samedi 30 novembre 2013

Gen esis - Book Of Gen esis




Bon, j'ai mon prochain post qui prend du retard. Une bonne partie d'exploration pour moi et je ne veux pas rater l'entrer du monsieur, tellement à écouter, aimer et découvrir.

Et le jeu des "Mangeurs De Disques" qui s'achève, donc ce n'est pas encore pour ce Week-End que nous entendrons le télescopage de Mannox et Saxiphine. (Ni le prochain, je serai bien absent)

Bon, alors, go pour un péché mignon et un truc improbable, limite pas autorisé et probablement qui laissera une grande majorité indifférente et une forte minorité hostile.

Mais, comment dire, j'ai ici ce que j'aurai aimé faire.

C'est un Soulseeker, amoureux fou de Prog-Rock, qui nous a envoyé ce message pour nous signaler cette compilation extravagante.

J'ai fait un peu de recherche sur le net et n'ai rien trouvé. Je soupçonne ce membre d'avoir fait ses propres montages avec en sus quelques titres intègres.

Mais voilà, il l'a fait dans l'esprit comme je l'aime : il a été cherché la quintessence mélodique de Gene Sis. Comme si il cherchait à répéter l'esprit de "Cinema Show" sur les albums de l'Après Gabriel.
Et il y arrive le bougre.
Ce groupe a une fibre belle mélodie dans toutes ses compositions. Juste qu'avec les années 80 j'imagine qu'il fallait placer ce talent dans la chanson.

Je reste un inconditionnel de

"A Trick Of The Tail" et ses éclats de lumière que sont Los Endos et cette éruption si lente à nous atteindre qu'est "Squonk" sans oublier toutes ces vignettes sous lumières diffuses qui devaient rejoindre cette si belle brume des légendes..

"Wind And Wuthering" qui devait perpétuer ces comptines au parfum d'une enfance dans sa bulle rose, les malheurs de Sophie mais ce n'est pas grave.

"Duke" La pochette annonce une volonté d'échapper à la douce torpeur. Ce que j'ai pu le pousser en volume sur ses parties instrumentales et cette batterie, les enfants.

("And Then There Were Three" avec quelques beaux restes et "Abacab" assez crapuleux)

Je continue à écouter ces trois albums avec autant de plaisir. Alors quand j'ai compris la démarche du Soulseeker, j'ai adhéré et tant pis si cela ne se fait pas de déconstruire et reconstruire pour ne conserver que les éblouissements tout en laissant les plages de repos pour reprendre de plus belle le voyage.

Je n'ai pas tout écouté, j'imagine que sa démarche continue vers les albums que j'ai moins aimé même si je pense qu'ils ont rempli leurs fonctions tiroir caisse d'un groupe qui aura au moins réussi à se tenir à flot, là où mes chouchous de VDGG ne pouvaient que compter sur le noyau de Fanamateurs que nous étions, mais pas assez pour vivre de leur musique.

Bon, je vous laisse avec ce cocktail. Surtout ne secouez ni ne mélangez. Il y a du sucre au fond, mais le reste est chatoyant et parfois même davantage.


001. Gen esis - Book Of Gen esis -  Wind And Wuthering
http://www49.zippyshare.com/v/1767727/file.html
002. Gen esis - Book Of Gen esis -  After The Wind
http://www49.zippyshare.com/v/27642263/file.html
003. Gen esis - Book Of Gen esis -  The Duke
http://www49.zippyshare.com/v/6509348/file.html

