dimanche 3 novembre 2013

De Get happy à Gaitapis: La Saga des Tiquettes continue: Heavy Metal, ce n'est qu'un combat, reprenons le début... sinon...



Le Heavy Metal.  Voilà une tiquette qui pose, me pose des questions existentielles. Trop tard pour le Devantf ?

C'est bien possible. Je ne pense pas retrouver les émois ressenti à l'écoute de Led Zep et son "Since I've Been Loving You", où les envolées de Blackmoore.

Et en lisant l'article sur le Heavy Metal j'y ai vu la bifurcation que j'ai prise à l'époque.
Je n'aimais pas Black Sabbath, je sais pourquoi. La voix, je n'aimais pas la voix.
C'est maintenant que je me rends compte que mon attachement à la musique était très souvent ancré sur la voix, puis la guitare. Rien de bien original.

Aujourd'hui c'est différent, du moins ma démarche est de découvrir. Quelque soit le genre. D'où mon idée de fil conducteur : La Tiquette qui me pousse à chercher à travers l'enthousiasme des autres au moins une satisfaction d'écoute et tant mieux si cela entraîne même un véritable plaisir.

Alors je remonte le temps et cette fois ci prends l'autre chemin, celui ouvert par le Black Sabbath.
Heavy Metal pas Hard Rock !! Pas pareil !! Ha bon ? Disons que LOURD, RALENTISSEMENT, BRUYANT seront les ingrédients qui conduiront à...

Doucement, ne brûlons pas toute les étapes. Donc Paranoïd est un disque majeur, carrefour. Et vous êtes nombreux à me l'avoir dit.
Et merci donc. Car effectivement il y a de grands moments biens jouissifs, j'avoue, limite à regretter que personne a l'époque ne m'a fait écouter un IRON MAN en entier et je pense qu'à force, même le chanteur aurait fait mon affaire.

J'aime bien cette sensation de morceau rarement speed et  donnant une impression de descente de lave inexorable brûlant lentement mais tout sur son passage.
Bon, c'est que j'ai peu de référence pour mon texte, je vais devoir écouter pas mal de "nouveautés" pour moi : Iron maiden, Accept, Metallica, Megadeth, Venom, Judas Priest  entendus à travers la porte de la chambre du fiston. Il aura au moins réussi à me faire apprécier Metallica.

La liste n'est pas clause et plus j'approche du présent plus les noms se transforment en parfaits inconnus. Et voilà que je décide de tricher. Un peu comme lire la fin d'un livre, impatient de connaître la finalité de l'intrigue.

Emperor. J'ai en main un article supposé m'aider à entrer rapidement dans cet univers que je n'ai pas eu la patience de construire. Jugez plutôt la mise en condition :

Ce qu'Emperor cherche ici, et ce à quoi il paraît arriver pour peu que l'on adhère à la musique, c'est à faire surgir des lignes de forces hérités des temps immémoriaux. Parce que son exclusivement creusés les mythes et les légendes auxquels les Norvégiens d'origine rurale s'avèrent très sensibles, c'est toute la force et la puissance de la Nature que l'on croit ressentir là, à l'oeuvre, sous une avalanche d'arrangements d'essence symphonique fascinants.

Ça me fait penser à des articles de Mistermoods, quand lui aussi veut nous faire entrer dans la danse.

Bon, aujourd'hui je suis prêt. Je me cale dans mon fauteuil, vérifie la position de la Norvège, quelques images de Fjord, de Geyser, Montagnes, Cascades. Hop, un bonnet rouge sur la tête, de grosse chaussette... envoyez donc :
…............................................................................

Bon, c'est bien fait, je n'avais pas qu'à tricher. Cela m'a de suite fait penser à ma première écoute de Sepultura à la FNAC, un hasard en fait. Et là, il y avait du monde,
Rien à dire, cette musique est une véritable boule d'hostilité. Bien content qu'elle n'ait qu'une apparence sonore. Je veux bien croire que encore plus fort, sur des enceintes grandes comme des Sequoias, ça doit vous exploser la planète.
Un chant qui n'est plus qu'un cri à se brûler les cordes vocales, un fond de guitare, batterie et synthé au service du même objectif : le magma.

Plus de bonnet, plus de chaussettes, à poil, un air égaré, cherchant mon chemin en pleurant, la musique me poussant vers la sortie. Semblant m'expliquer que je ne suis pas encore prêt et malgré sa  terrifiante présence elle me guide vers ma discothèque virtuelle, me dépose sur le canapé et change le disque ….

… 30 ans en arrière. Un vieux Bee Gees, période Baroque Pop. Mélodie douce, piano, flûtes,  arrangement corde, vocaux en pleine harmonie. Se dessine sur mon visage à reconstruire un air béat.
Le dieu Black Metal m'a pris en pitié ! J'ai tout compris. Je vais retourner au carrefour, reprendre la route Black Sabbath et chercher sur mon Mediamonkey Iron Maiden et son "The Number Of The Beast".
Chaque chose en son temps, l'Emperor saura attendre dans la nuit froide et neigeuse. Je lui enverrai bien Tino Rossi et son Petit Papa Noël.




