Translate

samedi 25 septembre 2021

Wagner Siegfried. And the Winner is... Oder Der Gewinner ist

 


C'est la première fois.

C'est la première fois que je cherche, que je compare et qu'enfin je décide de choisir.

Deviendrai je mélomane à l'oreille affutée? Puis je oublier le malheureux achat de MADAME BUTTERFLY en pensant acheter LA BOHEME? 

(Mes excuses, dans les deux cas c'est Puccini et puis ça commence par un B)

Je raconte parfois cet épisode qui finalement m'a ouvert les portes de l'Opéra. S'en souvenir c'est aussi un moyen de la jouer modeste. Modeste jusqu'à aujourd'hui.

Aujourd'hui je prends mes choses ... heu ... les choses en main.

Le RING assez vite j'ai opté pour M. Karajan. D'abord parce qu'il est le chef de ma version préférée de BOHEMFLY. Ensuite il n'y a pas besoin de "ensuite" quand on parle de Mooonsieur Karajan.

Pourtant si la magie a fonctionné en plein sur l'OR DU RHIN, sur la WALKYRIE, il y avait comme une frustration dans sa suite SIEGFRIED.

Généralement je cherche et je lis les critiques croisées pour trouver une des meilleurs interprétations de l'oeuvre que je souhaite m'approprier. Manque de temps pour juger plusieurs versions et tellement à découvrir. J'ai la conquête quête laborieuse.

J'avais en face de moi en disque Solti, Karajan et Kraus. En image Cherreau & Boulez ou Mehta-Fura Dels Baus.

Karajan l'avait emporté, surtout pour l'OR DU RHIN dont le chant se détachait avec bonheur de son orchestration.

Mais SIEGFRIED. Je me replonge dans les avis et je tente Kraus.

Convergence d'émotions: les tressaillements à l'écoute des grands ténors tel Vickers. La jouissance d'être écrasé par une orchestration qui rend tout petit. La révélation d'un mystère hors du temps. Une Walkyrie bouleversante et déterminée. Enfin un abandon qui n'a rien de cérébral. 

Un abandon qui me transforme en géant!!!

01. Richard Wagner - Der Ring Des Nibelungen  3 Siegfried 4 On 4 (Krauss) - Selige Öde Auf Sonniger Höh!


02. Richard Wagner - Der Ring Des Nibelungen  3 Siegfried 4 On 4 (Krauss) - Heil Dir, Sonne! Heil Dir, Licht!



03. Richard Wagner - Der Ring Des Nibelungen  3 Siegfried 4 On 4 (Krauss) - So Starb Nicht Meine Mutter


04. Richard Wagner - Der Ring Des Nibelungen  3 Siegfried 4 On 4 (Krauss) - Ewig War Ich, Ewig Bin Ich


Dans le silence qui suit, je reste envouté et je décide de rejoindre mes pairs dans notre CRÉPUSCULE

dimanche 29 août 2021

Mini Papier sur Johnny Rivers, ça m'est venu comme ça comme un "Fabulous Thunderbird"

 


Ben oui, ça commence ici ==> (ton't forket tou clic on the link)

ici ==> "Manger Danino"

Nous nous retrouvons vite, nous? Potes et webpote, sur ces groupes sans chichi, sans gros tube qui rapporte et change la donne, un pied dans le passé, l'autre sur le rétroviseur et les deux mains sur le volant.

Orgue pas lourde à transporter (je crois?) un harmonica, guitares et batterie et des envies de public. 

Côté Ranx nous trouvons les les "Fabulous.." EWG et son "Chuck"... chacun les siens, à échanger.

Mon regretté ami Kaserio, début 2.000 tenait à nous rappeler.. appeler en fait pour la plupart d'entre nous le Johnny Rivers. "Memphis"


Kaserio il l'aimait bien le Johnny. A tel point qu'il précisait rarement le nom, du coup plein de chances qu'il y ait quiproquo.

M. Rivers (autre quiproquo possible) il faisait des reprises, il composait peu, il n'était pas un dieu de quoique ce soit. Un timbre de voix et des albums en live au "Whiskey", un SON. 

Du coup les reprises prenaient THE COLOR ambrée du coin. Même un truc des Supremes était absorbé "Stop! In The Name Of Love"


Marrant en ce début 60's c'était déjà rétro.

