mardi 12 janvier 2016

LODGER. Mon Bowie à Moi aka Un hommage pour parler de soi...


Ben oui quoi (subtil!)

Souvenez vous, je m'adresse à ma génération, née entre 1930 et 1999, faire découvrir un artiste, une oeuvre à son entourage et les découvrir enthousiaste c'est un peu de la réussite de l'artiste qui rejailli sur soi non?

Duchamp à mon secours? (Un poil pfffrr pfffrr adapté)

Somme toute, l’artiste n’est pas seul à accomplir l’acte de création car le découvrateur, l'explicateur établit le contact de l’oeuvre avec l'auditoire en déchiffrant et en interprétant ses qualifications profondes et par là ajoute sa propre contribution au processus créatif.
... et celui qui fait se rencontrer l'oeuvre et l'auditeur, n'est pas peu fier.



Alors si sans volonté particulière d'être original je pouvais faire découvrir ce Bowie pas si souvent mentionné.

Sa mort c'est de nombreux rappels à sa période Ziggy, incontournable.
C'est évoquer son tournant Europe, Berlin et les "Dauphins savent nager" ...
C'est parfois dire qu'il aurait inventer le disco avec Lennon et son "Fame". Si vous le dîtes.

001 David Bowie - Young Americans - Fame




C'est ma Catherine qui ne jurait que pas son "Let's Dance" et "Modern Love", un Carax inoubliable. Lui comme elle aussi.



Etc...?? Oui etc...

Et moi je viens sous le bras avec l'album qui a planté en moi, fait germer la seed qui devait m'apprendre à écouter plutôt qu'entendre.

Lodger, le Locataire et ce clin d'oeil cinématographique dont, au passage,  je n'ai jamais saisi l'allusion au thème du voyage développé sur le disque. c'est un peu comme pour les Dauphins, sa part de mystère en moi?

Jamais (plus?) Bowie n'a été aussi proche du carrefour ultime des rencontres musicales.

001 David Bowie - Lodger - Fantastic Voyage


002 David Bowie - Lodger - African Night Flight


004 David Bowie - Lodger - Yassassin (Turkish For- Long Live)


Cet album je l'ai mérité. Cet album s'est d'abord dérobé à mon plaisir, comme pour dire que justement, il n'y avait pas que mon plaisir en jeu. Il y avait aussi grandir, grandir en musique, grandir dans la musique.

C'est avec ses créations que la musique ne serait plus pour moi qu'un divertissement mais une part de ma vie sur cette orange bleue.

C'est merci M. Bowie pour m'avoir dégagé l'horizon, je peux ouvrir mes bras et accueillir les grands du Jazz, visiter les musiques d'Afrique, soupirer après le Brésil, chercher les révélations auditives qui se cachent dans les opéras et encore etc...

et surtout, surtout ...

Trembler, cesser de respirer lorsque ces voix nous aspirent tout notre souffle...

001 David Bowie - Lodger - Move On


002 David Bowie - Lodger - Look Back In Anger



Davis Bowie, le dernier crooner moderne vous a quitté ... mais pas nous.


001 David Bowie - Lodger - D.j.


002 David Bowie - Lodger - Red Sails


003 David Bowie - Lodger - Red Money

14 commentaires:

  1. C'est un des albums que j'ai écoutés hier avec "Low" entre autres...j'avais acheté la trilogie berlinoise en vinyle, c'était une période que j'aimais bien, plus que les 70s (mais c'est parce que je ne la connais pas assez...)...
    Quant à "Modern Love" et son utilisation dans "Mauvais Sang", c'est sans doute une de mes scènes de cinéma préférées, parce qu'il y a cette chanson justement...
    Bref c'était ma petite contribution à ton hommage...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 3Let's Dance" mon seul concert de Bowie, un ratage, j'aurai dû le "fréquenter" avant que ce succès ne l'oblige aux stades. Longues discuss avec les copains, une "Heroes" que je trouvai Bordélique et Brouillon comparé à "mon" LODGER. Qu'est ce qu'il fait causer ce Bowie

      Supprimer
  2. Un hommage pour parler de soi ?
    Il y a longtemps déjà, chez Jimmy, un Grand Jeu, l'intitulé du jour : ''Remember''.
    Alors j'ai parlé de moi :

    DAVID BOWIE "Aladdin Sane" (1973)

    "Doo-Doo-Wahh !!"

