Translate

dimanche 11 août 2019

Finalement... Avant de partir... Merci Pascal


Je sais, j'avais dit fermer sur des musiques de western...
Mais hier soir (Samedi 10/8 pour les archivistes historiens) en ouvrant ma boite aux lettres je tombe sur le CD de Pascal et son copain.

C'est davantage que des reprises. C'est ce qui caractérise une bonne reprise, c'est ce DAVANTAGE.

Cette version de Bob Marley.

J'imagine, après le crépuscule, une nuit bien profonde et calme.
Une nuit où on se dit "il est temps d'aller dormir"

Pour tout moment il y a des musiques, même quand il est temps d'arrêter la musique il en reste... de la musique.

01. Midi Set Electro - Watin'in Vain - Attendre En Vain (Bob Marley)



Bises
Antoine

samedi 10 août 2019

Magnificent Western ... Ciao les copains ... A se relire au retour de mes congés....


Je viens d'effacer tout un laïus sur mes sentiments après le visionnage de ALAMO de John Wayne.

Faisons simple, j'ai décidé de rentrer dedans sans me poser les questions d'usage.
Le moindre recul sur l'histoire et tout s'écroule.
Ça mériterait de bons échanges sur les thèmes de notre tolérance alimentée par les souvenirs, sur l'attraction de l'héroïsme morbide, sur l'histoire du Texas si on choisit véracité VS spectacle, sur les derniers plaisirs à regarder un film en VF, le western avant Sergio... etc...

Pas trop le temps.

Mais du coup cela m'a donné l'idée de mon dernier papier avant mon retour de congé. Dans deux semaines, même pas une séparation à salir le moindre Kleenex.

Quand j'étais môme, les premiers 33t que j'ai dû tenir dans les mains, ce sont ces disques de musiques de films rejouées par des orchestres, des pays de l'est? C'est un peu l'idée qui m'en reste (j'ai un doute sur l'analyse grammaticale de la phrase).

Les pochettes étaient dessinées.
Chez mon cousin, amateur du genre, j'adorais écouter sans me préoccuper de savoir si l'original était trahis ou pas.

OK, ensuite à avoir trop écouté les Ennio Morricone, on devenait plus attentifs... Pas forcément sévères puisque les oeuvres supportaient bien l'exercice.

Donc quand le générique de début du film:
01. Dimitri Tiomkin - The Alamo - Ouverture



Et moi, que voulez vous, c'est total nostalgie, même pas, je bascule directement comme quand j'étais tout petit, le souvenir remonte et pendant un court instant prend place tout en haut de ma pile de pensées, comme si j'y étais.

Un mélange d'images, de grands espaces, de belles chevauchées, et cet appartement HLM où habitait mon cousin, sa chambre séparée du salon par un rideau.
Et quand il plaçait le disque sur l'électrophone ... cela devenait la plus belle chambre du monde.

Alors, dans ces moments là, je pourrai entendre toutes les critiques et sur la musique et sur ce genre de film.
J'approuverai tout ce que j'entendrais.
Tout serait vrai.
Juste que l'on pourra me reprocher ce sourire idiot sur mon visage.

Oui, oui...

Mais chuuuut, ça c'est le Virginien....

01. Percy Faith - The Virginian
01. Ray Evans; jay Livingstone - Bonanza
02. John Barry - Dances With Wolves - The John Dunbar Theme
03. David Rose - The High Chaparral - Main Theme
04. Elmer Bernstein - The Magnificent Seven - Main Theme
05. Dimitri Tiomkin; ned Washington - Rawhide
06. Dimitri Tiomkin; paul Francis Webster - Rio Bravo - Rio Bravo-de Guello









Je vais finir sur une anecdote.
Nous entendions cette musique avec Catherine, quel film?




On a cherché.
Alamo? Tu crois? On dirait
Non, moi je pense à un Sergio Leone
Ha, lequel?

Haa ha ha ha ha

A bientôt

Antoine

dimanche 4 août 2019

Motorama: Go East to Russia, l'autre invasion Britannique ... Et l'Illinois encore. Que du hasard


Hasard #1

Je me promenais dans la sélection de MAGIC et ses 150 albums des années 2010 (cette idée aussi, de penser la musique en tranche)
Chaleur nocturne, allongé sur mon canapé, écoute de quelques titres de Grizzly Bear.
Des pauses pour conserver les oreilles fraîches, lecture des MAGIC fin 2012 et je tombe, un oeil certes distrait mais accroché.
MOTORAMA: groupe de pop RUSSE!!??

