lundi 13 février 2017

Part2-Fin: Divine Comedy. Sorten zon. Catharsisédisons... Après je passe



Quoi vous dire... Je ne me souvenais pas de cette chanson, pas sa meilleure, mais ici c'est l'intention qui compte

01. The Divine Comedy - Promenade -  A Drinking Song


C'est qu'avec tout ça il nous avait bien énervé le Neil, car lui et sa bande se distribuaient des coups à boire tandis que mes voisins - un jeune couple tout mignon - me renversait un peu de leur bière sur mon manteau qui me tiendra moins chaud pendant un moment ...



Alors pour calmer, quoi de mieux que des évocations qui peuvent faire mal, cruel le Neil:

01. The Divine Comedy - Absent Friends -  Absent Friends


Jours heureux, nous avons pensé qu'ils ne finiraient jamais,
Mais ils finissent toujours
Levez vos verres, aux amis absents
Non Neil, le plus possible et le moins absent possible... comme si nous étions immortels!

Et notre artiste ami continue à nous bercer... serait ce sa façon de nous dire au revoir?

02. The Divine Comedy - Absent Friends -  Charmed Life


Mais nous rappelons encore et encore... Le Neil il nous dit "il l'heure de rentrer chez vous, il est tard"... on insiste "Mais revenez demain, je refais un passage"...
On insiste
Mon frangin, je l'ai su plus tard, n'aurait pas été surpris, peut-être même qu'il aurait laissé le public s'égosiller sans lui, car lui savait que Divine fini toujours... pour mon bonheur...

Et vous, ça ne vous est jamais arrivé de rêver que...

03. The Divine Comedy - Promenade -  Tonight We Fly


Je pourrai lister les titres que j'aurai voulu entendre, mais après son "tonight.." j'avais la banane, Marianne si près de moi, Marianne comme dans un rêve qui vous échappe ... alors quand vous la tenez... 1 nuit, 2 night!! Je fly..




3 commentaires:

  1. Tu m'as fait réecouter ce cher Neil. Et je dois dire qu'il y a effectrivement chez lui une forme de classicisme dans l'écriture très agréable. D'ailleurs, en l'écoutant, je me suis demandé s'il n'était pas plutôt un artiste que j'appelle "aboutissement" plutôt que "terreau fertile". La différence entre les deux n'est pas dans la qualité artistique de l'oeuvre mais plus dans son rayonnement au près des autres artistes. Y a des groupes dont on se rend compte que l'influence a été assez minime (par exemple Police, Eagles), en tout cas dans la musique qui m’intéresse et dont on pourrait dire que la direction musicale qu'ils ont empruntée n'a pas vraiment être très inspiratrice, comme si elle menait à une forme d'impasse si on devait l'emprunter pour aller plus loin. Disons que les Stooges, Television ou les Pixies ont eu plus d'impact.


    Et avec Divine Comedy, j'ai un peu cette impression, un travail très bien fait et inspiré mais pas forcémant inspirant pour les autres... Alors que dans le genre un peu voisin, XTC parait être un meilleur terreau fertile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Passionnant. Et comme je regrette de peu passer. Je me souviens avoir passé pas mal de temps dans les transports à méditer ton propos. "Aboutissement" est radical mais je te rejoins sur l'héritage: Neil Hannon est un "chansonnier Britannique" Ces mélodies très orchestrés/classisés sont l'héritage d'artistes comme Sinatra, Scott Walker, MacCartney. Moins une impasse que perpétuer un mouvement de musique populaire dont le souci est de travailler la mélodies, les arrangements. Ce souci tu le retrouves aussi bien chez le plus gros vendeur qu'est Robbie Williams que le discret "Get Well Soon". C'est la limite des blog, ce sujet mérite de nombreux échanges. Si je savais comment le prolonger ... et si j'avais du temps... XTC , bien sûr, Stooges... Eagles et Police dan cette même catégorie? Mmmhhhh à suivre, qui sait

      Supprimer
    2. J'ajoute un talent particulier à Hannon: ses textes, de vrais vignettes humoristiques et tendres à divers degrés

      Supprimer