mardi 30 août 2016

#983. Best For Going "Waaaah! Waaaah!"




Ha ha ha, pas débarrassé de moi, les tit gars, c'est l'intérêt de planifier ses posts. Tandis que je me vautre dans le caviar arrosé de Vodka tout en évoquant "Saint-Amour" avec Gégé je vous ai concocté pour mon plaisir avant tout des petites vignettes...

La couverture de ce hors série de Q MAG (prononcez Kiou Mag, car en Français vous passez pour un lecteur de revue de Q, je sais j'ai fait cette expérience à la gare du nord) est le fil de ce qui va suivre.

Au lieu d'un classement classique c'est à chaque numéro LA MEILLEURE chanson pour... quand...

C'est en pensant - lors une occasion proche - aux Osmond Bros que l'idée m'en est venu.

Chaque chanson est accompagné d'un texte en anglais qui se veut marrant, une petite histoire et deux autres chansons à placer à côté de la chanson choisi, ça c'est pour les Ipodeur.

Pour pas s’énerver, il n'y a que le PREMIER titre qui répond à la définition, souvent tordue la définition, le reste des titres veut être dans l'esprit de la musique, du genre choisi

Ici on nous dit que la chanson a été reprise pour alerter sur le mauvais traitement des chevaux. La chanson, en fait (prononcer le T) parle de chevaux moteur d'une voiture qui s'emballe.
Marrant, je vous l'avez dit.

Bon, moi ça va être l'occasion de placer un chtit commentaire et les chansons. À vous de voir si vous avez mieux, pour les "Vouaaaa!! Vouaaaaaa!!"

001. The Osmonds - Oh Yes We Can Love- The History Of Glam Rock Cd2 -  Crazy Horses
002. Sweet - Best Glam Rock In The World...Ever!, The - Disk1 of 2 -  blockbuster
003. Led Zeppelin - Led Zeppelin III (Remaster 2014) Cd1 -  Immigrant Song


J'ai choisi le truc le plus indiscutable, ce sont bien les meilleurs pour le "ouahhhh ouahhhhh" même Plant se ... hum... vautre. Pas de jaloux les grands ont fait de grands chansons et certains ont débarqués avec des trucs à faire péter le Juke Box.

The Osmonds? Oubliez si vous voulez, mais Crazy Horses. Pas de risques







dimanche 28 août 2016

Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich). Boris!! J'arrive


J'ai décidé pour une fois de rester simple dans ma présentation.
Boris est à l'Opéra ce qu'est "Notre Dame" à l'architecture, ce qu'est la "glace Carte D'Or à la menthe avec des morceaux de chocolat" à la glace industrielle. (Autant pour la simplicité, mais je vais m'améliorer)

Si on me demande... demandez moi? - C'est quoi tes auteurs préférés en Opéra?

Je listerai sans hésiter Verdi, Puccini, Rossini, Richard Strauss, Mozart, Wagner, Massenet, Tchaïkovski.
Juste parce que je les ai beaucoup écoutés et pas qu'une seule oeuvre.
Voilà critères objectifs et de coeur aussi.

Mais si je dois citer UN opéra. Alors c'est mon BORIS

À l'époque où j'aborde BORIS j'ai déjà du gout pour le genre Opéra. Et une curiosité qui me pousse à aller voir ailleurs. Je me sais capable de patience pour découvrir puis prendre plaisir.

Donc Boris succédait dans mes découvertes:

Puccini et sa Mouche à Beurre (désolé, tentant, marrant)
Verdi et sa Traviata et son Rigoletto (notez la perche du calembour non saisie)
R. Strauss et Salome LE CHOC

Donc BORIS, que je m'acquiers dans un coffret de luxe.

BORIS c'est tout ce que j'aimais + tout ce que j'apprendrai à aimer.
Je dirai qu'en 1874 Modest propose TOUT ce qui se fait... (Ou presque, si je tombe sur un tatillon)
L'esprit Russe qui assimile les tendances des pays voisins comme cela a toujours était chez ce grand curieux mais qui ajoute son amour du peuple.
(Le peuple comme un tout, hélas pour lui, pas comme une société d'individus à considérer. Trop long à expliquer)

Rien que ce prologue, grandiose, qui joue mieux que je ne raconte. Et déjà ce renversement de cliché: de grands rôles pour la BASSE.

J'étais conquis mais devais avoir d'autres périodes d'écoutes....