Comme si à l'époque il était nécessaire de se souvenir de la décennie précédente et si plus récent? Renvoie de la chanson vers le passé: "Can't Buy Me Love"


Y'en a qui, revenu de congé avec groupe de baloche encore sonnant aux oreilles, pourrait le comparer à un artiste de bal qui ferait sa tournée d'été.

A ceux là je répondrais que si je l'avais rencontré je n'aurais pas décollé le cul de ma chaise sauf... 

"I've Got A Woman"


Retourné à ma table, repris deux gorgés ... sans m'assoir ... 


Moins enlevé que le Jerry? Oui, mais sur Jerry je m'essouffle davantage.

Mais ça c'est une autre histoire. Mes efforts cardio méritent bien un autre sujet.

La bise et à suivre

Un petit rappel de cette ambiance,  ce "clap your hand", l'appel entendu par les copines du rang devant et tutti quanti



mercredi 4 août 2021

Paul Weller: Part 1.2 ou 2, en fait je ne sais pas trop: "Wake Up The Nation"


 Embarqué dans ce "THIS IS" que je suis, mais au lieu de préparer le titre qui marque l'album pour passer au suivant.

Je m'attarde, j'hésite et je me surprends.





La première surprise sur le morceau titre


D'abord son chant, pas celui que j'attends. Bon.

Ensuite une impression familière. Pas tout de suite, mais cette façon heurtée de chanter, pas la sienne mais qui va bien au titre? Pfff.

Eureka

J'ai pensé à "Pere Ubu" 


Hein? Oui, la similitude est lointaine mais le fait est que cela m'a frappé, pas forcément au coin d'un bon sens de l'audition mais le fait est que... (ça sent la boucle à répétition)

Ensuite, le coup de grâce, quand on se permet de slalomer autour des genres appréciés par l'auteur (Lequel? Les deux!), et les changements de timbres nécessaires: 


C'est tout pour moi en fait. J'adore quand un compositeur s'imprègne des airs du temps, s'approprie des styles, tente de faire avancer le truc sans rechigner des coups d'oreilles dans le rétroviseur.

Il y colle sa patte, le jeu parfois et de la retrouver quelques soient les tentatives de modernisations camouflantes. David Bowie étant probablement le plus habile et ludique en la matière.


Ma douce aime dire qu'elle n'aime pas l'expression: "sans couture" et qu'au contraire il y a des coutures qui tiennent bien ...

C'est exactement ça. monsieur Weller ne finasse pas, les influences sont visibles, nombreuses et pas pasticheuses. Et ça ne craque pas!!

Du coup "Wake Up" je l'ai adopté, musardé, flâné en oubliant mon intention première. Ecouté en entier, par petit bout, par préférences, par les moins écoutés... en gros c'est devenu un album. Que je l'aime..

Date de quand? 2010! Une bonne date pour arrêter et reprendre, peut-être, plus tard. Car j'ai un autre fil, ténu mais tenu. Un truc grandioooose, une tour Dubaïenne, une cathédrale, une forteresse, pièce d'un ensemble ogresque.

En attendant, promis, j'ai promis, je fini le THIS IS en oubliant le après 2010... + cet album, le tout en drop pour ne pas trop me trahir.

A bientôt



mercredi 14 juillet 2021

Paul Weller (a)Part1.1: Illumination & Elvis Costello When He Was Cruel (20 ans déjà)

 


Celui ci n'était pas prévu.

En échangeant sur les albums solo de Paul Weller avec Ranx j'évoquais mon papillonnage sur sa discographie, picorant de ci de là, accompagné du HS UNCUT pour me focaliser sur quelques titres, sans oublier AMG.

Oui, donc, une écoute parcellaire et guidée. Avec des oreilles suffisamment fraîches avançant sur un THIS IS pour couvrir une période riche mais mal connue par moi.

De là à m'attarder sur un album. Et pourtant.


Je cherchais même avant ce disque comment qualifier, pas le genre musical, mais l'impression qui se dégage de ses chansons. J'ai trouvé cette formule qui convient à pas mal de ces artistes chansonniers, dit SONGWRITER, tel mon chouchou Graham Parker, Van Morrison... Chris Bailey, Chuck Prophet récemment découvert et sans oublier le fameux etc..

La formule?

Il y a beaucoup à entendre et presque autant à écouter. Chaque titre à quelque chose à faire passer. C'est un peu pop, un peu rock, un peu soul, un peu folk.

Avec plus ou moins une empreinte personnelle. Parfois juste une voix comme fil conducteur. Basse, batterie & guitares. Quelques instruments, autres invités pour placer des touches de nouvelles couleurs. Ici ou là un petit gimmick pour marquer son temps.


