dimanche 19 août 2018

Lloyd Price, Treme. Fabrice a changé mes plans...(Le Bruce aussi faut dire)


Histoire vécue, juste aujourd’hui, dimanche matin 19 Aout 2018. 7h du matin.

Hier soir, un sommeil facilité par deux verres au finish de DIPLOMATICO mais pour ce qu’il s’agit du réveil.
Pourtant, faut y que j’aime ça, je me bouge la tête dans le c** car j’ai une chronique musicale qui traîne dans ma pov tite tête, faut que j’en accouche.
Donc, je savate jusqu’à l’ordinateur, tandis que mon café « gout Italien » se la coule douce dans ma cafetière, promesse d’un moment attendu.

(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)

Facebook, comme chaque matin, voir qui quoi donc avec moi.
Et c’est le Fabrice qui colle une vidéo du Boss, mais pas une vidéo habituelle, non.
Un Bruce qui tente ou joue à tenter de retrouver les mesures pour jouer un titre de Chuck Berry.
Marrant, du cabotinage comme je l’aime. Et puis. A one. A two… One Two...




Là le frisson et ça débande plus.
Et pif paf pouf… je me réveille et comme je l’ai commenté, une envie de sandwich crevettes et huitres pimentées. Je me repasse la vidéo et dans mon salon, pas encore 8h, comme un couillon je danse, penché en tapant dans mes mains, je m’y crois et donc je décide…

Pour les droppeur et les boxeur… cadeau, cadeau, cadeau.
Des évocations de cette Nouvelles Orleans, asthmatique s’abstenir. Pas Robicheaux qui me dira le contraire.

Cette petite ville arrive à elle toute seule à évoquer un monde : un monde fait de musique, de breuvage et de plats par ailleurs mais pas pareil, deviennent uniques à New-Orleans.

Un lieu que les puritains ont jugé perdu et puni par les éléments, miss Katrina comme exécutrice ?
Non, la série HBO TREME (que je hooo conseille) explique que toute cette catastrophe a une autre origine, davantage réaliste et encore plus dramatique.
En attendant Cadeau : les musiques de la série…



01. John Boutte - Treme Song.mp3 02. Rebirth Brass Band - Feel Like Funkin' It Up.mp3 03. Dr. John - My Indian Red.mp3 04. John Boutte - At The Foot Of Canal Street.mp3 05. Louis Prima - Buona Sera.mp3 06. Treme Brass Band - Just A Closer Walk With Thee.mp3

Et mon humeur a tellement changé que je me suis fait l’original de Chuck pour rester dans le ton.



01. Chuck Berry - You Never Can Tell.mp3

Et pour étendre je demande à IpMix de me trouver des chauds pareils, OK, je n’aurai pas mon sandwich, OK à 8h du matin je ne vais pas m’ouvrir une bière… mais je peux au moins continuer à slalomer entre les chaises du salon en levant mes bras au plafond en chantant
« Babyyyyy pleaaaase »…
Ipmix me répond : Lloyd Price et je dis OK…


Du New-Orleans, du rock & roll, du blues …

Mon regret… y’a plus de canicule. Parce que s’il faisait 35° dans le salon, aube ou pas aube, je me serai claqué une bouteille bien mousseuse et fraiche sans culpabilité.
Mon papier arrive au bout, quelle heure ? 11h25 ! Bon, patience

En attendant
WHY


01. Lloyd Price - Mailman Blues.mp3 02. Lloyd Price - Stagger Lee.mp3 03. Lloyd Price - Oh Oh Oh.mp3 04. Lloyd Price - Lawdy Miss Clawdy.mp3 05. Lloyd Price - You Need Love.mp3 06. Lloyd Price - Where You At.mp3 07. Lloyd Price - Oo Ee Baby.mp3 08. Lloyd Price - Why.mp3


Et l’autre chronique ? Ha oui, me faudra trouver l’humeur, pas pareil. Davantage cérébral, j’y empreinte le flanc à la moquerie. Mais je rembourserai.
Un indice, à vous les chazameur, bande de tricheur 😉


02. Ratata - Rumludu.mp3

mercredi 15 août 2018

Mattiel. C'était bien la peine de compter sur vous...