En ce dimanche matin, je décide d'un hasard utile.

Ils chantent en anglais, mon voisin passager sur le vol Irkoutsk-Saint-Peterbourg les aurait maudits lui qui m'avait jeté un regard noir à mon énoncé de BI-"TOU" au lieu de BI-"TWA"

Et tout russes qu'ils sont, c'est bien le courant anglais période JOY DIVISION/NEW ORDER qui les a atteints.
En pleine période de frontière poreuse.
Cela dit, cette réception à Rostov-sur-le-Don a tendance à rendre joyeux les joyaux obtenus!


Mais si, mais si... Écoutez (Sorry Keith, c'est pas du métal)


Pas mal hein?



Quelques autres pour enfoncer le clou:

01. Motorama - Calendar - Young River
02. Motorama - Calendar - Two Stones
03. Motorama - Calendar - During The Years






Hasard #2

Vous connaissez le JAPT? ("Et ça sent mauvais!!" Qui a dit ça?!!)
Ha zut, je recommence...
Vous connaissez le JATP
C'est en fouillant, cherchant les premiers titres de Illinois que je tombe sur ce sigle et sur cette histoire du jazz que j'ignorais (et tant d'autres)

Jazz At The Philharmonic



Il y avait aussi ce jazz, ces moments de fête.
Je retrouve, la surprise en moins, le plaisir d'écoute que j'ai eu sur SING SING de Benny Goodman au Carnegie.
Marrant ce souvenir, 1975? En pleine découverte de Aerosmith, chez Jean-François, l'idée qu'il a eu de sortir ce disque de swing?
Je n'ai pas de suite donné suite, mais une graine - lente - était plantée, il suffisait d'attendre - 2005 - le coup de pouce qui appuie sur la détente: Pascal et son conseil Bill Evans pour que tout me revienne.

Mais c'est pas pour maintenant, donc...

.... Tandis qu'en accompagnement Poum poum poum...
.... et que chacun de reprendre la main

si taper du pied en noir et blanc ne vous dérange pas.





1944


Bon, et en couleurs?

01. J.j. Johnson, Illinois Jacquet, Jack MCvea, Nat 'king' Cole, Les Paul, Johnny Miller, Lee Young - Lester Leaps In
02. J.j. Johnson, Illinois Jacquet, Jack MCvea, Nat 'king' Cole, Les Paul, Johnny Miller, Lee Young - Tea For Two
03. J.j. Johnson, Illinois Jacquet, Jack MCvea, Nat 'king' Cole, Les Paul, Johnny Miller, Lee Young - Blues
04. J.j. Johnson, Illinois Jacquet, Jack MCvea, Nat 'king' Cole, Les Paul, Johnny Miller, Lee Young - Body And Soul





dimanche 21 juillet 2019

L'incroyable Destin de Illinois Jacquet mais aussi le Lapin Effrayé (Le rapport? Va savoir Hector)


Moi, quand j'ai lu Illinois Jacquet, lu avant même d'avoir entendu, j'ai pensé à Georges de Villetaneuse ou bien à Robert de Brest.
Pas des rigolos, pas des qu'on marche sur les pieds

Illinois Jacket!! Ça claque mon gars.

Jacket a gagné son titre d'Illinois pour ses braquages de banques du coin, du sur mesure, jamais d'embrouille, jamais chopé? Mais pour finir trahi pas des jaloux.

Alors derrière les barreaux, il apprend le sax ténor pour faire son temps et devenir le grand que l'on connait aujourd'hui.

INCROYABLE .... mais tout faux.

Sauf que moi, Illinois Jacket, j'avais envie d'une histoire hard boiled plutôt que hard bop.


01. Illinois Jacquet - The Kid And The Brute - I Wrote This For The Kid
02. Illinois Jacquet - The Kid And The Brute - The Kid And The Brute



Au delà de ma MithoManiacoRigolissimo, c'est de la bonne facture ce swing enthousiasmant. Ça donne cette pêche qu'aime illustrer notre amoureux du genre, j'ai nommé le Jerry le Lewis.
Pour le non musicien que je suis il a su trouver les gestes pour exprimer cette sensation de trop plein de vie qui donne envie de...


