dimanche 15 décembre 2013

Dizzy que je l'aime Part I


Enfin j'ai pu reprendre le périple sur mon fleuve imaginaire. C'est que je passais mon temps à reculer l'échéance. Mon Week-End à Basel (un trou) ne m'a pas permis de consacrer assez de temps.
C'est qu'ici j'attaque une largeur gigantesque du fleuve. J'avais en tête cette formule : Certains artistes j'ai appris à les aimer, d'autres j'ai aimé apprendre.

Mais Gillespie. J'aime.

J'ai de la chance. Ça vous arrive de vous dire, j'ai de la chance ? J'ouvre l'histoire d'un géant musical, je prends une de ses œuvres. Je m'assoie et me prépare à l'effort pour aborder sa musique.
En fait pas du tout. De suite, le frisson. Et le temps, les années passantes ne feront que confirmer. J'aime.
Ceci dit rien d'extraordinaire, nous parlons ici d'un des plus grand. Un fondateur du Bop qui n'a rien à voir avec Lula.

Une explosion pour l'auditeur néophyte comme moi. Des enjeux d'improvisations bouleversantes.

L'idée de musiciens qui décident de jouer des thèmes d'une rapidité effarante nous laissant soit sur le bord de la route soit nous aspirant avec eux vers des hauteurs vertigineuses.

Donc Gillespie Part 1. Comment je l'ai approché.
Encore merci au livre "Passeport pour le Jazz" de Adler et de De Chocqueuse. Un des rares à avoir mis en avant l'album de collaboration avec Lalo Schifrin.

"Gillespiana And Carnegie Hall Concert"
Lalo, moi, ce sont les fracassants génériques de Mannix, de Mission Impossible. Alors quand l'ouverture "Prelude" frappe aussi fort avec l'intention, malgré ou bien grâce au faux départ, d'ouvrir un boulevard à la trompette de feu de Dizzy, les jeux sont faits.

GRANDIOSE.

Ensuite il n'y plus qu'à se dresser sur "Panamerica" qui interdit la position assise. J'aimerai me payer le culot (et la souplesse) d'un Jerry Lewis, sauter sur les tables tout en remuant du bassin et en claquant des doigts en faisant des passes au ballon à mon fiston qui en ferait autant sur le meuble télévision.

Allez, "Toccata" et d'autres images cinématographiques de nous envahir, Cubano, affolant, impro … Et avant de passer au concert qui enchaîne, partons à la découverte (toujours guidé par Passeport)

…. 1946 Shaw 'Nuff
Avouez que sur ces quelques minutes, il y a une telle intensité, un tel foisonnement de notes qui bousculent notre écoute. Vous êtes pressé ? Pas de problème, c'est du concentré accessible.
Une des naissances du BeBop. Sous vos oreilles ébahis. Quelques reste de Swing, mais le décor change, davantage de place pour l'improvisation.
Et qui qu'on entend sur des "Groovin' High" "All The Things You Are" ? Le Charlie, l'autre pilier du Bop, un des rares à pouvoir suivre notre Dizzy. Ce Bop, quel beau bébé.

…  Complete RCA (1937 1949)
Manteca !!!!
Ça groove, ça coubane, ça rythmbazzz
Cubana Be !!! Cabana Bop !!!
Il se passe quelque chose, même le BeBop en ressort étonné. Sur des rythmiques sensuelles se collent des solo de Dizzy à vous atomiser.
Night In Tunisia !!!!
C'est là que ça se passe, un des grands titres, mythique, légende du genre qui a pris son envol ce jour là. Pour ne plus jamais attérir

….. Et donc de retour au … And Carnegie Hall Concert (1960)
Alors ? Alors quand Lalo repense les arrangements des légendes que sont "Manteca", "Night In Tunisia " devenu "Tunisian Fantasy" il y a comme de la magie dans l'air.
Et pourtant c'est tout en vrai. C'est sur scène et c'est CONCERT !!!
Un son d'une clarté cristalline traversé par les lames de feu du jeu de Dizzy. Une troupe libre et un chef indien pour entraîner tout ce petit monde vers de grands pâturages sonores