Ha ben ça sert à quoi d’avoir des amis triés sur le volet, dès qui ont un goût sûr et certains, qui couvrent tout ce que la musique sonne. Je ne peux pas tout aimer ni tout écouter. Mais je veux connaître tout ce que je peux aimer. Nuance.
Sans le Hors-série de Rock & Folk (un peu arnaque puisque à peine augmenté de celui de 2016) jamais je n'aurai su.



... J’ai eu un flash, j’ai vu un futur possible me concernant.


(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)




2053, j’ai 93 ans, une maison de retraite…

- Alors, papy parait que vous aimez écouter des sonocales un peu vieillot. Bien je vais vous en mettre de l’année 2017, vos soixante ans, vous vous souvenez ?
- (Petit con je n’avais pas encore …) PffftCsoocon…bl…bl…bl
- Quoi qui veut dire le papy, laissez tomber, vous en mettez partout. Je vous essuie la bouche.. ha non, c’est le nez. Du calme. Allez la sonnochoix 2017. Où qu’ils ont mis votre connecteur ? Ha là, au-dessus de l’arcade. Hop je Branche.
- (Father John Misty. Chouette) Merfi
- Bon, je vous place ici, au bord de la falaise. Vous agitez pas hein ! Faites pas comme monsieur Georges, qui s’est levé en chantant…

001. The Divine Comedy - Tonight We Fly.mp3



- Je vous laisse, ça glisse dans le coin, à demain soyez sage, hein !

XX, Arcade Fire, Mark Eitzel… je ferme les yeux (je peux encore) Mmm comme c’est bon et puis soudain


001. Mattiel - Just A Name.mp3 002. Mattiel - Count Your Blessings.mp3


Mais, mais… je connais pas, jamais entendu… 2017, pas possible, à l’époque j’avais plein de potes qui sillonnaient, pas possible… J’ouvre les yeux, cherche un écran pour me connecter… j’oublie où je suis, merde, le fauteuil qui roule… merde, merde, merde….


… et sur ma tombe, en s’y connectant on pouvait entendre…


001. Mattiel - Send It On Over.mp3 002. Mattiel - Baby Brother.mp3 003. Mattiel - Bye Bye.mp3






- Comme pour le pauv’ m’sieur Georges, à l’écoute d’une oldson de 2017, ça devait lui rappelait des souvenirs, forcément.



000. Mattiel - Cass Tech.mp3 001. Mattiel - Whites Of Their Eyes.mp3


Ouf, retour au présent, et donc merci qui ? Merci R&F !!!!

PS1 : Et même si ça devait me plaire, ne serait-ce que un jour, une heure, une heure seulement ! Je prends !!!
PS2 : Quoi ? Vous en aviez parlé et je suis passé à côté ?

dimanche 5 août 2018

Lee Clayton. Que je vous raconte un de mes TOC (Truc Occasionnellement Chiant)



Au début, un IpMix sur le discret Santana/Flor D’Luna. Et comme parfois, un titre de cette playlist dynamique qui trouve une place dans la partie sensible de mon cortex.


001. Lee Clayton - Wind And Rain.mp3

(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)

Ha oui, pas mal… d’où est ce que j’ai pris ce Truc ( Le T de TOC)
J’ouvre le dossier et là surprise, rien, nada… je ne sais pas pourquoi j’ai ce monsieur.

Dans ces cas-là, heureusement Occasionnel (le O de TOC) je fouille, je veux comprendre.
Pas le dico ASSAYAS, le monsieur est pas connu. Pas le moindre écho dans mes bouquins qui traite du sujet country.
De plus ça remonte à dix quinze ans...

Comprenez-moi, je prends davantage de musique que je ne pourrai en écouter. Savoir ce qui m’avait incité à prendre un album me donne une contenance. Ne pas savoir, je trouve ça pénible (le C de TOC)

Il ne me reste plus que deux solutions:

Supposer! Supposer que cela date de la période où je fréquentais un Forum à la couleur US prononcée, au hasard d'un commentaire encourageant.

Chercher! Chercher une histoire qui se raconte pour donner un peu de chair à la musique. Et pour cela, quand il s'agit des Anglo-saxons, j'ai All Music.com (ou AMG G pour Guide)

Écouter!! Une fois que l'on a une histoire, je plonge.

