samedi 4 octobre 2014

La légende des 5B. les BYRDS






Une occasion en or pour remettre sur le tapis la fameuse (chez un petit cercle) théorie des CINQ B.
Les années 60 et début 70 doivent beaucoup aux club des 5B.

Je salue au passage le REVPOP à l'origine de cet éclairage sur la musique Prock (Rpop je ne sais plus)

Les 5B ? On y va ?

Beatles, Beach Boys, Big Star, Byrds et BB

Quoi ? BB et ses 80 ans ? Meuhhh non, je parle de BB et ses 86 ans !! Burt Bacharach, bien entendu.

Récapitulons :
Les Beatles ? Pas un vinyl chez moi parmi pratiquement 1.000 disques, je ne sais pas pourquoi, c'est à l'étude.
Les Beach Boys ? Pareil, sauf qu'aujourd'hui je leur voue un culte que j'exagère volontairement sur le web tellement ils me sont bouleversifiant.
Big Star ? Pas un disque non plus. Et je n'ai pas encore percé le secret de ce groupe que REVPOP juge être les précurseur de la Power Pop.
Burt Bacharach ? Rien, mais je connaissais sans le savoir. Comme vous.
Les Bolling Stones ? Heuuuuu, eux c'est l'R qui a tout chamrouler...
Les Byrds !!!

Parlons en maintenant.

C'est lentement mais poussivement que je m'approprie leur qualité.

Trop fin pour le Tonio ?
Bien possible.
Alors quoi de nouveau ?

Le livre de Barney Hoskyns (dont j'attends avec impatience le Led Zep) « Hotel California » qui raconte cette Californie qui a fait rêver mes aînées mais qui à moi n'évoquait rien.

Et le Barney il sait vous raconter. Et il a su me convaincre d'une vérité qui ne me sautait pas aux yeux : de l'importance des Byrds, de l'aspect multi facette de leur carrière et de leur influence : Pop, Rock, Folk, Country...

D'ailleurs ce bouquin me fait replonger dans CSNY, Mon bon Neil Young, Buffalo. M'oblige pour plus tard à écouter avec davantage d'attention Joni Mitchell, Poco, Randy Newman, Gram Parsons.

J'ai découvert un groupe de Country Rock plutôt sympatoche : Les « Hearts And Flowers »

Comment ne pas se replonger dans les débuts de Ry Cooder quand on lit « ...auprès desquels [ses albums] ceux du Band semblent être interprétés par des conservateurs de l'institut Smithsonian »
C'est quoi «  l'institut Smithsonian » ? On s'en fout.

De beaux articles sur Lowell George et Little Feat et et et Zappa !

Je crois que la grande valeur du livre c'est des chapitres coulants, pas d'ordre alphabétique,  des promenades à travers le temps et les lieux et au fil des rencontres … Mamas & Papas... Linda … les maisons de disques, les bars et salles de concert etc...

Et bien entendu, les Byrds.
Tout en me demandant par où commencer, vinrent ces pages qui parlent de Clarence White. Un guitariste jugé surdoué.
Ha oui, me dis je à moi même, et qu'où c'est qu'on a la preuve aujourd'hui ? Hein, hein ? Barney ? Tu vas répondre oui ? Respire je plaisante.

Alors ?

« Untitled »

Bien vu, une face live, une face studio.
Pour m'amadouer un « Eight Miles High » de 16 minutes. Partez pas. Ce genre de Jam, je ne l'aurai pas imaginé pour les Byrds. Et ils n'en abusent pas dans ce double LP (LP … Miam, bon mot, moi manger bon mot)

Les notes familières mais un traitement bœuf qui vous prend tout le souffle.

« Lover Of The Bayou » démarrage en fulgurance. Un Byrds dont on a envie de monter le son.