Et puis j'ai eu cette écoute sur ILLUMINATION. J'ai accroché sur tous les titres. Alors je décide de l'exprimer, après tout ce blog me sert à ça.


Le "20 ans déjà" pour souligner que le temps s'est contracté. Les années 80 c'étaient il y a bien longtemps. Les années 90 c'étaient hier et depuis tout est d'aujourd'hui.

Une disque de 2002 c'était il y a pas bien longtemps, non? 

Non! C'était il y a 20 ans. Ha oui quand même. Dont acte.


Toujours d'une pensée à l'autre. À propos de ILLUMINATION je lis sur AMG 

soulignant la sensation réconfortante de la majorité de l'album. Mieux encore, tout se passe sans effort (contrairement, disons, aux efforts laborieux de son pair, Elvis Costello , sur sa sortie de 2002 When I Was Cruel ),

Laborieux, laborieux... est ce que j'ai une gueule de ...

Ceci dit, je le connais mal cet album. Donc



Laborieux, laborieux... non mais! 

Déjà quelle fabrication ce titre. Un son de guitare entêtant et ce "OUN" ponctué tout le long. J'adore, j'adhère.

Sur le titre DUST, d'abord de l'album puis en public. L'occasion de rappeler qu'en concert, si Costello n'est pas un showman à la Springsteen, il sait tourner le dos au son studio pour jouer au plancher. 




Et comment ne pas fondre sur ce "Episode.." deux Costellos pour une seule chanson: Cabaret GogueGroGnard et Crooner tendre. 




Je fini sur ce "Radio Silence" ... car il est temps de conclure


Écriture mélodique alambiquée, entortillée. Les mauvaises langues pensent amidonnée.

Une fois acquis et conquis, l'auditeur tire une certaine fierté - mal placée? - à apprécier le titre, comme avoir résolu une énigme. Avec ce plaisir d'y retourner en faisant semblant de découvrir la chanson pour la première fois.

Alors laborieux?

En tout cas moins magique que sa collaboration avec Burt Bacharach. Le maître de la ritournelle lumineuse, qui à force de retravailler la chanson obtient l'évidence.

Bah, Elvis je l'aime aussi comme ça.

Sinon, de quand il date ce disque? 2002? 20 ans déjà?

Mais non, pas encore.

Ouf.

samedi 10 juillet 2021

Paul Weller Part1: JAM & STYLE COUNCIL (Un THIS IS puisque Keith en congé, j'en profite)


Ça fait un moment que j'y pense. Mon histoire avec lui est juste un peu moins forte qu'avec Elvis Costello, mais il y a une histoire.

L'histoire d'un artiste encore là et pas qu'un peu, tellement que alors deux parties de post au moins!

En feuilletant le spécial UNCUT qui lui est consacré, j'extrais cette photo (du haut) histoire de dire qu'à choisir j'aurai mieux fait de le prendre comme modèle (avec de la volonté), quoique aujourd'hui il a plutôt adopté le look de ...


... Alex Metayer.

Parlons musique plutôt (frappante, hein, la ressemblance!!) 1977 naissance du mouvement punk.

J'étais, nous, vous étiez jeune et inconsciemment mûr pour adhérer à un mouvement nouveau et musical. Disons nouveau dans le sens mouvement plutôt que musical.

Je cite parmi ceux qui nous ont happés: Sex Pistols, Clash et Jam (je ne compte pas Dr Feelgood, parce que je suis à la recherche d'arguments) sans oublier les etc...

JAM moi j'étais pour. Une filiation avec les THE WHO (ou the LES WHO): un gros son, une guitare qui vrombit et un héritage pop britannique, celui des Beatles


Oui, oui, comme les Who, il y avait cette volonté de survitaminer de la mélodie... Pop. Par exemple quand les THE WHO chantent


- Hey!! C'est en play-back

- Et alors, je te demande si ta grand-mère s'est mise au vélo électrique?

Contrairement aux CLASH que j'écoutais beaucoup aussi, JAM je continue aujourd'hui, un peu de nostalgie mais aussi ce goût ferme et définitif pour cette pop rock britannique que je retrouve davantage chez les JAM. 

Même si... mais restons sur JAM.

Note: Préparant un "THIS IS" qui sera distribué sur D ROP & B OX et sachant que tous ne s'y abonne pas, je donne les titres.