(Ça fait TROIS!! Ha oui, merde, trop tard pour corriger)


Justement, en parlant d'histoire, pour les détails je vous laisse à l'aise guise.

C'est que AMG, il préfère la période bien marqué Country.
Et moi ce style je m'y suis mis tardivement et donc ouverture vers plein d'horizons.

Et il ne m'aura pas fallu tant d'écoutes pour apprécier la bonhomme, et cette façon qu'il a de toucher à tout ces styles tellement emprunt de clichés et de fantasmes, qu'il m'aura fallu un bon moment pour sentir, ressentir du profondément humain dans ces musiques:

Quand ça bouge:

001. Lee Clayton - Henry MCcarty.mp3 002. Lee Clayton - Mama, Spend The Night With Me.mp3

Et puis aussi la mélancolie.
Je ne connais pas de meilleure façon de chanter le mal du pays.

Mon souvenir, Memphis, où ce sentiment d'éloignement me déchirait en période de solitude, c'étaient les larmes qui tentaient une sortie.

Mais eux?
Comme si ces injonctions tellement entendues "This Is America" "We are American" "God Bless America" cachaient un mal-être que chantent si bien ces artistes, ce Lee Clayton.

Comme si il fallait s'en convaincre.
Alors que lorsque le regard se porte sur l'horizon il y a comme une douleur mal définie, peut-être une légitimité encore discutable, peut-être un mal d'un pays lointain, pays de leurs ancêtres, là-bas, de l'autre côté de l'océan, les racines.

Alors on se saisit de thèmes poignants. Brassant l'amour perdu, furtif ou imaginaire, la bouteille consolatrice et destructrice, la solitude...


001. Lee Clayton - New York City Suite 409.mp3 002. Lee Clayton - Red Dancing Dress.mp3


Heureusement que je vous écris un dimanche matin, j'imagine bien la tartine que je vous aurais raconter le soir avec un verre de bière amère.

Pour (presque) finir avec le monsieur....


1972? Vous étiez où? Vous faisiez quoi?
Si nous avions écouté les Hit Parade de Nashville cette année là, nous aurions pu entendre un hit très du coin, une composition de Lee mais popularisé, popularisé la-bas hein! par Waylon


001. Waylon Jennings - Ladies Love Outlaws.mp3 002. Lee Clayton - Ladies Love Outlaws.mp3



J'ai dit (presque) !!!
Et son autre disque, celui qui a tout déclenché.
Plus rock, au regret de AMG.
Mais moi, je l'aime bien ce disque.
Peut-être que en 1979 il fallait la jouer plus rock? Rejoint par quelques pointures. JJ Cale est de la partie.

Plus électrique mais Lee et sa voix poussiéreuse restent l'atout majeur de ce disque, même les longs soli ne remettent pas en question sa place.

(Et un titre comme "10.000 Years - Sexual Moon" ça intrigue...)


001. Lee Clayton - I Ride Alone.mp3 002. Lee Clayton - 10.000 Years - Sexual Moon.mp3



Voilà, je ne saurai probablement jamais pourquoi j'ai eu cet artiste en étagère (métaphore, DD, Dossier et Fichiers sont si peu goûteux à écrire)
Mais ce qui est maintenant certains, c'est que j'ai eu raison.

Ciao Mister Clayton, d'autres m'attendent, je ne pourrai pas tout écouter mais c'est tout de même mon intention.
Tout écouter.


001. Lee Clayton - Jaded Virgin.mp3
001. Lee Clayton - A Little Cocaine.mp3

lundi 30 juillet 2018

"Best For..." #474 Best For Throwing Punchy Soul Moves


(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)




Costello, Elvis forcément puisque pris dans sa bio, bourré de références musicales à s'interrompre pour découvrir, écouter et par conséquent ralentir sa lecture, pour mon plus grand plaisir.

Et le QMAG, a choisi ce titre bien pêchu de l'Elvis, tiré de l'album qui me l'a fait connaître et plus jamais lâché.
Pour leur mini playlist, accompagné d'un Dylan au texte aussi peu facile à interpréter et un Teardrop à la rythmique aussi tapante

P'tain quarante ans!!