Parfois, j'imagine le Jerry nous raconter à sa façon le Free ..

J'en ai pas fini avec toi, Illinois... mais en attendant que je me frotte une fois encore à ta Jacquet, un classique mélodique, une grande chanson jouée des milliers de fois... mais je ne m'en lasse pas ... pas pressé de voir arriver Septembre, mais en avant-goût:

Mmmmmmm

01. Illinois Jacquet - The Kid And The Brute - September Song


Maintenant faut que je me trouve une transition ...


01. George Benson - White Rabbit - White Rabbit



J'explique, c'est un peu laborieux, mais quand un grand du jazz prend ce titre du groupe Jefferson, groupe de rock qui parle de lapin... je pense réussir à...


Oui, bon, pas brillant, je manque de temps et de neurones connectés.

Allez, maintenant que la transition est faite, c'est LASPYKE qui a réveillé ce disque qui dormait au fond de mon disque dur, certes conseillé par un MAGIC de Mai 2008.

01. Frightened Rabbit - The Midnight Organ Fight - The Modern Leper




Avant même de le lire, j'ai pensé à ce style marquant, ce jeu de guitare à avoir trop entendu du biniou, typique.
La dessus des titres écrits comme des cercles ondulant et augmentant en puissance sans oublier un chant exalté plein de ferveur.
C'est un groupe Écossais, cela aurait pu être Irlandais, cela s'enflamme pour un rien avec l'air des cornemuses qui soufflent sur les braises.

01. Frightened Rabbit - The Midnight Organ Fight - Fast Blood
02. Frightened Rabbit - The Midnight Organ Fight - The Twist
03. Frightened Rabbit - The Midnight Organ Fight - Head Rolls Off
04. Frightened Rabbit - The Midnight Organ Fight - Keep Yourself Warm



Une fois bien emballé, j'ai envie de descendre dans la rue, courir avec un drapeau défendant les armoiries de la panse de brebis farcie. (Va falloir que je trouve un moyen d'en faire avec les ingrédients du coin)

Voilà, c'est ça le fil conducteur, une musique, des musiques qui donnent envie, plein d'envies.

Je ne m'attarderai pas sur le destin du chanteur, trop triste, trop peu mon propos.


samedi 13 juillet 2019

Edu Lobo: Renouer avec le fil brésilien ... Cette fraîcheur chaleureuse, sussureuse, murmureuse.


Moi je dis, un blog ça doit tenir une discipline, un fil, des fils conducteurs, sinon c'est n'importe quoi.
Quoi?
Et la liberté de s'exprimer sur ce que l'on veut,c'est quand bien même fait pour ça un blog, non?
Moi je dis, les règles c'est bien, je suis pour. Ainsi en les transgressant, l'impression de liberté en est amplifié.

C'est ça que je dis.

J'avais bien l'intention de suivre régulièrement ce fil brésilien. Régulièrement n'est pas fréquemment ceci dit.
Je vous jure que la mort de Monsieur João Gilberto n'y est pour rien.

Juste que quitter mon exploration Hip Hop demandait un virage qui aurait pu être pop, dream ou sunshine pop.
Ou jazz.

Finalement, en évoquant mon ami REVPOP qui m'avait découvrir des genres musicaux que j'ignorais, tel la SUNSHINE POP, il m'avait aussi convaincu que le Brésil était musicalement époustouflant, riche en variations comme un continent peut l'être.

Alors je me laissais convaincre et depuis si j'ai le bonheur de tomber sur...
Une suggestion, sans vous faire perdre trop de temps (déjà arriver jusqu'ici)

Consacrez quatre, QUATRE!! 4!! minutes de votre vie, pas moins sinon malentendu mal-entendu.
Donc, 4 minutes:

01. Edu Lobo - Cantiga De Longe - Casa Forte


Au moins vous savez maintenant.


Ça glisse, comme de la soleil pop, mais le parfum est différent. En cuisine on parlerait d'épices non pimentées qui donnent saveurs et couleurs sans avoir besoin d'ajouter d'artifices.