Away From The Numbers (Album "In The City")

I Need You (For Someone) (Album "This Is The Modern World")


Puis ce disque grandiose, qui ne renie rien, qui ajoute grisaille, poussière urbaine (genre SMITH) et cette énergie/colère retenue... Je pourrais proposer tout l'album. De gros titres tel "Down In The Tube Station At Midnight" ou "'A' Bomb In Wardour Street"

Mais mon choix à moi c'est

Mr. Clean (Album "All Mod Cons")


Pour ce deux titres au prix d'un.

Et me voici accroché pour un moment et quand sortira ce "Setting Sons" et ce 


- Mais c'est...

- Grand Mère, vélo


The Eton Rifles (Album "Setting Sons")

Scrape Away (Album "Sound Affects")

Comme dirait Alain Decaux, début des années 80, je ne pouvais pas prévoir, non pas un virage, mais une extension musicale.

Paul Weller devenait à mes yeux tout ouïe dehors un chansonnier (Songwriter sonne moins manche de ce côté)

Et annonce ces/ses influences qui m'ouvre vers un passé pop. Tel TAMLA


Town Called Malice (Album "The Gift")

Fin de les THE JAM

Naissance de STYLE COUNCIL

Forcément cela perturbe (sauf moi, Elvis m'avait bien habitué à l'ouverture pas qu'Anglaise)



Ha ben oui... années 80. Nous pourrions en faire des pages et des pages de ce style aujourd'hui quasi maudit (moins que la prog) le retour de la chanson single légère et PoPopJazzyMainStream

Dans ces années de mes amours c'était idéal

You're The Best Thing (Album "Cafe Bleu")

Moi qui nageait en plein bonheur, j'avais ma bande son


With Everything To Lose (Album "Our Favourite Shop")

The Cost Of Loving (Album "The Cost Of Loving")

Après, après... j'ai un peu lâché l'affaire. 

Me suis rattrapé depuis, quelques bons moments, même sur cet album que UNCUT qualifie d'Album "malade", ceux que l'on aime chérir parce que ... moins populaires, moins vendus, pourtant révélés à celui qui su écouter puisqu'entendre ne suffisait plus


Confessions 1, 2 & 3 (Album "Confessions Of A Pop Group")

Promised Land (Album "The Singular Adventures Of The Style Council 83-89")


Cela aurait pu être une fin pitoyable avec le dernier album (..Decade...) rejeté par la maison de disque qui le sortira bien des année plus tard

Sure Is Sure (Album "Modernism, A New Decade")


Pourquoi des années plus tard?

Parce que Paul Weller, lui, n'était pas fini

à suivre


dimanche 27 juin 2021

Status Quo: pour se débarrasser d'une idée, pour les souvenirs et pour répondre à LA question

 


J'étais sur le chemin d'un post sur mon Wagner, 3eme volet du Ring, en déviation je pensais évoquer Paul Weller.

- Tu nous racontes ça pour te rattraper sur la suite?

- Et alors, ta grand-mère, toujours en vélo?

- Quel rapport?


Et puis il y a eu ce message d'un de mes contacts web, mister Keith Michard

"Sinon, t'as pas essayé Status Quo ou Motörhead, c'est garanti sans OGM et c'est bon pour la santé "

Je pensais lui tomber dessus pour évoquer ma jeunesse bérieuse avec Motorhead (et mes années de germanique pour manipuler le Oum (pas le dauphin) "umlaut ¨) 

Et puis non. En remontant plus loin.

J'ai 12 ans, ou 13 même 14. 14? Non, 13, voilà.

A cette époque j'achète quelques vinyles, pas chères. Pour 10 Ffr tu as un double album avec, genre compil avec quelques originaux et... bon, des originaux.

Dedans. Il y avait la baaaaâaaase

CAROLINE


- Un vieux chauve et un mec à perruque. C'est quoi l'idée?

- Viens, faut qu'on cause

- Heu, pourquoi dans ce réduit?

- Viens, viens....


Et moi c'était engagé. Il y avait comme un ingrédient. 

Suivi de "Down Down" acheté en 45t..

Puis un cadeau "Blue For You" sympa mais tardif, déjà, affranchi, un goût certains pour le goutage, pendant que Status Quo


Moi j'apprenais ma grammaire par coeur


Ensuite, finito, terminato, plus de Status Quo...


Aujourd'hui, je me dis, au fait... en fait au fait, ils Sont devenus. Quoi? QUOI!!

