Encore merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu mérites une réponse plus longue, mais en même temps... tu as beaucoup^dit, je te rassure, pas tout, mais beaucoup, chapeau bas...

      Supprimer
    2. .. et puis surtout, ça me fait plaisir

      Supprimer
  2. C est le week end du carnaval

    pour le defile des ecoles de samba de rio (nuit de dimanche et lundi ) voir

    http://g1.globo.com/carnaval/2016/index.html

    avec diffusion en direct

    antonio

    RépondreSupprimer