C'est langoureusement dansant, excitant

00. Edu Lobo - Cantiga De Longe - Zanzibar
01. Edu Lobo - Cantiga De Longe - Cantiga De Longe





Un joli compliment de Caetano Veloso.
De mémoire
Quand vous entendez, écoutez de la musique de Edu Lobo, il vous vient une furieuse envie de sortir dehors.
En me relisant, je soupçonne une possibilité de sarcasme! Du coup, je cherche l'original, tellement pfffouuu classe

... On sent le besoin de sortir de chez soi pour gagner de grands espaces ouverts, de rompre avec son petit monde étriqué pour partager un univers plus vaste que les autres, de quitter l'anonymat de la ville pour retrouver - son slip, mais non, voir si vous suiviez -  ses racines régionales.
1997 Caetano Veloso "Pop Tropicale et Révolution"

01. Edu Lobo - Limite Das Aguas - Limite Das Aguas
02. Edu Lobo - Limite Das Aguas - Cinco Criancas






Bon, quand même une règle qui rassemble tous les blogueurs qui parlent de musique, la récompense parfois cachée, c'est d'avoir accroché, hameçonné un auditeur qui déciderait ensuite lui aussi de se mettre à trouver, écouter et partager... Comme un livre qui nous a bouleversé, l'envie de le placer dans d'autres mains et tant pis si nous n'aurons pas l'occasion d'échanger les impressions.
Le bien est fait.

01. Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - Crystal Illusions
02. Edu Lobo - Sergio Mendes Presents Edu Lobo - Hey Jude






Et dire que c'est l'hiver, la bas au Brésil...

Pas beau mon fil!!??


samedi 29 juin 2019

Comme le disait James: Tandis que le Rap rappe, le Hip hoppe (ça passe mieux en Anglais) Part2


Part2?
Remember
"1988, Il est temps d'aller chercher des "noise" Part 1 (au cas où il y aurait une Part 2, possible mais incertain)"

01. James Brown - In The Jungle Groove - Funky Drummer


Genèse:
Je recule, je recule la chronique, pas certains d'en avoir envie. Pas d'envie! Indispensable.
Si c'était écrire un truc pour remplir? Hein! Non, si je dois partager une expérience.

Donc... Je commence à faire un peu de recherche, dans le livre FUNK je cherche des traces de l'année 1988 avec quelques belles étoiles proposées par Rickey Vincent.
Oui en attendant mieux.


Autre moment..
Le documentaire 2014 sur James Brown, NETFLIX. Par petit bout. Parfois tôt le matin au petit déjeuner.
Va savoir pourquoi, je décide que si Hip Hop, alors je veux associer M. Brown d'une manière ou d'une autre.
Ça tombe bien, 1988, la sortie d'une compilation de M. James justement.

01. James Brown - In The Jungle Groove - It's A New Day
02. James Brown - In The Jungle Groove - Give It Up Or Turn It Loose (Remix)




Comment dire.
Le documentaire.
Même si tout les titres sont coupés, je vous jure - OK comme un mec qui découvre la Lune - que sa présence sur scène, les débuts, que je ne visualisais pas, m'ont littéralement frissonné.
exalté, emporté.
Je viens de finir le docu ce matin, complètement hypnotisé sur le générique de fin.
Surtout que la veille à coup de bière et de spritz pour terminer vers 2h, je pensais passer mon samedi à mourir tranquille et ressusciter le dimanche.

Mais le James m'a littéralement remis sur pied. Et qui vient lui rendre hommage pour clôturer?



Et ce qui a tout changé, c'est que le James m'a montré - oui, à moi, perso - comment écouter Le Hip et le Hop. Avec le corps, et tandis que je tente d'imiter les mouvements du maître - même assis ça marche - je peux enfin être dedans!!

01. Public Enemy - It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back - Black Steel In The Hour Of Chaos
02. Public Enemy - It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back - Rebel Without A Pause
03. Public Enemy - It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back - Prophets Of Rage




Message politique, rupture d'attitude, jalon musical et naissance d'une nouvelle impulsion qui doit taper sur le rock.
OK
Mais, James c'est celui qui envoûte de son chant sur des notes qui se répètent à l'envie. Il a montré la voie voix.
Alors tandis que "Black Steel" résonne sur mes enceintes, je James à fond, en me tapant sur les cuisses (mon ajout à la chorégraphie)

1988, c'est tout ça donc que j'ai loupé.
Pourtant l'ombre de James avait déjà envahit ma vinylothèque, mais moi, on m'a rien dit.
Donc je ne risquais pas de savoir, la cour de récré, les discuss autour d'une bière au comptoir tandis que flipper flippe... C'était loin.

Sinon....


... Je me serai attardé sur cet autre album.