Et bien, même recette, moi plus vieux et tolérant sur le gratuit, tu me retrouves le CAROLINE, tu m'ajoutes de l'harmonica et OK, je tente et j'ai raison de ne pas me tromper

Pas être chiant. Mais un rock qui démarre avec Harmonica, je deviens comme un critique vendu de R&F... j'achète:


Et voilààààaaaaa

- La pofète et foute pourrife...

- (merde, j'avais pas fermé le réduit à clé) attends, attends, retourne à tes liens, je vais t'expliquer

Bon, un éléphant d'Afrique qui précède un Indien, ça sent le trucage photographique.

Pour l'anecdote, j'ai alterné le dernier AC/DC et cet album de Quo, et bien (ou He bien?) le AC/DC - because le chanteur - est davantage pénible. 

Conclusion?

On est obligé?

Si, le plaisir de vous repasser ce Parker

"Hey, seigneur, ne me pose pas de question"

"Je n'ai pas de réponse"


Et puis ce Status Quo(i!) a pu faire aimer ou découvrir Graham Parker, je n'aurai pas perdu votre temps.

Ciao, j'ai des élections à organiser (une pizza à acheter)

jeudi 27 mai 2021

En vrac, "vos" conseils, une obsession & un drôle de rappel: Costello, Arab Strap, Melies et St. Vincent

 

Je commence par une obsession, forcément cela a dû vous arriver, plus d'une fois. 

Je raconte.

Une musique virevolte dans la pièce, vous n'y faîtes pas attention mais soudain vous saisissez une plume au vol. Elle s'imprime. Ce bout de musique résonne dans ma tête, ça me fait penser à ...

Haaaargh... penser à à à à... ça ne vient pas. 

Dans ce cas je coupe la musique coupable. ET je me rejoue dans la tête la petite plume. Juste quelques notes, pas grand chose.

Je ne trouve pas.

ET puis cela s'estompe. J'en perds la trace.

Je suis un grand garçon, je ne pleure pas, mais je me pense inapte à partir dans l'espace, il faut des nerfs.

Alors? Alors je réalise que si c'est imprimé c'est que j'aime alors je décide de prendre les titres **** mon panthéon. Si je meurs et que bruler n'est plus courant, je veux que l'on m'accroche mes musiques, là où je vais, je ne veux pas prendre de risque.

Sur le podium tout serré, 5.573 chansons. Je décide de me les zapper une par une, pour trouver.

MIRACLE.... I'M SPEAKING!!!  C'est la 1.818eme..... 

Et la plume dure quelques secondes; de 3:08 à 3:12, sa façon de changer de braquet. Et je vais mieux.


Au passage, ma mémoire n'a pas été très tendre avec moi. Elle n'a pas su me restituer la voix. 

Seul Pascal Georges peut expliquer ce que notre cerveau compresse pour pouvoir retenir de la musique.

Pire que le MP3

Puisque j'y suis, du même album une belle valse, la version studio a une belle sonorité de basse, mais cette version en public - que je découvre pour l'occasion - est plus touchante et elle donne soif.

Je craque, je vais me chercher un verre de rouge ... à de suite.



Bon passons aux conseils d'écoute, aux incitations, ce qui justifie l'existence des blogs pour ceux qui n'ont plus la chance de connaître ces moments où l'on vous pousse une musique pour avoir votre impression.

Je redécouvre avec ma douce.

Conscience qu'une musique écoutée à plusieurs est meilleure qu'écoutée par une seule personne. Pire!! Par personne!!!

Charlu ce fut zissi, click lala

Et Ma Dame a bien aimé ceci... merci une fois Charlu


Et toujours le Charlu la la la, click zissi

La chance, madouce aime le Thiéfaine, aime la chanson française et là c'est cadeau.

Merci 2**


J'avoue ne pas avoir de suite reconnu la voix de Félix. Mais faut que je m'y fasse, le synapse rouille.


Bon je n'ai pas fini, quelques échanges sur les Kinks m'ont bousculé, mais ce sera pour un autre post.

Je veux revenir à ces obsessions, ces moments qui nous sautent à l'oreille.

Cette fois ci, cela a été fulgurant.

Madame Saint Vincent (très chouette album au passage pour l'été qui s'annonce après le printemps, si, si, j'ai vérifié)


Alors?

Vous voyez pas?

P'tain c'est évident (notez l'importance de l'apostrophe)

Je vous laisse dans votre jus, il n'y a pas que moi qui doit souffrir.

Un indice, vous voulez un indice?

OK, voir la photo au début du post.