001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd1 -  Prologue - Prologue



Je vous aurai volontiers pris une image tirée du film de Zulawski, dommage que cela soit vite mis sous la cloche des protections de droits. Dans ce cas particulier, cela pouvait faire office d'accroche pour acquérir le film et/ou découvrir ce fabuleux Opéra. Tant pis.

Surtout que la vision de Zulawski montre bien ce que j'ai qualifié de "trop long à expliquer", partie absente de l'extrait du Youtube existant. Nous y voyons un peuple en adoration mais criant son malheur tout en chantant ses louanges au "père du peuple" tandis qu'il se fait molester par des soldats pour motiver davantage sa ferveur.
Et pourtant, sa vénération est sincère et son malheur aussi.
Tout un paradoxe que l'on retrouve dans de nombreuses évocations de la Russie.

.........

L'autre grand moment qui m'a de suite séduit, c'est le duo Marina Dimitri...
Séduit car, moi, venant surtout de l'Opéra Italien...




001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 3 - Scene 2 - How Long And Agonizing


Bien avant que Zulawski, s'en mêle, j'y entendais un air qui finissait exalté. J'imaginais une mise en scène pleines d'images guerrières où Dimitri poussé par Marina prenait la tête d'une troupe pour reconquérir son trône*

(* Rappel culturistorique: Nous parlons d'un imposteur qui fini par croire à son propre délire)

Puis vint la vision de Zulawski. Qui en savait davantage sur les intentions de Modest. Dans cette partie de l'Opéra Mussorgsky pastiche des airs d'Opéra Italien pour marquer le ridicule, la vanité de Dimitri, en plein délire grotesque partagé par sa maîtresse.
Et ça, Andrzej,
l'a bien compris dans sa représentation ... Et ce n'est pas la nudité qui devait l'arrêter ;-)
mais la qualité musicale est telle, que malgré ses intentions, c'est une scène superbe. Pendant un instant nous partageons la fièvre du moment.

J'ai rapidement adoré et continue. Je ne m'en lasse pas.
La suite. C'est seulement après d'autres écoutes...


Je passais d'abord souvent sur l'acte 1 qui se déroule dans un monastère. Modeste.
La musique s'écoulait, moi je glissais dessus en pensant ne rien y pêcher.

Mais il y avait cette vague lancinante.

001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd1 -  Act 1 - Scene 1 - Beginning
Et puis un jour sans m'en rendre compte cela devenait une partie où j'aimais revenir.
Oui, une oeuvre de près de quatre heures ne s'écoute pas toujours d'un trait.
Cette vague en introduction avait - a -  ce don d'apaisement que j'apprécie parfois. Alors j'y reviens puis me laisse porter par le chant de Pimen.
Une basse, encore.

002. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd1 -  Act 1 - Scene 1 - Hust One More Final Story
Et me voici aussi à savourer l'échange du moine et de Dimitri

003. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd1 -  Act 1 - Scene 1 - Oh Lord, Strong And Righteous
Je commence à  savoir entrer dans des constructions plus complexes. La musique riche toujours mais au service de l'échange entre les personnages. Une musique qui doit refléter les intonations, les intentions cachés ... Ce qui au début a tendance à nous laisser de côté puisque pas d'air majeur pour s'y agripper.

Et toujours ces voix, ces basses....

004. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd1 -  Act 1 - Scene 1 - Do Not Complain, Brother



001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 4 - Scene 1 (Final Version) - Oh! I Can't Breathe!

Et puis il y a eu ce coup de poing à l'estomac, la poitrine oppressée et le coeur serré alors que ma respiration s'oublie.
Pas de suite, pas à la première écoute.
Mais aujourd'hui, ce chant - comme le chant d'Otello avant de mourir et celle d'Isolde - me transporte dans des zones de blanc et de noir, de vie et de mort, où l’étanchéité se fissure pour mon bonheur malheur.

La force d'évocation est telle, les souvenirs se matérialisent pour un fugitif moment ... que je ne sais pas finir cette phrase.

Trop sensible

Je reviens pour finir ...



... sur Mussorgsky ... CE génie. Comme ça, des extraits, irrévérencieux pour l'intégrité de l'oeuvre. Mais pour un pari de plaisir possible.

