Translate

vendredi 7 décembre 2018

Charles Mingus: Clown & Enfants "N'ayez pas peur, Le Clown A Peur Aussi"


Si je me relis, ça sera pour réduire. Ha ha je me suis relu mais j'ai rien enlevé, et l'écrire n'arrange rien à l'affaire. Si je pouvais trouver le truc pour faire aimer... 

En se quittant sur nos échanges sur l'histoire de Madame Dion et Monsieur Smith.
Je vais enchaîner comme suit;

Mon coeur d'artichaut est sensible aux histoires comme celle de Eliott Smith qui raconte son sentiment quand Céline Dion l'a serré dans ses bras pour lui donner du courage.

Sommes nous dans des attitudes, des postures peu sincères de Mm Dion, je ne saurai dire. Il m'est bien plus facile de comprendre le sentiment de M. Smith aux Oscars.

Ça lui a fait du bien.
Véhiculer dans un endroit où vous ne trouvez pas votre place. Qu'êtes vous venu faire dans cette galère. Malaise.
Je connais.
Des pince-fesses de manager haut placés dans la bulle de ma société.
Moi, pas bien.
Il y a la solution de se jeter sur des verres (ça marche un peu)
Mais quand une personne bien dans cet univers, se tourne vers vous, un grand sourire, vous accueille, vous présente, vous pose quelques questions, en gros vous fait sentir le bienvenue.
je vous jure, c'est bon, ça fait du bien, et on s'interroge peu sur le sentiment de celui ou celle qui vous a approchée.

Et? Mingus?
J'arrive.

Quand j'entends ces histoires qui me touchent, et qui me font respirer un peu plus fort, me rendent vulnérables, et si je suis seul j'ai trouvé dans la musique de certains artistes de quoi y déverser, de quoi recevoir l'émotion qu'ils traduisent.

J'ai Charlie Parker et maintenant aussi Charles Mingus, en tout cas ces deux albums.
Deux disques conseillés par mon vieux pote Kaserio.

Je reprends, imaginez que vous vous sentez un fort besoin d'être bien. Vous revient un souvenir bien chaud, un visage, une belle histoire...
Vite, il faut saisir ce moment, l'amplifier.

Prenez un album comme "Let My Children Hear Music" Rien que le titre et dès le premier morceau.
Pas de prise de tête.
Une introduction pour construire l'écrin, un mélange d'apaisement et de mélancolie et en moins de deux minutes ...

01. Charles Mingus - Let My Children Hear Music - The Shoes Of The Fisherman's Wife Are Some Jive Ass Slippers
02. Charles Mingus - Let My Children Hear Music - Adagio Ma Non Troppo



Quand j'écoute cette musique j'ai la sensation qu'elle raconte ma vie.

01. Charles Mingus - The Clown (1999 Deluxe Edition Bonus Tracks) - Haitian Fight Song
02. Charles Mingus - The Clown (1999 Deluxe Edition Bonus Tracks) - Reincarnation Of A Lovebird



Et c'est bien aimable de ne pas raconter la fin. Par contre je peux me la repasser comme je veux.
Bien, OK, la métaphore est un peu étriquée quand on pense à l'oeuvre.
Je regarde dans mon stock mais je ne trouve aucune tiquette pour coller et raconter ce foisonnement.

Par exemple, cette évocation:


01. Charles Mingus - Let My Children Hear Music - Don't Be Afraid, The Clown's Afraid Too

Kaserio, lui avait la formule de présentation sobre quand il voulait (mais, sobre, moi, le Vendredi Soir... Ou alors un pari ... Perdu!! .. Ha merde)

En fait pas grand chose de lui
"Let My Children Hear Music" est un album très orchestral où Mingus introduit des instruments assez rare dans le jazz et fait jouer de nombreux différents solistes
 
Projet ambitieux, le bassiste fait appel à deux arrangeurs/orchestrateurs, Sy Johnson et Alan Raph, qui dirigent également un ensemble impressionnant qui contient 10 instruments à vents de la famille des bois (de piccolo à clarinette contrebasse), une section de cuivre contenant notamment des cors d’harmonie et un tuba, 6 bassistes et un violoncelle. 
Le morceau Adagio Ma Non Troppo est particulièrement intéressant car il s’agit d’une version orchestrale d’une improvisation au piano de Mingus de l’album Mingus Plays Piano nommée Myself When I Am Real. Un fan du nom de Hub Miller avait en effet retranscrit l’improvisation et envoyé la partition à Mingus. 
Charles Mingus était particulièrement fier de cet album, remerciant le producteur Teo Macero pour « Ses infatigables efforts à la production du meilleur album que j’ai réalisé » En 1979, sur son lit de mort, Mingus envoya même un message à Sy Johnson lui disant que l’album était son préféré de sa carrière.

C'est dire...

