Translate

lundi 13 janvier 2020

Mini Chronique 3/3: Tardif et coup de coeur gros comme ça, Raspberries (Teasons les amateurs de McCart)


Je reste dans la tiquette et littérature PowerPop.
Mais c'est ce titre qui m'a décidé =>


Hey!! Mon Charlu, c'est Wings, le versant pop des Beatles... ça, et quand il pousse la voix le mimétisme est total. Même pas du pastiche, juste une grande chanson.
Je lis que les mecs ont souffert de la comparaison, pas de succès.
Et puis, Eric Carmen en solo, "All By Myself" bon, lui au moins aura eu son "Yesterday"

Je reste sur 1972 en attendant de découvrir le reste qui d'après les musicoloques serait encore meilleur.

En attendant
Je jubile par avance rien que de me remettre ce matin ces airs là:


Les scientimusifiques nous expliquent que si ils ne sont pas le meilleur groupe de Power Pop - ce serait Big Star - ils ont été les plus influents.
En tout cas l'ingrédient Carmen - ballade bluette - est épicé par les copains framboisier pour donner des mélodies imparables...
...A donner envie d'être amoureux

Un peu plus bluette


Un peu plus épicé (ho j'ai pas dit ROCK non plus)


ou totalement McCartney


1972!! Pas fini.


L'autre album de 1972, trompeur, au premier titre on pourrait penser à une attaque à la FREE, ouf pour ceux qui se sont installé comme moi sur un nuage de sucre bleu et rose.


Je profite d'une petite brise pour me balancer
L'image du nuage en sucre est un peu collante, mais idéal quand on a une petite faim

Pour oreilles tendues: le petit gimmick vocal "I saw the light" me fait penser à la réponse "The seed of love" des TEARS.


Bon toute bonne chose en musique, une fois à la fin se réécoute, mais avant de se quitter. Je ne résiste pas à ajouter le commentaire lu pour le titre qui va suivre.

Les deux sommets du disque, en dehors du single, sont "come around & see me" (devantf ajoute: celui là vous avez qu'à écouter le disque) au rythme chaloupé dans un esprit folk rock acoustique ainsi que leur "stairway to heaven" (Devantf ajoute: ha ha ha ), "I Can Remember" longue plage de huit minutes tout en crescendo, envolées lyriques et choeurs.
C. Brault: Power Pop Mélodie, Choeurs et Rock & Roll 1970-2019 (Le Mot et le Reste)
Moi aussi, et d'autres d'ailleurs, je pratique la comparaison pour attirer l'auditeur, mais là le Christophe (le C. c'est lui) pousse un peu fort la grand-mère qui fait du vélo dans les orties.
C'est pour la bonne cause? Alors OK!


Voilà, Fini Westfall, 20-20, Orange Peels & Raspberries...
... Jusqu'à la prochaine


dimanche 12 janvier 2020

Mini Chronique 2/3: 20-20 & Orange Peels, Double Clin Clin 2D'oeil.


En feuilletant des chroniques sur le genre POWER POP.

Cette tiquette je l'aime particulièrement, comme le SOFT ROCK, ces deux là on les imagine comme des courbes qui doivent forcement se croiser pour produire des albums de ... POP ROCK?

2020
Numéro UN dans les classements des groupes poisseux qui auraient dû être numéro UN.
J'imagine bien les mecs, quarante ans plus tard, un livre de passionné à la main, retrouver leurs noms associés à ce qui se ferait de mieux dans le genre.
Ça fait un peu prix de consolation?

Faut dire que c'est de la provocation que de choisir 20/20 comme nom de groupe, comme qui dirait BIG STAR où je ne sais.




L'occasion de cette année, de ce janvier était trop belle pour les placer ici.

A l'époque je n'aurai eu aucun mal à leur trouver une place sur l'étagère.
Je m'imagine déjà réfléchir à l'endroit idéal: au tout début ou bien à la lettre T.

J'aimais, j'aime bien encore cette pop ... comment dire sans retomber dans la tiquette POWER POP qui a le mérite d'être explicite ici?

N'ambitionne pas l'écriture (presque) sophistiquée à la Costello et ses ruptures de ton, ou les Crowded House avec leur délicatesse.
Ici, une idée mélodique, arrangée à coup de gimmicks simples mais frappant, attaque frontal, rythmique de chantier.

La difficulté? Trouver le moment où l'on sera réceptif aux coups répétitifs


Une fois que l'on se diapasonne, il n'y a plus de mal à s'en laisser passer quelques unes


Bon, raconté comme ça, j'en fais un peu des bourrins, alors que pas davantage que le furent les Motors, Beat ou Knack et même que parfois c'est un poil, non disons à un cheveu de parler de  finesse d'écriture.