01 The Byrds - Untitled - Lover Of The Bayou
Un Byrds qui ranime l'envie d'un Allman's pour enchaîner.

Chacun son fantasme.
Moi ce serait d'être avec ma femme dans un hôtel où la climatisation serait en panne. Alors nous sortons, il fait nuit noir, je devine le Pacifique, un établissement, un son attirant pour pousser la porte. Bière bien fraîche.  Madame demande une coupe de champagne, le bar fait semblant de ne pas comprendre, j’amène les deux bouteilles – non je change – j'amène le pichet et deux verres. Sur une scène à peine élevée un groupe inconnu mais talentueux se joue entre eux. Ça jam du feu de dieu, interminable mais envoûtant.

C'est « Eight Miles High ».

02 The Byrds - Untitled - Eight Miles High
Après ça nous sommes cuits. Et la « Chestnut Mare » cette fameuse délicatesse élégante qui m'a toujours échappé, nous avons entendu Hyde, voici Dr Jekyll. Irrésistible.

03 The Byrds - Untitled - Chestnut Mare
Et puis plane sur cette fin d'album, ce bon Countrflrock à la Burrito (Normal, coécrit par Parsons) une Powpop à la Big Star … un joli spleen qui nous ferait bien échanger le Allman's par une Gene Clark finalement.

04 The Byrds - Untitled - Yesterday's  Train
05 The Byrds - Untitled - Just A Season
06 The Byrds - Untitled - Well Come Back Home

Mais oui au fait, les Byrds, Gene Clark, David Crosby et Roger McGuinn et sa Rickenbacker, je n'y connais rien en marque et son de guitare. Mais celle ci, quand je lis le nom, j'entends son RickenDelingDeling, en ouverture de cette grande version de « Eight Miles High » comme une évidence que j'avais un peu oublié.



Bon, je me replonge dans le premier album des Byrds, ne serait ce que pour entendre la meilleur chanson des Beatles composée par d'autres et surtout, surtout … mon Gene Clark. Que j'adule pour ce nuage noir qu'il traîne au dessus de sa tête et qui lui inspire ce regard.

Un des plus grands compositeurs du Mooooonde. La preuve :

01 The Byrds - Mr. Tambourine Man - I'll Feel A Whole Lot Better (à la Beatles!!)
02 The Byrds - Mr. Tambourine Man - Here Without You
03 The Byrds - Mr. Tambourine Man - I Knew I'd Want You



Voilà, je vous quitte, j'ai du Ry Cooder à écouter autrement. J'ai une année 1994 à revoir et plein d'autres copains à visiter (Voir sur mon blog mes blogs amis, haaaargh j'ai utilisé le mot AMI, terme déposé, je vais être interdit de web)

38 commentaires:

  1. Yo,

    Les Byrds, je n'ai jamais trop eux la curiosité de m'y intéresser. Je vais voir ça. Sinon, le Smithsonian institute est l'institut auquel Lomax père a emprunté le matériel pour enregistrer tout ce beau monde. C'est aussi l'endroit où sont collectionner les milliers de morceaux constituant l'identité musicale des US. Mes coffrets de Folk sont frappés du saut Smithsonian. Je te parie même qu'à l'écoute des Byrds, il y aura une ou deux chansons qui se seront fortement inspirées de ce catalogue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sceau . S A U T Mais quel sot je fais, je devais avoir la tête dans le seau

      Supprimer
    2. Ha ha ... et cela ne m'a même pas choqué.
      Tu as probablement raison sur l'héritage. Car il est complètement assumé, d'après ce que j'ai lu, par Mc Guinn & Co qui tenait à montrer d'où il venait, les racines. C'était le moyen de réconcilier les histoires. Je pense aussi que Gram Parsons y est pour beaucoup. Et Gene aussi bien entendu qui partira travailler à Nashville.

