vendredi 22 janvier 2016

Attention titre du tonnerre: Bowie et son Reflet dans le Glass (M'Eno je ne l'ai pas oublié!)


... Et pourtant "mon" actualité est là, je radore mais j'adote (c'était dans l'air que le T se mélange), Poulenc attendra, de toute façon je ne suis pas encore prêt. Il y a une Léanore qui vient de sortir un album, j'aurai pu. Dans les salons de coiffure on évoque toujours mon retard sur Yusef (Réservé aux initiés)
Seulement voilà, on ne me dit rien, on me cache tout.

001 Jacques Dutronc - 36 Grands Succes (Disc 1) - On Nous Cache Tout, On Nous Dit Rien


Merde quoi, je m’apprêtais à placer une anecdote du genre "l'homme qui a vu l'homme qui a vu Philipp Glass dire de Bowie ..." Pour éviter de dire une connerie, je cherche sur le NET et ce que je trouve, au lieu de ma petite histoire (... mais qui a vu l'ours?) je découvre stupéfait et ignorant que M. Philip Glass a travaillé sur l'oeuvre de Bowie (et Eno, parfois je me demande d'ailleurs si Eno n'est pas ce qui a vraiment attiré Glass, mais bon je le laisse entre parenthèse, il n'est pas mort, lui)

Deux symphonies!!



Il faut vous dire que j'adulore Sir Glass (si il n'est pas encore anobli... scandale)

Ça a commencé par son opéra Akhnaten




Rappel: L'opéra c'est une histoire, de la musique mais aussi de quoi se cultiver à moindre effort si on plonge dans les airs... Akhenaton, c'est peut-être le premier à penser monothéisme, c'est aussi un rappeur Français... rendez vous compte de toutes ces connexions.

001 Philip Glass - Glass- Akhnaten [disc 2] - Act Iii - Year 17 & The Presen




Juste grandioooose


Une envie de tourner comme un derviche danseur.

Ou bien, encore plus audacieux... Électronique et Opéra



001 Philip Glass - Philip Glass - Einstein On The Beach (Disc 3) - Building




Mais aussi cette musique de film qui m'a fait perdre la notion du temps (Je vous jure, je ne l'ai pas fait exprès, le temps comme une boucle, je n'ai pas pensé au titre du film, mais il n'y a pas de hasard, juste des synonymes)...



001 Philip Glass - The Hours - Morning Passages



Et puis quoi... Moi, oui MOI,  un jour du 9 Avril 1977, je me souviens un Samedi, je découvre ça de Monsieur Boweno....

001 David Bowie - Low - Warszawa


Et je m'interroge, mon Rock & Folk à la main. Mais c'est quoi ça!! Et c'est de ce jour que je décide de continuer la marijuana et de commencer le Pastis 51. La révélation.

Bowie et ses intuitions, en fait, surtout l'intuition de croiser Eno (la preuve, le jour où il décide de croiser Nile...) 



Et coïncidence incroyable, c'est le 9 avril 1993, plein d'années après moi jour pour jour, que M. Glass compose ça (il s'en souvient c'était un vendredi)

001 Philip Glass - Symphony #1, 'Low' - Warszawa





Et M. Glass toujours sous la coupe Bowie (et quelle coupe)

Continue à s'asinspirer des créations Boweno.

Cela peut donner des évidences, c'est comme la routine, j'aime les évidences:

001 David Bowie - Heroes - Sons Of The Silent Age


002 Philip Glass - Symphony #4, 'Heroes' - Sons Of The Silent Age




Et puis je lis la critique de AMG qui pense que cette symphonie est presque moins aventureuse que le Boweno originale.

http://www.allmusic.com/album/heroes-symphony-by-philip-glass-from-the-music-of-david-bowie-brian-eno-mw0000171075

Ok, bien, mais alors là où je me vexe, là où je sens que mon oreille musical m'abandonne c'est entre le titre

001 David Bowie - Heroes - 'Heroes'

Il est gentil le monsieur de AMG, mais je n'entends pas la chanson de Boweno, ici, comme quoi, il y a de la création de Sir Glass, non?
Aidez moi, quel est le lien??
Ceci dit... je reconnais bien mon Glass... pardon  Sir Glass... et puis à force d'écoute...