Bon, on ne va pas se quitter comme ça, encore une petite ritournelle , le pont Top Of The Pop qui fini l'année 79 pour annoncer 80....



Mais j'en ai pas terminé avec 2020


Comment dire.

Pour paraphraser Fabrizio De Andre à qui on reprochait ses investissements dans la terre incompatibles avec ses positions politiques, il avait répondu qu'il pensait à ses enfants vu que dans tout son répertoire il n'avait pas de chanson comme YESTERDAY.

J'adore cet hommage et c'est un peu le problème pour ces groupes que j'apprécie particulièrement.
Ils ne sortent pas facilement du cercle des amateurs de pop qui pratiquent des écoutes successives pour en extraire le charme.


Tiens un échantillon:


Ça sonne pop Bee Gees ici
Me fait penser à ces écritures à la Boo Radleys époque King Size, Martin Carr, Crowded House ou Prefab Sprout avec peut-être un peu moins de facilité ou davantage d'écoutes au choix.

Ou bien je pense à cette période fin 70 où après Costello, j'était attentif à toute cette pop britannique Nick Lowe, Squeeze etc... bien loin des postures punk mais encore dans un format pop song que les synthétiseurs n'avaient pas vampirisés

Comme une parenthèse quoi.


De cet album mon titre fétiche, peut-être plus simple plus proche de la POWER POP justement


... la prog a aussi laissé des traces, non mais! Quoi alors!! Tout n'est pas perdu.


Voilà, voilà et pour en rajouter dans l'enthousiasme si j'en crois les anciens enthousiastes, tous les albums sont de ce niveau, même des mieux.
Et si je me suis permis de ne pas mettre le meilleur - plus tard peut-être? - c'est que le titre de l'album se prêtait bien au petit jeu du 2020...

... 2020 justement ne vole pas sa tiquette PowerPop




Mini Chronique 1/3: Cliff Westfall - Baby You Win. Pour la pochette


3 vite fait, tout ça pour passer à autres choses.

Ce système de découvertes, d'écoutes, d'idées pour une chronique qui prennent corps.
La chronique c'est le moment ultime où l'oeuvre entre en ma mémoire, ce qu'il me restera quand l'électricité sera rationné.

Si j'étais présomptueux.
j'imagine une pièce pleine d'artistes qui attendent mon bon vouloir, tous serrés dans mon disque dur: des orchestres philharmoniques, des groupes de rock guitares basse batterie, des folkeux qui apporte leur tabouret au cas où, des rappeurs, du gros matériel électronique et digital, des musiciens venus de tous les coins du monde, profitant de mon classement par année de copie pour faire connaissance.

Tout est bon pour décider de mon prochain papier, j'entre avec eux dans la pièce, je passe de l'un à l'autre, j'écoute, ou bien je me dirige vers une vieille connaissance, ou bien je me laisse tenter par un parrain et ses recommandations, un CV rédigé par UNCUT, Inrock ou MAGIC ou bien ....

... Je demandais rien sauf qu'en quittant la piaule à musique, errant dans les couloirs de AMG, une pochette et BING

- Hep, toi, là-bas, oui, toi...
- B'jour m'sieur, excusez, je me suis trompé d'endroit
- non, non, approche...

À la vue de cette pochette, ce fut Pavlovien ou Freudien

(Aparté: une idée vulgaire, pas possible de l'exprimer tel quel, pourtant elle me fait bien marrer...)

Pavlovien ou Freudien, vous savez comment un chien montre qu'il est content, Freud ne dit rien d'autre.

( Et voilà)

C'est tout un pan de littérature, de film, de BD je ne saurai dire, mais en tout cas il me fallait savoir.

Et puis il y a ce commentaire sur AMG, la seule piste, la seule incitation autour d'un disque même pas coté:

....I know it’s only July, but dear god, if there’s any justice in the world, “Baby You Win” will be recognized as one of the very best releases of 2018. This is a highly recommended album.
https://www.allmusic.com/album/baby-you-win-mw0003192504/user-reviews 



Haaaa Monsieur Van Deusen, je suis de tout coeur avec votre souhait, mais ça va sacrément dépendre du décor environnant.

N'empêche, même si je suis pas encore conquis à 100% au genre, je commence à aimer sans obligatoirement chercher le haut du panier.
Comme un bon vieux polar, collez moi le minimum, renoncez à toute originalité, je serai encore client.

Tiens



Un cliché, c'est mieux quand on l'a goûté. J'ai fait. Memphis, bar a Cow-Boy aux horaires accueillants, le bois domine, puis la bière et le thé glacé. Et sur la scène, ils sont même pas obligés d'en rajouter question tenue, la musique suffit.


Bienvenu Cliff!