01. Boogie Down Productions - By All Means Necessary - Jimmy
02. Boogie Down Productions - By All Means Necessary - My Philosophy
03. Boogie Down Productions - By All Means Necessary - Stop The Violence
04. Boogie Down Productions - By All Means Necessary - Ya Slippin'




Sous vos yeux, c'est pas rien, une révélation.
Mos Def m'avait conquis, beaucoup de soul dans son "Black On Both Sides"
Le RANX avait déjà planté quelques graines, 2015 et son "Man Plans God Laughs" de Public qui m'avait déjà bien scotché.

Il y a quatre ans, c'était déjà ici <== Clic Clic

Pour parfaire la conviction, il me manquait le James, qui apprend à ne pas écouter qu'avec les oreilles.
Vous savez quand le James, soudain prend une pose de quelques nano secondes pour ensuite se reprendre, à ce moment la rythmique doit répondre.
Si elle suit pas! Hop! Pénalité. C'est qui le boss?

Le Rap propose ces moments, tout le temps.
Il a piqué au funk, certes, mais il mis en écrin cette méthode, alors quand vous écoutez, n'oubliez pas de bouger... les jambes, les bras, les coudes... le bassin ouille aille ...  et les oreilles pour les plus doués!!

Je m'emporte, je m'emporte .. je ne résiste pas, j'enchaîne gang, qui sait quand j'y reviendrais?


Enfin, des sample que je reconnais... Ha ha.
Ensuite je ne peux que radoter.
Funk, Hip Hop, Rock. ...

Pourquoi je pense Fat Boy Slim? Hein?

Des volées de mélodies volées collées sur du rythme, surtout du rythme, jusque dans le vocal récité . THE GROOVE.

01. EPMD - Strictly Business - Strictly Business
02. EPMD - Strictly Business - I'm Housin'
03. EPMD - Strictly Business - Let The Funk Flow
04. EPMD - Strictly Business - You Gots To Chill





Encore un? Le dernier pour la roots


01. The D.O.C. - No One Can Do It Better - Comm. Blues
02. The D.O.C. - No One Can Do It Better - Beautiful But Deadly
03. The D.O.C. - No One Can Do It Better - No One Can Do It Better
04. The D.O.C. - No One Can Do It Better - Comm. 2






Bon, fini de se balancer, dire OUI constamment avec toute la tête et le corps... J'ai mal au cou...

Ranx raconte souvent le rendez vous manqué avec le rock.
Me souviens aussi de notre façon de cataloguer Pop, Rock et Soul, Funk comme si c'était étanche.

1988? j'étais trop vieux pour adhérer. Mais je me serais bien vu alterner avec quelques bons James Brown

01. James Brown - The Singles, Vol. 8 72-73 (Disc 1) - Hot Pants Road



1988? On ferme?

PS: Tous ces albums sont de 1988? Disons que j'ai à chaque fois une source qui propose 1988. Alors les autres, je les ignore!!

mardi 25 juin 2019

Quand c'est Sunny: Seth Swirsky (Même pas peur des rappeurs sauf ma soeur qu'a pas de coeur)


Je réfléchissais à ma chronique 1988 Jazz Funk & Hip Hop. Ça patinait un peu.
Une compilation virtuelle mais dynamique au boulot, soudain:

01. Seth Swirsky - Watercolor Day - Summer In Her Hair



?? D'où que j'ai cette musique (rappel, mon IpMix ne mixe que ce que j'ai en MP3, faudra que j'en refasse un peu la pub)

C'est qui ces 7 Suisses skiant?


D'où? C'est qu'à l'époque (2010?) chez les Paps traînaient quelques spécialistes de la sunshine baroque chamber Pop. Dont j'étais friand, mais sans la patience d'aller fouiller pour dénicher des perles (The Pearlfishers :-)  )

Un des membres, Cericpop, m'avais fait découvrir ce monsieur. Trop vite écouté il semble.

Au fait, la chronique de Wiki nous en apprend une bonne, le monsieur a composé, par exemple:

01. Taylor Dayne - The Power Of Love, 60 Powerful Love Ballads Cd3 - Tell It To My Heart
02. Xscape - Traces Of My Lipstick - One Of Those Love Songs
03. Al Green - Don't Look Back - Love Is A Beautiful Thing
04. Rufus Wainwright - House Of Rufus, Rufus At The Movies - Instant Pleasure