      Supprimer
    3. M'enfin, puisqu'on est avec les B, on ne peut s'empêcher de penser à Bob Dylan (en écoutant l'Untitled en tous cas)

      Supprimer
    4. ha ha Je l'avais faîtes à mon pote et ses 5B. J'avais proposé Bowie, qu'il jugeait pas à la bonne époque, Bob? Même sans parler du Prénom ce n'était plus de la pop.
      Je rétorquais, ha bon, Byrds c'est de la Pofffff Mais il m'avait déjà mis la tête dans le bac à sable

      Supprimer
  2. Que dire? On pourrait vivre une grosse année rien qu'en se régalant des albums de ces cinq-là, auxquels j'ajouterais ceux de notre B.B. qui sont loin d'être moches!
    P.S. : va quand même falloir que tu fasses quelque chose pour les Beatles - c'est grave!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Beatles? Il y a une explication probable, j'avais parmis mes premières cassettes, avant même de pouvoir écouter des disques, le double bleu et rouge, la fameuse compilation, je la connais par coeur. Du coup aujourd'hui cela me fait bizarre d'écouter un album où je retrouve éparpillé des titres que je connais. Je n'arrive pas à m'en détacher, conséquence mon écoute est toute bancale. Je passe du "nouveau" à du "par coeur"

      Supprimer
  3. Et derrière les Byrds, il y a aussi de grands disques solos (Gene Clark et David Crosby notamment). Pour moi, Fifth Dimension, Younger than Yesterday, Sweetheart of the Rodeo, The Notorious Byrd Brothers, ça me met à genoux à chaque fois... Et en plus ils avaient inventé le look des Stone Roses 25 ans avant lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'en suis pas arrivé là comme toi. Mais Gene Clark, lui, oui, je l'adore. Crosby, forcément, mais avec ses compagnons, j'avais un peu oublié son parcours aussi riche. Merci d'être passé, ça fait toujours plaisir

      Supprimer
    2. Marrant, je viens e découvrir Bob Carpenter e so unique album.tellement ressamblant à du Gen Clak.. e tout cas c'est du country folk de Los Angeles, lui e canadien Cette musique là, on l'a dans le bulbe depuis .... bah The Byrds...à tel point que minot, je me suis dit.. rhhoo le salo de Dylan..l'a repris une chanson des Byrds.
      J'ai un faible pour "Dr Byrds & Mr Hyde"

      T'as remarqué que j'ai rien dit pour le truc des Beatles / Beach Boys !!!!

      Supprimer
    3. euuhhh sorry, manque des lettres.. bizarre le clavier rame pour les comm ici.. je relis et on devrait pouvoir traduire :D

      Supprimer
    4. Oui, ton silence est assourdissant.
      Sinon, bizarre ton histoire de clavier pour les commentaires, ici seulement?
      Et bien vu le "teasing" pour ton Bob!!

      Supprimer
  4. Big Star je suis comme toi, jamais compris l’engouement pour ce groupe d'une platitude sans nom. De Barney Hoskins dans le même registre que Hotel California mais beaucoup plus étoffé (il couvre l'ensemble de l'histoire de la musique californienne du jazz au hip hop) je te conseille Waiting for the sun paru chez Allia, c'est un bijou qui se dévore et une source de bons filons.
    Le Rock Californien, c'est le Rock tout court disait je ne sais plus qui mais à peu de choses près (énormes les choses quand même) il a raison.
    Des Byrds je suis dingue de Sweetheart of the rodeo, ok, en fait je suis dingue de Gram Parsons.
    Et je le prouve : http://ranxzevox.blogspot.fr/search/label/Gram%20Parsons

    Les Beatles, je comprends, strawberry field forever et I'm the walrus me sont indispensables, le reste j'aime bien (surtout l'album Help) mais j'en fais pas une folie.
    Les Beach Boys, c'est différent, j'adore la surf music donc les premiers (ou du moins l'essentiel) me régalent régulièrement et sinon, j'aime bien leur période début 70's avec des albums comme Holland.
    Brian Wilson a enregistré un disque sublime où il reprend Gershwin.
    Hugo Spanky

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je lis aussi le "Waiting.." mais lentement car je cherche, trouve et écoute (merci soulseek) les références musicales. pour te dire, j'en suis à la page 46.
      Pour Big Star j'en connais des sensibles, il doit y avoir un truc
      Bon un Gram à découvrir alors, bonne idée de me le passer, cela va rester dans le ton de "Hotel..."