Track L1st

01. 1ntr0
02. Unqu1et Slumber F0r The Sleepe
03. Bl00d 0n The R00ft0ps
04. The Ta1l
05. A Tr1ck 0f The Mad Man M00n
06. R0bbery, Assault And Battery
07. W1nd And Wuther1ng
08. L0s End0s
09. A Entangled 0f R1pples
10. Squ0nk
11. P1ge0ns
12. All 1n R1pples
13. 1t's Y0urself
14. G0d 1f 1 Saw Her N0w
15. Wh1te M0unta1n
16. L00k1ng F0r S0me0ne
17. V1s10ns 0f Dusk At The M0unta1
18. Stagnat10n
19. Dusk
20. V1s10ns 0f Angels
21. The Kn1fe
22. Ev1l Jam
23. Happy The Man
24. Tw1l1ght Aleh0use
25. 1ns1de And 0ut
26. The Lady L1es
27. Burn1ng H0pe
28. After The W1nd
29. Deep 1n The M0therl0de
30. The Duke
31. Submar1ne
32. Keep The M00n 1n Darkness
33. Y0u M1ght L1ke 1t 0r N0t
34. Abacab
35. Turn 1t 0n Aga1n
36. That's All
37. 1n The Gl0w 0f The N1ght
38. 1t's G0nna Get Better
39. Just A 1llegal Mama Tak1ng 1t
40. Me And Sarah Jane
41. S1lver Ra1nb0w
42. An0ther Rec0rd
43. Paperlate
44. N0 S0n 0f M1ne
45. 1nv1s1ble T0uch
46. F0ll0w Y0u F0ll0w Me
47. The Braz1l1an
48. The Last B0at







19 commentaires:

  1. J'aimais quand j'étais tout mioche, j'ai réessayé, je ne peux plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un je ne sais quoi d'écriture, de "belle musique" comme tu dirais de "grande musique" qui me touche encore et même toujours

      Supprimer
  2. Sur Genesis, je pourrais (et je dois le faire) faire un long article...
    J'écoute encore et je te donne un exemple : quand PG ouvre Tresspass de sa voix fêlée en balançant dramatiquement Looookin' for someone, j'ai encore les poils qui se dressent...
    Après tant d'années, après connaitre par coeur chaque recoins d'aalbum, ça le fait encore.
    Blood on the rooftop, idem...
    Le pavé the lamb dès qu'il se pose sur platine c'est un miracle de magie... (Lamia)...
    C'est effectivement équivalent à de la "grande musique"...
    Un groupe tel que Genesis appartient à une histoire universelle de la musique.
    Nous ne serons plus là pour le constater, mais, il ouvrira le champ créatif pour des générations futures, tant il reste inspirant.
    Bon j'ai tout dit et tant pis pour les râleurs antiprog...
    Il doit rester chez le pharmacien de garde de l'audispray, c'est le moment d'essayer...
    courage, tu as raison de prôner cette musique, qui reste grande, en effet...
    soutien massif et inconditionnel de ma part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton passage, je retourne vers le soulseeker pour lui demander d'où vient cette compilation qui continue à me gratouiller.
      A part ça, je vais tenter un survol de "votre" semaine mais j'ai bien peur d'en louper

      Supprimer
  3. Je me suis acheté le cd Lamb .. la semaine dernière, du mal à franchir le pas tellement l'objet disque était un souvenir important, mais ne pas le poser dans l'Ipod un problème...
    Oh oui Pascal, les poils qui se hérissent ... la même maladie sur Trespass

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. The Lamb. C'est quelque chose. Je le découvre encore, davantage pour ses "chansons" Rien que les premières notes de "In The Rapids".
      Je pense qu'ils étaient les meilleurs pour les mélodies, là ou King Crimson faisait des va et vien, comme avec le "The Night Watch"

      Supprimer
  4. Hello.
    Jamais pu y arriver, no surprise hein...
    Par contre, "noyau de fans", "inconditionnel" certes mais ... le Prog et Genesis (je ne sais pas s'ils en font partie) c'était carrément mainstream à l'époque, on a tendance à l'oublier, puis c'est devenu une niche, ah public que tu es versatile et cruel!
    Là ça frémit il me semble qu'un retour à la mode se profile.
    Enfin, j'ai l'impression. Tu me diras...
    EWG

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste le temps de faire la part de ce qui doit vieillir. Je pense aux chansons, je veux dire à la recherche mélodique, puissante chez Genesis, pas dérangeante mais superbe....

      Supprimer
    2. Le rock progressif n'a jamais été mainstream, EWG. Certes, il a connu une période faste où il attirait plus de public que maintenant (1969-1975 en gros) mais sans jamais, de part ses structures et ses longues pièces alambiquées, gagner le coeur du grand public.
      Un retour à la "mode" prog ? Ca ne date pas d'hier. Déjà dans la première moitié des années 80 il y eut un frémissement, suivi quelques années plus tard par l'explosion prog metal (Dream Theater, Porcupine Tree, etc.) mais, encore une fois, et ce comme dans les années fastes, en restant une musique destinée à une minuscule minorité.