001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd2 -  Act 3 - Scene 1 - Beginning - By The Skyblue Waters Of The Vistula
003. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 4 - Scene 2 - It's Not A Falcon Flying In The Heavens.mp3
004. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 4 - Scene 2 - Hey, Ho!.mp3
005. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 4 - Scene 2 - March.mp3


Et le simplet de conclure la terrible histoire de Boris.


001. Modest Mussorgsky - Boris Godunov (Version Chostakovich) Cd3 -  Act 4 - Scene 2 - Flow, Flow, Bitter Tears!


Maintenant, je veux aller voir sur place ... je vous laisse avec les sentiments peints par Modest Mussorgsky, tandis que je voyage pour trois semaines vers la Russie. 
Je quitte le 2 et reviens le 22 septembre....

À bientôt

PS: pour les accrochés, je reviendrai avec  la version remaniée par Korsakov et dirigé par Karajan. mais celle de Tchakarov est ma première et ça compte.



jeudi 25 août 2016

Parce ce que...



Parce que c'est mon anniversaire, que je vous aime et moi aussi.
Je me suis payé le Boris de Zulawski. Et je vous ai extrait et Youbtubé la partie que j'ai d'abord adorée.
L'histoire nous dit que pour Modest c'était un pastiche de l'Opéra Italien. Certes.
Boris c'est MON OPÉRA. Et puis il y a le regard de Zulawski. Je le chroniquerai avant mon départ en ..... ???? Devinez... Pour quelques semaines


Pour éclairer EWG, mais les autres lecteurs au fort potentiel j'en conviens, j'explique:

Mon extrait sur Youtube a été interdit après deux minutes de présence, j'avais bien tagué le contenu, Zulawski, Opéra, Boris Godunov ... Ensuite j'ai cru ruser sur Dailymotion avec mon "Zoulou A Ski" (m'a quand même fait rire qlq secondes, toujours ça de pris, pas le jeu de mot en fait, mais l'image du zoulou, humour néo-colonialiste) ça a tenu 10 minutes avant de se faire interdire.
Forcément sans image, voilà un post bien inutile, hein?





Zoulou A Ski par devantf

samedi 20 août 2016

The Saints aka L'échec vous va si bien?


Quand Guru Hausse Trop Ali (accompagné d'un rire crétin, sinon on comprend pas)
001. The Saints - Eternally Yours -  This Perfect Day

Sans Kaserio, sans le forum les "Papillons Noirs". Je serai passé à côté. Déjà en pleine période guitare sous les genoux je les avais loupés.

Oui, car c'était la période où le guitariste écartait les jambes, placé sa guitare sous un genou. Étirait ses bras, se penchait un peu pour compenser, tirait une tronche et attaquait le riff, le riff de rock, le riff qui tue.
Avec cette position tu étais certains que tu n'allais pas te coltiner de la virtuosité, de la colère et la bière pas fraîche forcément ça énerve.

001. The Saints - Eternally Yours -  No, Your Product

Un titre comme ça, les garçons se lèvent, se bougent tandis que les filles s'ennuient? Pas toutes!

Merde, j'ai pas pu pogoter sur un titre comme ça, me serais jeter sur les genoux en faisant du "Air Guitar".
Et remerde.

Maintenant, the Saints, Chris Bailey quand je m'y remets...

Prenons cette chronique. Logiquement on écoute pour préparer le texte, on place ces petites étoiles devant les titres que l'on veut faire écouter.
Oui, oui, je suis bien sage devant mon clavier. Pourtant je me lèverai bien pour faire quelques mouvements désordonnés et vifs.

001. The Saints - Eternally Yours -  Know Your Product

Mais des étoiles j'en mettrai partout. Ces mecs sont justes géniaux. Dès les premières notes, que dis-je LA première note et j'emballe.

Pas a chier, le Kas, il savait entendre.

Ce groupe n'a pas percé, en fouillant on trouve des explications, un business qui les trouvait pas assez punk. Des pressages qui ne suivaient pas la demande, un meurtre. Un truc à te tuer un groupe.

Les Saints, c'était du rock. Point. Grandiose, et j'y étais pas.

001. The Saints - Eternally Yours -  (I'm) Misunderstood
002. The Saints - Eternally Yours -  L.i.e.s.
P'tain, je vous mettrai bien tous les titres. Bon, pour ceux qui dropp & roll pas de souci.

Tiens et que même on a envie d'insister.




2005!!! Même pas mal, même pas mort. Bande encore. Pas d'age pour.


001. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  Bang On
002. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  Taking Tea With Aphrodite
003. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  Passing Strange

Le disque que l'on attendrait d'un Iggy Pop, sans les manières... Je vous dis, juste dès le début.

001. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  Nothing Is Straight In My House

Je me souviens de ma première écoute de "Nothing Is Straight In My House" J'avais cherché les albums en médiathèque pour Kaserio des Paps, du coup je me passais les albums, sans trop y croire, un peu quand même (me souviens aussi des Hüsker Dü, même claque) je connaissais ce que Kas aimait (ses fameux Dr Jekyll et Hyde Des compils uniques, faudra que je reposte ça) ...

... j'en suis où? Ha oui, à cette écoute j'ai ressenti le privilège de la claque. Celle rare que le rock peut vous balancer même assis, même le matin, même sobre... 

000. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  A Madman Wrecked My Happy Home (Iggy j'vous dis)
001. The Saints - Nothing Is Straight In My House -  Porno Movies

Alors, pas gâté là, vous saviez? Vous saviez pas!! YES, heureux comme on est quand on fait connaître


Bon je craque... allez



Pendant que les Rolling Stonent les pouces et que les Flemme Groovies n'existent plus

2002 Même pas mal, même pas mort. Bande encore. Pas d'age pour.

001. The Saints - Spit The Blues Out -  A Gentleman Came Walking
002. The Saints - Spit The Blues Out -  Who's Been Talking

Si je n'avais pas autant d'admiration pour ce que j'écris ... une petite voix, LUCIDITÉ, qui souhaite me parler....

Pif, paf...

Je disais que rien que l'écoute des deux premiers titres. Dites moi, dites moi... C'est de pas assez vendre mais d'en vivre un peu qu'est le secret de la longévité dans cette crâne classe? Dites?

001. The Saints - Spit The Blues Out -  The Beginning Of A Beautiful Friendship Louis
Mais, mais, il y a de l'harmonica?


Oui, il y en a aussi... 
Et qu'est ce que ça fait du bien...

Tiens puisqu'on en parle.

001. The Saints - Spit The Blues Out -  I Want To Be With You Tonight




There is a drunken angel watching over meAnd I can do anything as long as it's with me...

001. The Saints - Spit The Blues Out -  Drunken Angels

Faudrait que tu apprennes à ne rien ajouter quand ce n'est pas nécessaire...

(Paf, pif... j'avais pas tapé assez fort, faut croire)


001. The Saints - Spit The Blues Out -  Spit The Blues Out


Allez, ciao les amis



J'ai craqué

001. The Saints - Spit The Blues Out -  Mojo Erectus Howls


lundi 15 août 2016

Anders Osborne "Old Country" Merde, Charlu ... Heu, non, merci Charlu



Allez lire le monsieur, qui lui est en plein délire, vous allez voir:
http://leschroniquesdecharlu.blogspot.fr/2016/08/anders-osborne-2016.html
J'en suis à ma cinquième écoute je crois:

001. Anders Osborne - Flower Box -  Old Country 


Il aura fallu qu'un Suédois trouve la recette des envolées à la Neil Young, un gimmick, pas compliqué, bien rentré dans le crâne... puis un déclenchement de sons guitareux. C'est pas du virtuose, ho non.
Mais quand j'entends ça... je lévite et ici j'interdis l'apostrophe!!

Le reste de l'album semble grand, le tout c'est de se décoller de "Old Country"

Merci qui? Mercu Charlu (Victime des rimes)

Bon, ensuite "The Get Down"... je me pense sous influence, la tuile? non, la toile!!



Le De Voir de Suite, L'Entendre tout de Suite...


Bien entendu que c'est subjectif. Of course que ce n'est pas facile, mais j'ai déjà des retours sensibles, pas facile toujours de trouver le disque qui va avec, mais allons pour une rétro des quelques retours...

jeudi 11 août 2016

Mélancolie, prends ma place que je me repose un peu


Juste sur le cul...
je viens de finir "Melancholia" de Lars Von Trier.
Longtemps hésité, certain critique était assez convaincant

Esthétiquement, "Melancholia" est, comme bien des films de l'auteur, apprêté et snob, encombré de ralentis exaspérants, de plans kitchissimes
Oui mais non. C'est comme avoir vu le début sans regarder les 1h55 suivantes.
Dommage