      Supprimer
    2. Les Gram Parsons sont tous à découvrir, ses deux albums solo sont indispensables et ceux des Flying burrito Brothers (deux seulement avec Gram) et celui de l'International Submarine Band tout autant.
      S'il faut vraiment en sortir un du lot, je dirais GP son premier en solo, peut être le plus beau, et celui de l'International Submarine, sans doute le plus chahuteur.
      T'as pas fini de faire chauffer soulseek avec Waiting for the sun, je m'en suis rempli un disque dur entier en faisant comme toi.
      Hugo Spanky

      Supprimer
  5. Yo !
    Moi je t'aurais bien remplacé BB par Badfinger mais par contre pour les Beatles chuis comme toi. Quant à Big Star il suffit de les écouter, le reste viendra, et je ne te parle pas pas de Nothing Can Hurt Me, je me suis promis d'en parler longuement un jour. D'ici-là je te laisse chercher, c'est assez fascinant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haaaa naissance d'une petite controverse: Les Badfinger sympathique groupe et peut-être même davantage, ne peuvent tout de même pas aligner autant de "Without You" que Burt... Sans oublier que Burt a sa marque déposée: Un petit gimmick à la trompette? C'est du Bacharach que j'entends chez Portishead :-)

      Supprimer
    2. Naissance, non ... Je crois bien que ça a commencé chez Jimmy (ou était-ce chez Charlu?) où j'écrivais que le jeune con que j'étais à l'époque avait découvert Walk on By par les Stranglers et n'écoutait pas de variétoche (Burt B donc...) à l'époque. Pas plus que maintenant car yé né pas changé yé souis toujours aussi... Controverse? Si tu veux !

      Supprimer
  6. Oui, oui je m'en rappelle. Mais pour le coup la frontière entre Burt et Badfinger c'est la notion de groupe contre les fabricants de pop (ou chansons ou variétés). Les Rubettes comme chaînon manquant? Je déconne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Badfinger c'est le pendant anglais de Big Star, tout au moins à mes oreilles qui ne se lasseront jamais de ce powerpop (même pas peur des mots) aussi inspiré qu'intemporel qu'intelligent que voué à un destin tragique ET immérité !

      Supprimer
    2. Bad finger & Big Star ... tien tiens Oui, à creuser et à écouter ensemble. Même si ma mémoire a davantage retenue le spleen - à la mode aujourd'hui - côté dernier Big Star... ce qui va me permettre de rebondir chez Audrey

      Supprimer
  7. Même la The Ballad Of El Goodo (Big Star) te laisse indifférente? Alors écoute Kanga Roo (que Jeff Buckley avait reprise) ou Holocaust issu du 3eme album pour découvre les terffonds de l'âme humaine. Et ça, ça n'a rien à voir avec du Power Pop. Le 3eme Big Star est l'un des albums les plus noirs et malsains qui soit. Une beauté frissonnante, tordue où Alex Chilton, en pleine déprime et complètement camé, chante d'une voix déchirante, sur des arrangements en équilibre précaire unique d'une incroyable modernité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas indifférent, pas du tout et effectivement le dernier me demande encore quelques écoutes avant d'y sombrer. Ce que je voulais exprimer - je pars me relire d'ailleurs - c'est pourquoi mon ami souhaitait les hisser si haut sur le podium. C'est pourquoi je parle de secret, alors que je n'ai pas de doute sur la taille des autres B.

