samedi 24 janvier 2015

Les musiques du Brésil? Ça fait peur (with Arthur Verocai et Chico Buarque)



Pre Scriptum: Pour ceux que davantage souhaite avoir, je droppe, je box... suffit de m'envoyer une adresse courriel pour être associé à la tournée.

Chez Jimmy, je tombe sur une belle chronique, un bien bel album dont les mérites sont ici bien racontés

MORELENBAUM², SAKAMOTO ~ CASA [2001]

C'est Arewenotmen? qui s'y colle, oui, celui là même qui avait amené avec lui le Liszt dont j'étais tombé. Tout court.
En échangeant sur le sujet il demande si parmi le cercle il y avait quelques connaissances sur la Bossa. En ces termes:

Si des spécialistes peuvent me conseiller d'autres enregistrements, je suis preneur ! La tentative de "renouvellement" (en tout cas dans l'accompagnement piano - violoncelle) de la bossa me parait être un grand succès.


Moi, pas vraiment, mais je savais vers qui me tourner.
REVPOP (Mais qui est REVPOP?)
Je lui parle du truc et il me répond gentiment.
Je ne sais pas si c'est ce qu'attend Arewenotmen?? (le premier point d'interrogation est à lui) mais sa réponse va me servir de fil sur plusieurs Post, car ... mais j'explique un peu après.

La bossa n'est pas vraiment ma spécialité, c'est plutôt ce courant anti-bossa créé au début des années 70 appelé MPB (tout simplement Musique Populaire Brésilienne...)
En tout cas en reprenant ma disco brésilienne, je choisirais : 
- Arthur Verocai - 1972 - Arthur Verocai
- Chico Buarque - 1971 - Construcao
- Edu Lobo - 1970 - Cantiga de Longe
- Edu Lobo - 1970 - Sergio Mendes presents Edu Lobo
- Edu Lobo - 1976 - Limite Das Aguas
- Egberto Gismonti - 1970 - Sonho 70
- Eumir Deodato - 1972 - Perceptao
- Gonzaguinha - 1973 - Luis Gonzaga Jr
- Ivan Lins - 1971 - Deixa O Trem Seguir
- Ivan Lins - 1972 - Quem Sou Eu
- Ivan Lins - 1974 - Modo Livre
- Jorge Ben - 1969 - Jorge Ben
- Jorge Ben - 1970 - Forca Bruta
- Jorge Ben - 1971 - Negro É Lindo
- Jose Mauro - 1970 - Obnoxius
- Marcos Valle - 1967 - Viola Enluarada
- Marcos Valle - 1969 - Mustang Cor De Sangue
- Marcos Valle - 1971 - Garra
- Milton Nascimento - 1968 - Courage
- Milton Nascimento - 1969 - Milton Nascimento
- Milton Nascimento - 1972 - Clube Da Esquina
- Milton Nascimento - 1973 - Milagre Dos Peixes
- Milton Nascimento - 1975 - Minas
- Milton Nascimento - 1976 - Geraes
- Milton Nascimento - 1978 - Clube da Esquina 2
- Quarteto Em Cy - 1972 - Quarteto Em Cy 
Allez 26 albums qui sont en quelque sorte mon top Ballon d'OR !
Amicalement bossa,
Je décidais donc de profiter de l'occasion pour moi aussi m'y promener et aussi poster ce texte chez les Papillons Noirs pour titiller un Capitao qui va savoir lui aussi rebondir

Car moi, les musiques venant du Brésil, ça me fait peur.

Si, si, j'explique, là, maintenant. Utilisons une image:

Imaginez, imaginez l'Angleterre, le Royaume Uni plutôt. Avec ses musiques. Imaginez les de l'autre côté du globe, perdu entre le Japon et l'Australie. Personne ne connait en Europe, mais eux écoutent le monde et font leurs musiques.
Imaginez, vous êtes en 2015, en France, et un copain revient de ce lointain royaume, avec quelques disques.

- Écoute, qu'il vous dit:

"King Crimson" ... oui, c'est chouette.. Tiens, et ça: "Shadows" ... pas mal.... "Pink Floyd" .. "Beatles" et "Sgt Peppers"... "Costello" ... "Rolling Stones"... "Led Zep" ... "Primal Scream" "Clapton" "Arctic Monkeys" "Pogues"....

Stop, stop... je ne peux pas, trop beau, trop fort.. je suis perdu...

Quoi, j'exagère? Samba, Bossa, Bossa Nova, MPB, Tropicalisme.....

Entre les racines Portugaises, avec les influences du monde en Jazz, en Rock et avec les renvois pour booster certains genres qui craignaient de perdre leur élan (hello Stan Getz, hello Franck)

C'est un seul pays, mais la richesse de ce qu'il a produit demande le secours d'une main amicale qui vous propose de visiter.
Je cherche encore un écrivain, critique qui aurait décidé de nous raconter les choses dans l'ordre.

En attendant avec l'aide de la liste de REVPOP et peut-être de CAPITAO, je vous présente quelques artistes et mon ressenti

Pour commencer, deux disques que je connais bien et que j'avais oublié. Leur redécouverte me servira de passeport pour la suite.




Verocai, idéal pour parler promenade initiatrice. Démarrage tout en douceur.