      Quand à Genesis, dont j'aime tout de 1970 à 1977 et un peu moins ensuite, ils sont évidemment de dignes représentants du rock progressif originel.

      Supprimer
    3. Ce qui est récurent avec notre ami EWG c'est que dès qu'il lit le mot prog, le voici qui arrive pour dire qu'il "aime pas"...
      Bon, ça je crois qu'ici ou ailleurs tout le monde a fini par le savoir, ce n'est donc ni une nouveauté, ni un scoop.
      Donc "j'aime pas" mais j'en parle et en plus je me permets non seulement de donner une opinion avisée (comme j'aime pas, j'écoute pas, mais j'ai tout de même un avis à écrire et faire partager - curieux paradoxe)...
      Alors même retoqué régulièrement sur le sujet (y'en a tout de même qui aiment malgré tout et qui en causent, c'est un peu libre sur la toile que de pouvoir le faire... et partager avec d'autres qui, eux aussi écoutent cette musique), on s'en va insister, enfoncer le clou quitte à traverser le mur puisque de toute façon ça va, on est au jus, il "aime pô..."...
      Zorno, ton comm' remet bien entendu les choses à une place légitime et au delà de ces enfantillages, et sans prendre une défense ou un avis passionnel exacerbé envers Genesis et tant d'autres groupes qui appartenaient (et ceux que tu cites continuent cette évolution esthétique) à ce mouvement, non seulement le prog n'a jamais été mainstream, même en un temps où on a voulu lui mettre une apogée et encore moins maintenant...
      Il y a eu une pointe sur une très courte période mais ça a été très vite balayé tant médiatiquement, qu'économiquement - le prog, en prod... ça coûte cher......
      Et si, en France, ce mode de fonctionnement musical a eu une apogée c'est majoritairement dû à l'engouement de certains chroniqueurs tel Hervé Picart (Best), effectivement très prolixe sur le sujet et pro Genesis invétéré.
      Il n'y a pas vraiment de "retour à la mode prog"...
      Les années 80, format chanson oblige ont transformé le prog en une FM vendable (Toto, Asia...), sorte de sommet de l'iceberg, mais dessous ça continuait à grouiller (finalement une sorte d'underground et il faut aller piocher en Italie, Allemagne, France... pour se rendre compte que ce mouvement a toujours eu ses afficionados)...
      Les autres groupes "connus" ont tenté de s'adapter, marché oblige, et en modifiant leurs comportements musicaux ils se sont fourvoyés pour finalement revenir à leurs premiers formats ou aller vers autre chose (P.Gabriel) pendant qu'une nouvelle génération s'imprégnait de leurs avancées pour aujourd'hui aboutir à ce mélange prog/métal, entre autre.

      Comme pour tout et partout, le prog peut être génial, expérimental, dispensable, utile ou inutile, selon les ressentis de chacun.
      Il en va de même avec le punk, la new wave, le grunge et là on ira parler jazz aussi, en fait, quelle importance ?...
      A chacun la limite de ses goûts et comme ici, chez Dev' l'envie d'approfondir, de creuser plus avant, de se poser des questions pour avancer et ne pas se limiter à...
      C'est pour ça que je viens ici le plus souvent possible.
      Une approche toujours ouverte, pluraliste et passionnante - jamais réductrice.
      Allez, à + et à chacun son bon/mauvais goût...

      Supprimer
    4. @Dev : je vois très bien ce que tu veux dire, ça se tient. Je lis aussi ton comm plus bas qui ajoute un peu d'eau (un filet...) à mon moulin à vent.
      @Zorn : ok, va pour période faste, j'étais entouré de gens qui écoutaient ça d'où mes stats "personnelles" et une exagération qui ne devrait plus te surprendre... Le prog eut tout de même droit à un paquet de couvertures de R'n'F et Best avant qu'effectivement ça ne se tasse.
      Merci pour vos retours éclairants, c'est pas donné à tout le monde.
      EWG

      Supprimer
    5. merci de ton repassage. Mais je suis bien entraîné à cette discuss, imagine en 77, Londres, les potes d'occasion, concert de Talking Head et d'un truc obscur et punk au Marquee. Et moi, mon badge No More Heroes et un vinyle de "UK" sous le bras. :-))