Vous voyez, quand j'étais ado je rêvais être une star de rock - sans avoir à connaître la musique - pour les filles, l'argent, la fête quoi.
Aujourd'hui, ça n'a pas changé, mais j'ajouterai bien l'envie de connaître ces moments que vous vivez pendant vos chansons.
Quoi qu'il advienne, c'est un bon moment de vécu.
Oui, ça je vous l'envie.

Installez vous là, je viens d'ouvrir un nouvel espage 2020
Je sais pas trop quand on va se revoiréécouter, alors un dernier?




dimanche 5 janvier 2020

Egberto Gismonti: Qui trop embrasse..... Sonho 70, Brésil, Marie-Laforêt, Slip Kangourou, ECM, Wyatt, du vin


C'est rare mais ça m'arrive.
Au départ je voulais profiter de ce démarrage nouvel An et Hivernal pour reprendre mon fil Brésilien, avec une liste conseils de RevPop.
L'idée que JANVIER est un mois d'été de l'autre côté, je continue à ne pas m'y faire.

(Pensez qu'un temps, j'imaginais que sur l’hémisphère sud, les mois étaient inversés. JUILLET c'est le mois de l'été pour tout le monde. Évidemment en réfléchissant... Dommage)

D'habitude pour les écoutes: découverte, concentration, appréciation et recherche du plaisir que je retrouve pratiquement tout le temps sur ce que ce pays offre comme richesse & dépaysement.
Ça semblait être un bon moment de partage, c'est un peu pour ça mon blog, découverte et partage.


Surtout que j'avais déjà fait connaissance avec le monsieur il y a près de 15 ans (RevPop toujours) Des retrouvailles en quelques sorte, avec cet album "Egberto Gismonti 1969"


jeudi 2 janvier 2020

Commençons l'année 2020 par une énigme. Keith Moon sans les Who, quelle oeuvre aurait-il construite?



Toute la bonne année 2020 que je vous souhaite pour y réfléchir.
Réponse en 2021.

"construite" avec un E? J'ai longuement (47 secondes) hésité

samedi 28 décembre 2019

Pavarotti de Ron Howard. Un prétexte aux souvenirs et à retrouver quelques larmes


J'avais extrait des séquences qui m'avaient touché, mais les droits d'auteurs ont été rapides, même pas le temps de diffuser.
Pas de souci.
Pas de souci dans le sens que donne Blanche Gardin, Pas de souci = vous faites ch***r

Coup de bol, les séquences que Ron a exploitées pour son documentaire sont sur Youtube.
Parfois en mieux, les titres ne sont pas entrecoupés de commentaires, sauf que je vais remplacer les quelques utiles par un écrit.

Un moment sympa, les trois ténors finissent un tour de chant et Placido Domingo explique que "Nessun Dorma" était réservé à Luciano (tous les prénoms sont beaux en Italien) mais finalement ils s'entendent à le partager au dernier moment.
Ça se voit, j'y crois, c'est spontané, c'est Noël
(Pas gâcher le tout mais je rappelle qu'à cet époque Pavarotti c'est l'arbre qui cache le désert, faut dire que... non, rien ...  C'est en Espagne que l'on trouve Placido, José et aussi un absent, un de mes chouchou Alfredo Kraus)


"Miss Sarajevo"
Encore un épisode qui m'a touché, c'est très fugitif, j'adore ce titre, j'adore la voix de Bono, j'adore l'intervention de Pavarotti sur son final mais justement, au moment où il attaque son final, il faut regarder Bono qui a une attitude, comme si il voulait joindre ce geste que l'on souhaite tous faire quand un ténor pousse son chant, et puis il y a comme un "Putain, la voix...!!!!"

Dexter Gordon & John Coltrane: Dexter Calling... & Blue Train Pas par hasard et hasardeux


Ha mes bons vieux potes que sont ces musiques, ces musiciens.

Pour vous dire, quand j'écoute de la musique et que je dois m'éloigner pour faire quelque chose de fortement physique, impliquant et faisant jouer tous mes muscles, tel ranger la vaisselle, brosser les dents ou refaire le lit, je coupe la musique.
L'idée est de ne pas en perdre une miette.

Sauf à passer des oeuvres que je connais, sauf...

.. certains jazz. C'est tout le contraire, j'adore saxo, trompette, piano ou trombone (la liste vraie est plus longue) ils m'accompagnent tout le long et remplissent l'espace, les pièces, mes gestes.
En moins énergiques, je fais le Jerry Lewis qui imite, les gestes quotidiens deviennent ici swing, là bop.
Fini le morceau de salade, lit au carré et cuisine bien nette!!

Hein? Oui, pardon.

Au départ et pour m'attarder sur Dexter je pensais à un album dont la pochette se distinguait de l’esthétique habituel du genre:


J'avais préparé tout un laïus un peu moqueur, mais à l'écoute de...