"Tunisian Fantasy"
Je sais, je sais ce que c'est que le manque de temps pour écouter un disque, même un titre en entier. Est né le besoin avec le foisonnement d'appréhender un titre dans ses premières secondes. Plus le temps des introductions, plus le temps des montées en puissances, des ruptures surprises. Des apparitions soudaines pour lâcher une impro en plein milieu d'un titre depuis longtemps abandonné par l'auditeur.
Offrez vous l'antidote à cette malédiction, offrez vous 14 minutes de baume pour activer des neurones de plaisirs endormis, telles des belles au bois dormant, laissez Dizzy embrasser et réveiller ces princesses assoupies au fin fond de votre encéphale.


Ainsi se termine la PART I. La suite je pense la consacrer aux disques de collaboration que je connais moins : Avec Charlie Parker, Stan Getz, Stuff Smith, Roy Eldridge.
A suivre




001. Dizzy Gillespie - Gillespiana And Carnegie Hall Concert -  Prelude
http://www2.zippyshare.com/v/52778217/file.html
002. Dizzy Gillespie - Gillespiana And Carnegie Hall Concert -  Panamerica
http://www2.zippyshare.com/v/39383675/file.html
003. Dizzy Gillespie - Gillespiana And Carnegie Hall Concert -  Manteca
http://www2.zippyshare.com/v/4134451/file.html
004. Dizzy Gillespie - Gillespiana And Carnegie Hall Concert -  Tunisian Fantasy
http://www2.zippyshare.com/v/6213251/file.html


Track List

Gillespiana

01. Prelude
02. Blues
03. Panamerica
04. Africana
05. Toccata
06. Manteca
07. This Is The Way
08. Ool Ya Koo
09. Kush
10. Tunisian Fantasy




001. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Groovin' High
http://www76.zippyshare.com/v/1294878/file.html
002. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Dizzy Atmosphere
http://www76.zippyshare.com/v/53215705/file.html
003. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  All The Things You Are
http://www76.zippyshare.com/v/74053413/file.html
004. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Shaw 'Nuff
http://www76.zippyshare.com/v/4395559/file.html
005. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Lover Man
http://www76.zippyshare.com/v/4997099/file.html
006. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Hot House
http://www76.zippyshare.com/v/87930061/file.html
007. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Things To Come
http://www76.zippyshare.com/v/35778889/file.html
008. Dizzy Gillespie - Shaw 'Nuff -  Emanon
http://www76.zippyshare.com/v/8442342/file.html

Track List

Shaw 'Nuff

01. Blue 'n' Boogie
02. Groovin' High
03. Dizzy Atmosphere
04. All The Things You Are
05. Shaw 'Nuff
06. Lover Man
07. Salt Peanuts
08. Hot House
09. Oop Bop Sh 'Bam
10. That's Earl's Brother
11. One Bass Hit, No. 1
12. One Bass Hit, No. 2
13. Good Dues Blues
14. Our Delight
15. He Beeped When He Should Have Bopped [Roberts]
16. He Beeped When He Should Have Bopped [Gillespie]
17. Things To Come
18. Ray's Idea
19. Emanon
20. I Waited For You




001. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Manteca
http://www37.zippyshare.com/v/21758921/file.html
002. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  52nd Street Theme [take 1]
http://www37.zippyshare.com/v/3568384/file.html
003. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Night In Tunisia [take 1]
http://www37.zippyshare.com/v/87985444/file.html
004. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Ol' Man Rebop
http://www37.zippyshare.com/v/7418256/file.html
005. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Anthropology [take 1]
http://www37.zippyshare.com/v/97550116/file.html
006. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Cubana Be
http://www37.zippyshare.com/v/58163487/file.html
007. Dizzy Gillespie - The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 -  Cabana Bop
http://www37.zippyshare.com/v/78862780/file.html



Track List

The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd1 (320k)