001. Elvis Costello - Pump It Up.mp3 002. Bob Dylan - Subterranean Homesick Blues.mp3 003. The Teardrop Explodes - Reward.mp3


Une bonne playlist se doit de proposer des ruptures enthousiasmantes, et comme le Elvis est un grand admirateur de Joni ... Je pensais...



002. Joni Mitchell - River.mp3 001. Joni Mitchell - People's Parties.mp3

"Best For..." #659 Best For Feeling, Like, Uuh, Cool, Whatever


(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)

Tout est dans le Whatever, sinon je ne comprends pas bien.
Mais avec Whatever, je comprends, donc c'est ça.


001. Pavement - Summer Babe (Winter Version).mp3 002. Buffalo Tom - Taillights Fade.mp3 003. The Flaming Lips - When You Smile.mp3

L'analogie proposée par QMAG? Les textes...
Musicalement rien pour rapprocher, si ce n'est ce que PAVEMENT ouvre avec efficacité sa nonchalance désenchantée.
Cette désinvolture lourde, héritage du Velvet Underground.

Mon blocage pop le plus malheureux. Si je peux écouter, peu de plaisir s'en dégage.
Pas quand le Velvet Pop à la Kinks - "Sunday Morning" - ça j'aime mais ce n'est pas là la raison de leur notoriété.
Plutôt quand il se lance dans des titres lourds tel "The Gift"

Pourtant je me soigne, quelques signes encourageants mais sans suite: j'aime Lou Reed, même ses live bavards "Take No Prisoners"
Mais le Velvet NoPop? J'arrive pas.

Pendant que je vous écris, je me passe "Sister Ray" ... J'arrive pas, j'essaie, mais j'arrive pas!!



001. The Velvet Underground - Sister Ray.mp3

dimanche 29 juillet 2018

Clin d'oeil à Charlu surtu. On a retrouvé le McCartney qui nous manquait

(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)

C'est bien simple, Dico Assayas (the 2014 one), chapitre SCAFFOLD. Juste un bout de phrase:

Les amateurs de Paul McCartney seraient bien avisés de se mettre en quête du deuxième album solo de Mike McGear
McCartney l'a réalisé, cosignant toutes les chansons avec Mike. Il est tout à fait dans le ton des albums des Wings


001. Michael McGear - Have You Got Problems.mp3 002. Michael McGear - Givin 'grease A Ride.mp3 003. Michael McGear - The Man Who Found God On The Moon.mp3

samedi 28 juillet 2018

Je craque et je commente alors que je n'en suis qu'au début: Elvis Costello sa Bio


(Remarque: Attention, sur certains explorateurs tel SAFARI le lecteur de ZIPPY déclenche tous les titres simultanément, ça peut faire de l'effet, mais ce n'est pas mon propos, CHROME OK)

De toute façon j’étais bien décidé à commenter ma lecture de la bio écrite - vraisemblablement – par Elvis Costello. J’ai déjà raconté et raconterai encore toute mon admiration pour cet artiste dont j’ai été un grand fan, la seule fois d’ailleurs.
Encore aujourd’hui, si je me regarde dans une glace en étant content du résultat c’est aussi grâce à lui, vous dire qu’on ne parle pas que de musique.
Quel rapport ? Hum, pas faux.

Revenons à la bio.
Je pensais la lire et commenter vers la fin, dire que c’était la meilleure que j’ai pu lire etc… Toute ma panoplie de mauvaise foi au cas où.
Mais voilà.
Il se trouve que c’est bien mieux que ça.

Ce livre fait 740 pages et je n’en suis qu’à la page 114… et déjà sa bio se détache de celles que j’ai pu lire. Ça parle de musique avant tout et de lui à travers sa carrière et ses rencontres.
Contrairement à l’habitude, ce n’est pas chronologique et donc on n’a pas à se farcir des pages et des pages d’enfance, ce qui oblige l’auteur à dépasser notre intérêt à son expérience et à faire preuve d’un vrai talent littéraire…
Costello préfère distiller des incursions toute époque confondue, y compris son enfance, qui parlent avant tout de musique.