001. Black Sabbath - Planet Caravan
http://www13.zippyshare.com/v/53665688/file.html
002. Black Sabbath - Iron Man
http://www13.zippyshare.com/v/99471893/file.html
003. Black Sabbath - Rat Salad
http://www13.zippyshare.com/v/81476417/file.html
004. Black Sabbath - Fairies Wear Boots
http://www13.zippyshare.com/v/10685000/file.html




001. Emperor - The Burning Shadows Of Silence
http://www29.zippyshare.com/v/32854286/file.html
002. Emperor - Cosmic Keys To My Creations & Times
http://www29.zippyshare.com/v/36449520/file.html




001. Bee Gees - Let There Be Love
http://www42.zippyshare.com/v/92078631/file.html
002. Bee Gees - In The Summer Of His Years
http://www42.zippyshare.com/v/27444046/file.html
003. Bee Gees - Down To Earth
http://www42.zippyshare.com/v/53787569/file.html
004. Bee Gees - I've Gotta Get A Message To You
http://www42.zippyshare.com/v/17112962/file.html
005. Bee Gees - Kilburn Towers
http://www42.zippyshare.com/v/7002147/file.html

6 commentaires:

  1. En fait, Heavy Metal, c'est comme Rock Progressif, Folk ou Jazz, une immense boutique avec des articles qui n'ont pas forcément quoique ce soit à voir les uns avec les autres, outre l''usage de la voix, de la guitare, de la basse et de la batterie comme instruments indéboulonnables ou presque. Quoi de commun entre le brutal death metal, le power metal, le nu metal ou le black metal ? Pas grand chose, quasi rien.
    Alors voilà, pour entrer dans le metal, il faut commencer par les bases : Judas Priest, Deep Purple, Uriah Heep, Thin Lizzy (et bien sûr Black Sabbath) et tirer le fil vers la NWOBHM (new wave of British Heavy Metal), sa sœur allemande (avec Accept), son développement thrash américain puis mondial (Metallica, Exodus, Slayer, Testament, OverKill, Coroner, Kreator, Destruction, etc)... Qui devient Death ou Black selon les écoles (et parfois entre les deux).... Après c'est le gros bordel !!!!

    BON COURAGE et si tu veux vraiment creuser, n'hésite pas à demander !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C‘est sympa, mais je penche pour un survol, j‘ai déjà les albums, dont certains cités par toi. Mon objectif, entrer dans l'univers du 2droooooone qui me fascine, m'attarder chez quelques groupes et bien me marrer sur le dos de certains (pas de nom, pas encore):-)

      Supprimer
  2. Heavy metal...
    Lourd comme sujet :)
    Mais tellement passionnant, ces groupes sont des orfèvres du gros son, de la maîtrise de la puissance...
    Un phénomène naturel chez le musicien et ça dès Berlioz, Wagner ou encore les toccatas de Bach...
    Plein pot, avec le max de décibels (chez berlioz il y eut même des coups de canon !) - autres époques, mais mêmes mœurs humaines...
    Faut qu'ça pète !...
    Alors comme partout ailleurs, classique compris, il y a les géniaux et les "dispensables..."
    Beau sujet - Black Sabbat - Halloween en toile de fond ?

    Bon faudra que je revienne sur Manoeuvre, ce clown que je peux pas blairer mais qui, malgré tout, a commis quelques trucs usuels pour ne pas dire utiles, parfois...
    à +

    RépondreSupprimer
  3. ... à l'époque je devais être attaché aux "sérieux", du moins dans ma définition d'ado. Je sais que j'avais vite assimilé Black Sabath, Alice Cooper à des "clown", c'était injuste et je me suis coupé de ce mouvement que je trouvai trop caricatural. Au lieu de "Clown" il serait plus juste de parler d'un Folkore qui ne me parlait pas.
    Aujourd'hui, je m'en fous, j'écoute la musique.
    Et puis il y a ces musiciens extrémistes qui ne cherchent plus la mélodie ou le rythme. Juste une recherche de quelque chose de plus primaire comme une réponse en négatif de la musique indistrielle.
    A suivre

    RépondreSupprimer
  4. Ah ! Putain de 'tiquettes !!!
    Quand j'ai commencé à écouté de la musique-qui-fait-du-bruit, on appelait ça du hard rock, et cette appellation me plaisait bien. C'était les Who, Alice Cooper, KISS, Led Zep, Sabbath, Purple, puis Ted Nugent, AC/DC, Motörhead, Accept…
    Après, on a commencé à parler de heavy metal (le terme me plait bien aussi !) en expliquant que c'était pas pareil, que les racines du blues avaient été gommées et gnagnagni et gnagnagna !!! Putain de foutue 'tiquettes de merde !
    Aujourd'hui je continue de me gaver de décibels : Metallica, Arch Enemy, Volbeat, Overkill, Testament, Mustasch, Clutch, Mastodon, In Flames, In Extremo, Amon Amarth, Battle Beast, Nightwish, Papa Roach… et je me contrefous de savoir pour quelle chapelle ils prêchent.
    Parce que depuis, c'est la valse des 'tiquettes : Industrial, Black, Death, Metalcore, Deathcore, Low Post-Metal, Alternatif, Power, Speed, Ambient, Techno-Trash… mais finalement, tout ça ne reste que du foutu rock and roll boosté à l'ampli Marschall… et pis c'est tout !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j'aime l'imagination derrière les Tiquettes. Je trouve que plus ça va plus ils mettent la barre haute.
      Je joue du Hard Rock: Oui bon.
      Non du Heavy Metal ... Ha oui du métal, ça me cause, mais lourd ouaiiii
      Du DEATH METAL ... hou la la, va falloir que je me protège...
      Je touve ça marrant, et puis à un moment, avec des tiquette comme ça, faut assurer, le défi quoi.
      Puis, puis vint le style DRONE... celui là, je ne m'en suis aps encore remis.
      Un peu comme la peinture abstraite, sans la motivation bien expliquée, tu es un peu paumé.

      Supprimer