    Le disque initiateur, ça fout la trouille d'en parler, dur de se cacher derrière une ironie quelconque ...
    73, mes parents n'étaient pas spécialement étroits d'esprit, mais côté musique c'était plutôt variétoche, mais aussi Brel, Brassens et Ferré.
    D'ailleurs les deux derniers j'ai JAMAIS pu les saquer, ça vient de là. Brel je sais pas pourquoi, je lui en veux pas .
    Mon futur "premier 33T" trônait depuis quelque temps en vitrine de l'un des deux disquaires de ma (toute) petite ville de province .
    J'avais bien une idée de ce qu'il y avait dedans, ayant déjà acheté en cachette (ben oui, les cheveux orange j'aurais expliqué ça comment chez moi ?) le 45T "Drive-In Saturday" .
    Personne autour de moi n'écoutait ce genre de musique, j'étais seul au monde, je n'avais encore rien lu dessus, je sentais juste qu'il fallait éviter SLC et autres torchons .
    Et maintenant, plus grave encore que les cheveux orange, comment j'allais expliquer chez moi la tronche du mec (mec ?) sur la pochette ?
    J'ai réuni l'argent nécessaire (17F50 ou quelque chose comme ça), et je me suis offert ce putain de disque que j'écoute encore, presque 40 ans plus tard .
    Je ne vous ferai pas l'offense de vous le décrire en détail, mais imaginez, si c'est possible, une remise à zéro de votre mémoire musicale.
    Posez sur la platine votre premier "vrai" disque, et la première chose qui en sort s'appelle "Watch That Man"...
    De plein fouet, à douze ans, je ne m'en suis jamais remis .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fort comme souvenir. Moi, moins fort que le tien, mais le pianiste de Aladdin Sane, le Mike Garson, je sais avoir cherché il y a quelques années des disques du pianiste en espérant retrouver ce touché. Mais si j'ai trouvé des disques, je n'ai pas (encore?) entendu ce jeu.

      Supprimer
    2. J'avais lu beaucoup de références à ce pianiste dans les commentaires de ce post. Je m'étais abstenu de répondre ce que j'en pensais : ''à 12 ans j'en avais strictement RIEN à péter de ce Mike Machin, je venais de découvrir Bowie !!''
      Comment dire ... je ne vais pas changer d'avis ces jours-ci ...

      Supprimer
    3. Comme je disais chez Charlu, si t'y es as repassé:

      Yo Dev, here you go :
      http://www25.zippyshare.com/v/r4yW3jNR/file.html
      J'aime bien le ton de ce mag, où ailleurs trouver des mecs qui s'extasient sur Mark Mulcahy, hein, où ??

      Supprimer
    4. Tu m'as convaincu et je m'y suis abonné....

      Supprimer
  3. Allons-y de notre Bowie préféré ! Mon trio gagnant : Ziggy, Hunky Dory et Diamonds Dogs.
    Dernier crooner moderne, Bowie ?!?!? Et Eddy Mitchell, c'est un affreux punk ????? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha ha.. Cronner c'est aussi avoir une voix et si tu veux je vois bien la filière Sinatra, Scott Walker et David Bowie. mais mon Edy, je l'aime bien mon Eddy...

      Supprimer
  4. Effectivement je lis beaucoup de choses intéressantes, dans ton article et en commentaire. Pareil que toi, j'ai une préférence pour Lodger par rapport à "Heroes", plus homogène alors qu'il y a quelques descentes dans "Heroes", un peu bouffé par son morceau titre. Mais je préfère encore Low parce que la face chanson bute tout et que la phase ambiant défonce tout autant. Et mon Bowie à moi c'est Station To Station, parce que justement il est au creuset de la période soul et de la période berlinoise et qu'il marie le chaud et le froid avec brio. Et une des clés c'est cette voix presque de crooner en effet(qu'on retrouve bcp sur blackstar d'ailleurs), effectivement venant en grande partie de son admiraion pour Scott Walker, et oui on peut parler indictement de Sinatra. Bref, riche idée que de parler de ton Bowie voyageur (qui est souvent omis...)

    RépondreSupprimer
  5. Scary Monsters, Station To Station, Lodger, Young Americans et Outside sont mes favoris.
    Par contre le dernier m'a laissé de marbre, trop de similitudes avec Black tie white noise et Outside/Earthling. Et l'épate des musiciens ne me touche pas. The Next Day m'avait déjà donné cette impression de "best of".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au bout du compte, il y a OUTSIDE que je ne connais pas du tout. Cela aura servi à ça, à moi (toujours moi ;-) ) Pour le dernier je n'ai pas d'avis, mon écoute a été inutile, à part LAZARUS et encore c'est le clip que j'ai surtout regardé.

      Supprimer
    2. Oui, Lazarus est un très bon morceau, le seul réellement abouti, et le clip démontre que Bowie se sera mis en scène jusqu'au bout.
      Si tu penses la même chose alors tu es mûr pour Outside, il est dans cette veine.

      Supprimer