Kaserio 2013
Je vous le dis. là, je goutte la solitude et un pinot gris.
Super.
Bise.
Antoine



PS Ha merde, je l'avais pas vu celle là

01. Charles Mingus - Let My Children Hear Music - The Chill Of Death
02. Charles Mingus - Let My Children Hear Music - The I Of Hurricane Sue


dimanche 2 décembre 2018

Celine Dion, Let's Talk About Schmaltz


Non, non ... aucune provocation, ni envie de faire le malin par esprit de contradiction sophistiqué au message embrouillé.
Ni rebondir sur quelques échanges récents chez les amis blogueurs, même - et c'est le hasard - si le sujet de fond s'y retrouve.
Il y aura bien par ci par là quelques bêtises que je traîne, mais rien d'ironique pour sauver une face, une farce? Non plus.

Donc ça fait bien longtemps qu'il me manquait un bon prétexte, un truc bien enrichissant pour éviter de rester dans "pourquoi j'aime..."

Il y a UN an exactement, le numéro de Magic contenait une interview de Rebecca Manzoni (Présentatrice et décortiqueuse de pop sur France Inter) qui évoque et donne envie de découvrir et lire:


Il commence par une anecdote, 98 Elliott Smith passe aux Oscar 1998 pour "Miss Misery", la vidéo que j'ai trouvée est très bien pour illustrer le sentiment de l'auteur.



J'explique après cette prestation de Celine Dion à la même cérémonie


dimanche 25 novembre 2018

Lakeside, Slave, Star Wars surtout. Qu'est ce qu'on ferait pas....



... pour augmenter les statistiques de visites.
en fait de "Star Wars Surtout" c'est plutôt pour parler de:


Lakeside et de Drew Struzan

Ha oui, quand même, une annonce arnaque mais pas malhonnête. Car c'est Struzan qui a dessiné et les affiches de nombreux films de Lucas & Spielberg et la pochette du disque de Lakeside.
Info technique: Peinture à l'Aérographe.
Voilà pour Star Wars.

Comme dirait Jackie, écrivons peu mais parlons de moi. Mes aventures musicales de ce week-end.

vendredi 23 novembre 2018

1985: Séances de Rattrapage. Dexys, New Order, Smiths, Tom Waits... B.A.D. à peine



Avant mes Dexys, un truc Bizarre.

l'album. Dont est tiré ce titre.


Cet album, ces chansons sont parfaites. C'est l'album de Madame Bush - j'adore le dire comme ça - que je connais le mieux.
Pourtant il me met mal à l'aise, je l'associe sans le vouloir à ce qui a pu mal se passer en Allemagne (non, pas cette période, une plus ressente, 1985) pour ma fille.
Ça fait un peu divan.
J'ai raison.
Je vais voir si ils font des prix pour ce vendredi  brrrr noir.

Donc, premier rattrapage.


Et pourtant, je connais. J'aime. Plein d'histoires personnelles qui me passionnent sur ce groupe. Mais alors quoi?
Début 2000, dico Assayas, Lettre D.
Rappel: ce collectif parle de musique, mais le seul truc qu'ils ont à vendre, c'est le dico. De la passion, du recul. Mais pas question de promotion.
Et donc, pour le coup, c'est même Michka Assayas qui s'y colle.
Il raconte l'étrange attitude commerciale de M. Rownland. Les pochettes, déjà. Le disque qui ne risquait pas d'arriver à mes oreilles plus trop chercheuses.
Après le gros tubes, une musique bancale parfois.
Mais alors, encore, je suis tombé amoureux de ce disque.
Je l'écoute depuis quasi 15 ans (merde, l'an 2000 soudain, c'est loin)

"This Is What She's Like" démarrage bavardage, annonce 12 minutes. ça fait peur. Je me l'écouterai tout ce qui me reste à vivre. Un collage mélodique. Pas de quoi peut-être écrire plein de titres, mais putain au casque, ou à fond, le final, basique, facile, bandant... Un vrai roman à rebondissements. Le corps bouge.
Merde Canalisez moi ce mec!! (trop tard, snif)
À booooiiiiiiirrrrrreeeeee Meeeerde.

01. Dexy's Midnight Runners - My National Pride
02. Dexy's Midnight Runners - This Is What She's Like




Alors eux, il aurait fallu me forcer la main à l'époque.
Moi, Joy Division, c'était une période riche musicalement mais troublée mentalement. En 1985 il était bien question de tourner la page aux ambiances lumière noire, néon vert au sol, graffiti sur les murs d'appartement et des envies morbides Tritanettes Isoldés.

Ce que je ne savais pas c'est que pour le groupe c'était pareil.

C'est avec "Substance" en 87 que je les découvre à mi chemin entre Funky & Town.

Ce qui est sympa avec mon fil (si je le tiens) c'est que du coup je découvre cet album, que je ne connaissais qu'à travers les "substance"s justement, un peu comme le double rouge bleu pour connaître les Beatles, manquait juste des couleurs pour faire blanc.

Avec le recul, j'imagine bien le dialogue.

- He, Ian, j'ai une idée, écoute ça
-
- Ça remue bien, hein?
-
- Laisse tomber. C'est quoi le titre aujourd'hui?

Avant je disais que New Order c'est Pet Shop Boys en noir et blanc.
Aujourd'hui je le pense.