      Supprimer
  5. Sur ce sujet, j'aime beaucoup le bouquin de Aymeric Leroy avec des commentaires confirmés par Bruford dans sa Bio.
    J'imagine plusieurs temps, dont une conjonction qui devait être rare: Des musiciens aventureux, exigents, novateurs - avec forcément des risques - qui vendaient.
    J'ai été surpris de découvrir que "A Paasion Play" de Jethro Tull soit monter en position 1 du Billboard. écoutez cette suite à "Thick As a brick", pas évident.
    Ensuite j'imagine que la Prog devait trop squatter les sorties de disque et bloquait les musiciens pleins d'énergie mais pas trop de technique. Donc, hop, casse toi et laisse moi revenir au bon rock garage;
    Comme le pense Aymeric sans parti-pris (il est né en 76!!), cette démarche était plutôt musicalement conservatrice.
    Mais ce fut salvateur pour redonner de la place à des auteurs compositeurs de talent qui ne devaient que progresser.
    Là où je me perds, à quel moment l'industrie du disque a repris la main? J'ai aujiourd'hui l'impression que Pop & Rock sont repassés à 90% en catégorie "juste de quoi en vivre" Non? Un peu ce qu'a connu Bruford: De Yes & King Crimson à ses formations de Jazz.
    Et pour finir avec Genesis (et même VDGG et un peu KG) il y avait en primeur de la belle Pop, comme une suite aux beatles, format de chanson en moins.
    Merci les copains de la relance

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais tenter de te donner deux titres issus des dinos du prog qui ont fait reprendre la main en ce domaine à certains... et fait croire que le prog deviendrait pop...
      Owner of a lonely heart de Yes et l'insipide Heat of the moment de Asia...
      Là quand c'est sorti et qu'il m'a fallu jouer les synthés libidineux de ces prods, j'ai vraiment eu peur...
      Mais là où la musique y a radicalement perdu et où si Yes s'est ressaisi, l'industrie du disque y a gagné car ces artistes étaient pour la plupart "signés"...
      Il fallait donc bien "en faire" quelque chose...
      alors pour revenir à la conception de bruford, les artisans ont perduré dans les charts et les artistes eux, ont viré de cap, de carrière, de bord...
      (qui achète les derniers KC ? qui connait réellement Earthwork ? qui a écouté les dernières prods de Emerson ? qui sait ce qu'est devenu Greg Lake ? Yes tourne en rond sur le passé... et en France seuls les Anges subsistent par autoprod et ténacité... P.Gab continue sa route, Genesis n'est plus que l'ombre de son ombre et Collins fait de plus en plus n'importe quoi... Hackett sort des albums quasi confidentiels et Carl Palmer vend des batteries dans les salons de la musique internationaux...).
      La folie des schreders Satrianesques et Vai/zappaiens issus du prog/jazz/métal a permi une reprise en force de cette industrie, mais elle effraie le zicos et se fait aduler des foules...
      Les zicos car ces mecs jouent de façon hallucinante...
      Le public car ce jeu hallucinant a ses afficionados et donc est porteur côté business... et pas qu'ne vente d'albums, mais aussi de matos...
      Bon c'est un point de vue rapidos, sans recherches bien sur, mais sur des observations...
      à +

      Supprimer
  6. And now i've found myself a name...Je vous aime tous, alleluyah, je suis une quiche inculte du rock mais mon seul credo c' est le Genesis de Peter Gabriel, Trespass , crime at the nursery avec le génial musical box, foxtrot avec supper's ready, merci, je m' abonne,youpi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois ce n'est pas trop la masse de musique que l'on connait (même si je me range dans la catégorie OGRE MUSICAL) vu les plaisirs que tu cites, je pense que tu as déjà quelques bonne références pour découvrir d'autres talents. Et pas seulement en Prog.
      Surtout si, chez Genesis, c'était aussi le timbre de voix de Peter Gabriel qui t'a touché.
      Et ses albums solo?

      RépondreSupprimer

      Supprimer
  7. This is not an "invented album". I even bought it in 2013. Amazing stuff, by the way.

    RépondreSupprimer
  8. Bon, j'ai perdu le commentaire de MisterMoods (pour moi) mais testons si les commentaires remontent...

    RépondreSupprimer