      Supprimer
    2. .Et j'ajoute qu'effectivement le dernier, Sisters, a effectivement quelque chose de ... mais tu l'as bien décrit et bien loin de ce que je pense être la PowerPop... Mais c'est aussi pour le plaisir d'échanger. Je vais m'y remettre si le temps et là avec une envie persistante. (J'ai une grosse envie de réécouter les Pernice Bros... pfff ce temps qui manque)

      Supprimer
  8. Pourquoi Big Star est si grand? Parce qu'avant eux, ce style de musique n'existait pas. Parce qu'un chanteur qui couvre 3 octaves;;; Parce que les structures des chansons sont complexes... parce qu'ils mélangent dans un équilibre parfait l'alpha et l'omega (la légèreté pop et la tension rock).... Parce que chaque album contient d'immenses classiques...

    A la limite, quand j'ai découvert les deux premiers albums, je comprend ta réaction. A l'époque, je me disais... mouis, pas mal... y a de belles ballades. Les morceaux "rock" me parlaient pas trop.
    Aujourd'hui, avec le recul, je me rends compte combien leur musique est précieuse. Et chaque album a sa personnalité, le premier avec la douceur de Chris Belle, le second dans son classicisme d'écriture parfaite, le troisième dans sa beauté chancelante et malade.
    Bref, maintenant, Big Star me laisse sur le cul à chaque écoute. Mais il faut effectivement passé un peu de temps avec cette musique, moi ça m'a pris presque 10 ans pour comprendre à quel point les deux premiers font partie de la légende des B majuscules et à quel point leur place est tout en haut.
    Le troisième est quant à lui un continent à lui seul qui m'attire e(t qui m'effraie). Parfois, je suis obligée de sauter des morceaux parce qu'ils me rendront trop mal à l'aise. Et le chant d'Alex Chilton y est d'une si intense fragilité...
    Et après tout ça, le silence qui t'entoure est autant un ennemi qu'un ami.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est joliment présenté et convaincant, je découvre le premier depuis hier, je ne l'avais pas, et j'ai la même première réaction que toi, les morceau rock sont à mon oreille criards et bacals alors qu'un "Thirteen" est émouvant. Mais je sens que tu as raison, ces morceaux rock qui me gêne me font penser à mes premières réactions avec le Velvet. Donc moi aussi je n'en veux!! Alors j'essaie pour percer la citadelle!!

      Supprimer
  9. .. Et dans la foulée je me suis pris les Badfinger que j'ignorais, par exemple "Badfinger" j'approche de ma prochaine chronique: "Big & Bad: Il n'est jamais trop tard"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. No Dice et Straight Up sont bons à la fois pour l'île déserte et la Time Capsule. D'ailleurs sur SU y a un morceau qui porte bien son nom...

      Supprimer
    2. Zut, j'ai jeté mon dévolu sur le suivant "badfinger" alterné avec le 1er Big Star
      Mais c'est le Big Star qui me résiste....

      Supprimer
    3. Si j'osais une analogie Kinksienne tu me parles de Preservation Act II moi je te propose Lola et Muswell Hillbillies (les années correspondent !)

      Supprimer
    4. Pour tout t'avouer, je connais les précédents et jes les aime bien, pas de psouci. Mais je lis sur Assayas que le suivant de "Straight.." est d'un niveau équivalent, alors la curiosité l'a emporté. Et la comparaison avec les Kinks est sévère. C'est bien sur Big Star que ça coince

      Supprimer
  10. Les Badfingers, y a que quelques mois que je m'y suis mise. Pas encore écouté suffisamment pour les prendre sur une île déserte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. .. et toi qui nous lache le guitariste des Saints, faut que j'aille voir

      Supprimer
  11. Ecoute plutôt Serene Machine, il est bien meilleur que Electric Storm.

    RépondreSupprimer
  12. Pareil pour moi : je n'ai pas un seul disque des Bolling Stones… pourtant c'est un groupe absolument bénial !!!!!

    RépondreSupprimer
  13. Sinon j'aime bien aussi Bed Zeppelin !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tien en barlant de Bed Zebbelin... J'ai une variante de This Is que je trouve sympa même si pas de moi et surtout même si je n'en serai pas capable. A suivre dans bas longtemps

      Supprimer