Tout va bien DEVANTF, ça va, plus trembler... Hein? Finalement, ma musique est pleine de repères, juste que j'ai arrangé ça à ma sauce, comme je sens les choses...

Et de titre en titre, c'est l’éventail, grand orchestre, cuivre, rythmique soutenue. Il y en a même qui n'auraient pas déparé sur des BO Blaxploitation.
Ça swingue
Et cette langue, signalée par AreWeNotMen? Aucune accroche aux consonnes, elles sont toutes moelleuses

Dernier Titre, mon chouchou, mon feu d'artifice, la rencontre d'un continent influencé Big Band Swing et d'un gimmick très générique de série britannique.

Je regrette juste les fins de morceaux qui donnent la sensation que tout n'a pas été enregistré. Bon.

01 Arthur Verocai - Arthur Verocai - Caboclo


02 Arthur Verocai - Arthur Verocai - Pelas Sombras


03 Arthur Verocai - Arthur Verocai - Presente Grego


04 Arthur Verocai - Arthur Verocai - Dedicada A Ela


05 Arthur Verocai - Arthur Verocai - Karina (Domingo No Grajaú)





Chico Buarque, MPB, Samba, Bossa.
Chico c'est le tourbillon colimaçonnique. Prise de vitesse au vents ascendants. Comme pour la valse apprenez à tourner la tête à contre rythme, sinon, c'est la chute euphorique assurée.

Ici, encore, grand orchestre aux arrangements si fluides que je n'y retrouve pas la crainte que l'on a des grands ensembles quand ils noient la musique qu'il nous faut aimer.

Non, ici la mise en place est juste parfaite.

Et puis il y a le titre "Construção"

Je me disais, comment j'ai fait pour ne plus l'écouter pendant des années? Et cet épisode à moins de deux minutes du début. Comme l'entrée d'un John Barry accompagné par Lalo Schifrin

Alors? Les voisins? On peut déranger?
(Pour comprendre, allez lire donc..
MORELENBAUM², SAKAMOTO ~ CASA [2001]
...)


01 Chico Buarque - Construção - Deus Lhe Pague


02 Chico Buarque - Construção - Cotidiano


03 Chico Buarque - Construção - Construção


04 Chico Buarque - Construção - Olha Maria


05 Chico Buarque - Construção - Valsinha



Et me voilà avec un nouveau fil à tirer, si seulement il pouvait ne pas casser...

A suivre donc

10 commentaires:

  1. Salut, voilà qui m'intéresse grandement.
    Mon mail est le suivant :
    elnorton arobase hotmail com
    (je ne la mets pas sous forme convenue pour éviter les robots).
    Merci à toi de m'associer à la tournée ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Volontiers, et si des post passés t'intéressent.. n'hésites pas.

      Supprimer
    2. C'est fait, tu me diras si ça roule

      Supprimer
  2. Hé ! t'as pris les deux premiers de la liste ! c'est ton tri ( ou c'est ton choix ?)
    Donc le prochain c'est du Edu Lobo, c'est du beau, très beau tu sais !

    RevPop reconverti en RevBossa :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pour ça je suis bête et discipliné. Mais je les connaissais bien tous les deux, ça aide.

      Supprimer
  3. Des wagons entiers de retard, mais il fallait que j'écoute avant de venir en causer.
    C'est un cadeau magnifique.. tout ce que j'aime, époque, son, ambiance.. et la pochette est extra...et ce lusitanien que j'adore entendre.. tout sonne exact.
    Chez Gibert ils ont un promontoire énorme de rééditions rares d'albums brésilien.. genre 20 e les 4.. j'ai tenté.. faut que je te fasse partager.
    Quant à Chico.. no comment, sauf que j'avais pas celui là
    Merci givre ses barré à une vitesse ce matin.

    J'attaque Sinatra..à très vite ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merdouille il manque encore des lettres ds mon comm.. "le givre"

      Supprimer
    2. Ha ha.. On attaque pas Sinatra comme ça!! C'est le rois des coups bas, au foi et au coeur

      Supprimer
  4. Je suis tombé sur ce blog par hasard, en cherchant un lien pour le Sakamoto/Morelenbaum.
    Je dois dire qu'en tant que grand amateur de musique brésilienne, je n'ai jamais compris l'engouement unanime pour ce disque de Verocai qui est un album de pop orchestrale franchement générique dans la lignée des grosses ronflettes de David Axelrod.
    En revanche dans la lignée des chefs d'oeuvres ambitieux de Lobo et Buarque du début 70 je recommande une sorte de trilogie occulte:
    - La pépite noire de la musique brésilienne, le grand José Mauro avec l'album "Obnoxius",
    - "Joyce & Nelson Angelo", l'album du même nom. Aussi lumineux que les deux autres sont torturés.
    -Et enfin peut-être l'album brésilien le plus méconnu, le plus étrange et le plus excitant des années 70 (enregistré à Hérouville!) "Drácula I Love You" de Tuca.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zut, mon commentaire a disparu. Je disais tout le bien du qualificatif "Ronflette" que je me garderai pour d'autres. Sympa et pas trop cruel. Pour Axel, la comparaison est pertinente mais comme je l'aime bien le Axel...Je ne garde pas "Ronflette"
      Et merci pour les références. Le REVPOP est un amoureux des grandes orchestrations tout genres confondus ceci expliquant celà

      Supprimer