01. Manteca
02. Anthropology [take 2]
03. King Porter Stomp
04. Yours And Mine
05. Blue Rhythm Fantasy
06. Hot Mallets
07. 52nd Street Theme [take 1]
08. 52nd Street Theme [take 2]
09. Night In Tunisia [take 1]
10. Night In Tunisia [incomplete Take]
11. Ol' Man Rebop
12. Anthropology [take 1]
13. Ow!
14. Oop-Pop-A-Da
15. Two Bass Hit
16. Stay On It
17. Algo Bueno (Woody'n You)
18. Cool Breeze
19. Cubana Be
20. Cabana Bop
21. Ool-Ya-Koo
22. Minor Walk


The Complete Rca Victor Recordings; 1937-1949 Cd2 (320k)

01. Good Bait
02. Guarachi Guaro
03. Duff Capers
04. Lover, Come Back To Me
05. I'm Be Boppin' Too [take 1]
06. Swedish Suite
07. St. Louis Blues
08. I Should Care
09. That Old Black Magic
10. You Go To My Head
11. Jump Did-Le Ba
12. Dizzier And Dizzier
13. I'm Be Boppin' Too [take 2]
14. Hey Pete! Let's Eat More Meat
15. Jumpin' With Symphony Sid
16. If Love Is Trouble
17. In The Land Of Oo-Bla-Dee
18. Overtime [shorter Take]
19. Overtime [longer Take]
20. Victory Ball [shorter Take]
21. Victory Ball [longer Take]

6 commentaires:

  1. Que dire? Ce gars-là est merveilleux, rien que les photos sont un enchantement. Les grands esprits se rencontrent, puisque ça va parler trompette dans le prochain épisode du feuilleton...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... Que je suis curieux du comment tu vas placer la trompette dan le périple. J'attends avec impatience ce tour de force narratif

      Supprimer
  2. Bien évidemment, tu imagines avec certitude à quel point je place le Diz en haut dans mes "idoles" jazz...
    Allez, un peu d'anecdotique...
    Voici plusieurs année j'ai eu la chance extraordinaire de ... l'interviewer...
    Il passait à un festival jazz du coin et le rédacteur local du Dauphiné Libéré m'avait joint, ainsi qu'un prof d'anglais pour la traduction afin de passer un moment avec lui et parler de son actualité, lui poser des questions sur sa carrière, Bird, le bop, etc...
    J'y suis allé comme un gosse qui va ouvrir son plus beau cadeau de noël, je lui ai offert une compo que je lui avais dédié quelques années auparavant, je lui ai parlé de Bird, de bop, de musique cubaine, et lui ai glissé avoir commencé le jazz par Night in Tunisia, le premier standard que j'ai joué...
    Puis je lui ai demandé son sentiment quand de jeunes artistes l'invitaient à jammer sur une version de ce titre totalement funkysée (celle de Chaka Khan)...
    Il m'a dit avoir adoré cette session.
    On est restés presque 1h30 ensemble...
    Il était en tenue afro, décontract', mais très fatigué, son manager le poussait à aller se reposer mais dès que l'on parlait musique ses yeux brillaient et on a senti qu'il était bien là, à causer pour une interview forcément différente car j'étais plutôt carrément novice en la matière et je procédait juste au feeling et au passionnel...

    Le soir je suis allé avec lui au concert, il était en coulisses épuisé, "ailleurs", puis s'est levé au moment d'entrer sur scène.
    Ce n'était plus le même homme.
    En un pas le séparant du rideau au plateau il venait de rajeunir sous mes yeux, me glissant en passant un clin d'oeil, d'au moins vingt années.
    Je sais avoir pleuré quand j'ai su son décès.
    Je l'ai vu à la toute fin, il était en contrat avec GRP et son album entouré de jeunes en devenir était absolument extraordinaire...
    Diz...
    Nom d'une pipe, tu m'en as foutu un coup, là...
    Merci de tout ce flot de souvenirs.
    Et ses big band, ah lala, nom d'une night in tunisia, mais quelle énergie !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quel chance, pas seulement de l'avoir côtoyé, mais ce temps pour échanger avec ce monsieur, son approche de la musique doit être une véritable leçon... Tu as du être aux anges
      - M. Gillespie, pourquoi cette trompette courbée?

      Supprimer
    2. Ah ça juste pour que le son pointu passe en big Band au dessus de la masse des cuivres....

      Supprimer
    3. J'ai cru que c'était son souffle qui l'avait courbé

      Supprimer