01. New Order - The Perfect Kiss
02. New Order - Sunrise



En parlant de grisaille...

J'ai commencé par la fin, une fois rentré en France, quelques achats (mais plus calme) en pensant me rattraper, mais toujours ce truc de prendre ce qui vient de sortir.
Donc en 87 je prends "Strangeways, Here We Come" et comment dire, je tombe sous le charme du titre, du chanteur quand il nous explique

01. The Smiths - Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me

Alors j'ai pris le précédent. Delon allongé? J'ai longtemps crû a une femme, le titre a eu davantage de porté que le photo, faut croire.

Que vous dire? C'est la grande oeuvre des Smiths, j'ai apprécié, mais à l'inverse des New Order, je pense que avoir quitté le groupe a permis à M. MauriceSaid (nul, j'ai honte, sans mon deuxième américano dans le nez, je vous l'aurai effacé) de me toucher davantage.

Oui, j'attends encore les tarifs, mais je pense qu'ils ne font pas de prix pour le Vendredi.

Gentil, les Smiths, mais voilà:

02. Morrissey - Come Back To Camden

Mais puisqu'on est en 1985, je vais vous dire. "Meat Is A Murder" je l'écoute depuis que j'ai décidé de faire ce papier.

Et le "soon"? Quoi le "Soon" Hamrd je ne l'ai pas sur ma version... mais allez, ce serait dommage de ne pas insister

(N'empêche, va falloir me raconter, il a plu 365 jours au Royaume Uni, car même dansant, New Order & Smiths c'est Combat Gris)

01. The Smiths - Well I Wonder
02. The Smiths - How Soon Is Now
03. The Smiths - Barbarism Begins At Home



Là, j'ai la larme
Je passerai bien la parole à Kaserio.
Un jour je devrais raconter mes souvenirs avant qu'ils ne s'effacent. Une amitié d'abord, web, forum puis épistolaire. Il devait monter sur Paris.
Mais les pompiers l'ont retrouvé avec AZERTY marqué sur son front.

Nous étions devenu frère de Grappa, c'est sacré


Il m'a fait mieux entendre Tom Waits. Il avait une histoire. Peut-être sur cet album, ou un pas loin.

- Je revenais d'acheter trois disques. J'atterri chez un pote, on ouvre la bouteille, et on décide. Le Tom en premier? OK! On écoute. De verre en verre. Nous plongeons. Putain et à la fin. J'ai mis les deux autres disques à la poubelle.
- C'était quoi? (c'est moi qui demande)
- Je sais plus
Bien entendu c'est probablement faux, ou bien il a repris ses albums. N'empêche, pas mieux!!

01. Tom Waits - Clap Hands
02. Tom Waits - Cemetery Polka
03. Tom Waits - Time
04. Tom Waits - Rain Dogs
05. Tom Waits - Gun Street Girl
06. Tom Waits - Union Square
07. Tom Waits - Downtown Train



À quoi que ça sert que les blog et les copains qui passent (tss tss pas les Elmer, svp)

1985!!

Franchement, j'aurai été fier de débarquer chez les des potes avec ça. admirateur de Talking Heads, adorateur quasi de Prince...

Mais là j'attends un papier (un peu de pression, un pneu, quoi)


Sinon, 1985? On parlera bientôt de 1986? Hein? Hein?


dimanche 18 novembre 2018

Année 85, comme si je devais y avoir été, mais non. Rattrapage du passé & souvenirs. J'ai loupé quoi?


C'est un échange chez Chris avec d'autres copains du web (ben oui, j'avoue plus fort que facebook, on fini par s'attacher à ces copains épistolaires fugitifs)

Ça se passe ici ==>

http://mapetiteboiteamusiques.blogspot.com/2018/11/pop-nostalgie.html

lundi 5 novembre 2018

Spécial UNCUT Soul Singles... Et une liste de titres censurés car...


(Une adresse mail à LUSDEVANT at YAHOO point FR et vous aurez l'abonnement aux albums racontés ici, genre drop quoi)

Probablement que la semaine prochaine il n'y aura pas de post (Poste? Non, sans E, comme Chroniq)

Mais je pensais en lisant ce Hors série de UNCUT vous faire une compilation de la liste de 40 SOUL Singles
En fait des 45t, remember


Une liste de plus vous dîtes vous.
C'est vrai, mais...
... vous avez raison.

Fairport Convention VS Jefferson Airplane. Pour en finir une fois pour pas trop longtemps (Merci Danny des liens U2be)


Je l'avais lu mais pas perçu à ce point. Les débuts de Fairport Convention si proches des Jefferson Airplane
Un son vraiment marqué que j'ai mis du temps à apprécier aussi. J'étais jeune...
Oui, on sait. Hé, j'ai pas écrit j'ai été jeune...
... et j'ai pas fini: quand j'étais jeune j'étais davantage Hot Tuna que Jefferson Airplane, à part un ou deux titres et quelques fantasmes.

Dans le post précédent Danny en commentaire m'a proposé ces deux titres, du coup j'ai cherché le premier album, que je vais vous chroniquer... Bon, OK, une autre fois.