Sans oublier ce ton qui lui est si particulier, ainsi sur ce concert en 1978 : 

« Jouer notre new-wave caustique et de plus en plus hargneuse dans une boum de lycée – comme tête d’affiche d’un spectacle où le rock de Nick Lowe côtoyait le Rockpile de Dave Edmunds et le mélodrame junkie et cartoonesque de Mink de Ville – était une forme d’exploit »
J'en profite

001. Nick Lowe - I Love The Sound Of Breaking Glass.mp3 002. Dave Edmunds - I Knew The Bride.mp3 003. Elvis Costello - Lipstick Vogue.mp3 004. Mink DeVille - Cadillac Walk.mp3


Ses souvenirs d’enfance passent par Hammersmith palais, puisque son père chantait dans l'orchestre de Joe Loss . Forcément ça vous fait des souvenirs de gosse déjà dans la musique, bonheur pour le lecteur


001. Glenn Miller - American Patrol (Gray).mp3 002. Glenn Miller - Moonlight Serenade (Miller, Parrish).mp3 003. Joe Loss Orchestra - Must Be Madison.mp3


Ce ton

"... Les chauffeurs de taxi londoniens me réjouissaient quand ils me disaient:
- Dans le temps, j'allais voir votre père chanter au palais
Avant d'ajouter immanquablement:
- C'était un meilleur foutu chanteur que vous ne le serez jamais.
Une déclaration qui ne suscitait jamais la moindre protestation de ma part."
"Lorsque les Attractions et moi avons joué pour la première fois au Palais en Janvier 1979, un critique musicale nous a - défavorablement - comparés à Freddie and the Dreamers
J'ai su que le succès était arrivé"

001. Freddie & The Dreamers - I'm Telling You Now.mp3



Encore
J'ai songé à Tony et à nos débats quasi comiques pour déterminer si le tout frais sorti "Imagine" était une grosse bouse ou une oeuvre de génie; à nos discussions animées sur les mérites de "Working Class Hero " et la légitimité de Lennon pour la chanter...

001. John Lennon - Working Class Hero.mp3



Pour l'ambiance



Ma propre apparence pâle et tremblante dans ce clip est la conséquence de l'après-midi de la veille, entièrement consacré à déguster des single malts avec un gentleman rencontré au bar de l'hôtel.  
Ce monsieur, directeur d'une école privée de Manchester, s'est révélé être un enthousiaste défenseur des distilleries de malt, doublé d'un homme déterminé à noyer ses soucis et ses responsabilités dans une lente et digne exploration des plus rares et des meilleurs whiskies alignés derrière le comptoir du bar. 
Je n'ai pas eu le sentiment qu'il s'intéressait beaucoup à ma notoriété ou à mon activité. Il avait simplement besoin d'un compagnon de beuverie qui sache suivre le rythme d'une conversation brièvement relancée entre deux plages d'agréable silence.

Encore un, le dernier...

Quarante ans plus tard, j'ai invité Lee Konitz à venir me rejoindre dans un studio New-Yorkais pour jouer sur un morceau de "North", un album qui réunit des chansons d'amour perdu et retrouvé. Il a ajouté un magnifique solo de Saxophone alto sur la coda de ma chanson "someone took the words away".
A la fin de la séance, j'ai raconté à Lee comment ma mère importait clandestinement ses disques en Angleterre, et je lui ai demandé de bien vouloir lui dédicacer la lead sheet du morceau. Avec ce sens de la concision qui le caractérisait, il a écrit:
"Merci, Liliian, Lee Konitz"
001. Elvis Costello - Someone Took The Words Away.mp3

Ok après j'arrête

(A propos d'un concert des Stones, époque Sticky Fingers)
Je me suis réveillé en retard le jour où les tickets ont été mis en vente. Le temps d'arriver à l'Empire Théâtre, la plupart des élèves de mon école faisaient déjà la queue pour obtenir leur place, formant une vague qui serpentait autour du pâté de maison, sur deux ou trois rangées.
J'ai affectait l'indifférence adolescente, entamant la conversation suivante avec moi-même:
- Les Rolling Stones?
- Ouais, ils ont sans doute fait leur temps.
Et j'ai finalement décidé de dépenser l'argent que j'avais économisé pour acheter un disque.
Tout ça aurait fait une bonne histoire si mon choix s'était porté sur un disque plus enthousiasmant et pérenne que "Volunteers" de Jefferson Airplane

001. Jefferson Airplane - Hey Frederick.mp3

Bah, si on peut plus ricaner!

Ciao

Antoine