002 Philip Glass - Symphony #4, 'Heroes' - Heroes




Voilà, je vous quitte avec cette question, qui nous turlupine (de Ch...) tous...



Ces quelques vers...

I, I wish you could swim
Like the dolphins, like dolphins can swim


Ils sont géniaux ou simplement tarte??



En attendant la réponse...

001 Philip Glass - Symphony #4, 'Heroes' - Sense Of Doubt


002 Philip Glass - Symphony #4, 'Heroes' - Neuköln


003 Philip Glass - Symphony #4, 'Heroes' - V2 Schneider

10 commentaires:

  1. Pas de réponse à ta question... j'ai l'album de Glass qui reprend "Heroes" pace que c'est bien ça, non? Une relecture de l'album de Bowie, je ne l'ai pas encore ressorti.. on y reconnaît bien la patte de Glass en tout cas...par contre je n'ai jamais écouté sa relecture de "Low"... mais j'ai vu que tu l'avais envoyé...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yes m'dame... Pour la réponse, ne cherchons pas, l'obscure lui va si bien.

      Supprimer
    2. Stratégies obliques ?...
      peut être bien là la réponse...

      Belle idée que de mettre P.Glass en lien actu Bowie...
      Tu as eu Garson ?
      là aussi de quoi écrire.

      Einstein on the beach l'oeuvre qui est à entrées multiples et peut être jouée plusieurs heures d'affilées - je suis dingue de cette oeuvre et de son concept.

      THX
      à +

      Supprimer
    3. Comme je le raconte, davantage le hasard d'une anecdote en mémoire que je pensais raconter qu'une idée de chronique. J'aime ces hasards... Une fois que j'ai découvert le travail de P Glass, je me suis jeté dessus. Même si parfois tu penses à une simple interprétation des compositions de Bowie/Eno, cela reste superbe.

      Supprimer
    4. J'ai 'impression que ma dropbox ne m'a permis de trouver le fichier...
      Je connais Bowie, je connais Glass, mais je connais pas cette relecture. Enfin, je connaissais, mais jmais écouté. Pourtant ça me tente bien.
      Je crois que je me sens prête pour plonger dans Black star. J'attends, j'attends, mais j'ai peur de perdre malgré tout l'émotion qu'il y aura si j'attends trop... Pas envie non plus que cela devienne un disque lambda à cause de ça.
      En tout cas, gràce à toi, Lodger a fait partie des moments de la revisite de son oeuvre. Ce disque, je l'ai toujours un peu mis de côté. Pour moi, il était entre Low et Heroes. Non pas chronolgiquement mais dans le sens de coincé par les figures des deux autres. Or je trouve qu'il a beaucoup gagné, là où Heroes a un peu perdu. Par contre, Low reste Low, un grand disque, l'un de mes préférés de Bowie depuis toujours. Même dans ses miniatures de la face A, il se passe quelque chose, comme si on était un peu bancal par rapport à elles...

      Supprimer
    5. Je vérifie Mercredi si rine de nouveau de ton côté... J'ai voulu faire le malin, UN dossier regroupant les deux dossiers pour les deux symphonies.

      Supprimer
    6. Voilà, j'ai séparé et renvoyé les deux symphonies

      Supprimer
    7. Merci. Mais si tu avais voulu faire l malin, tu étais surtout tombé sur quelque'un de pas maligne... Ca marchait très bien, c'est moi qui m'étais mal brouillé. Merci malgré tout pour ce 2eme envoi...

      Supprimer
  2. Pour info :
    http://gonzai.com/plan-culte-brian-eno-et-les-strategies-obliques/
    http://www.slate.fr/story/112989/strategies-obliques
    et ça recoupe pas mal les concepts minimalistes américains...
    Reich, Glass, Riley, Adams...

    bonne journée.

    RépondreSupprimer