Translate

dimanche 16 février 2020

C'est Qui? Sedaka. Neil? C'est d'accord. Un autre péché mignon a moi


J'ai cherché une image pour concurrencer notre Elvis Rocker. J'ai abandonné, finalement c'est bien mieux comme ça.
Le vilain petit canard du Brill Building, au lieu d'écrire des chansons intemporelles, il a offert une époque sur plateau.
Le chaînon manquant entre le Rock & Roll, le Yéyé et la pop italienne. Disons que c'est comme ça que je vois les choses.
C'est un peu American Graffiti à lui tout seul. Version Pop.

Tout petit, déjà, j'ai halluciné sur ce truc à WoodStock


C'est la matière première pour des Au Bonheur Des Dames chez nous. Un parfum NostalgicoDécono.
Je pourrai enchaîner sur les Coasters, après tout, mais là c'est bien aux potions de Monsieur Neil que je m'adresse.

Rarement rock
C'est certains c'est pas Jerry Lee.
Par contre il aligne:



Mon premier Neil Sedaka, c'est 1972, dans un double 33T qui réunissait des titres qui coûtaient pas trop chers en droits d'auteurs. Le nom des artistes étaient écrits en couleurs criardes et de travers  sur fond orange vif.
Rarement des originaux.
Un Be Bop A Lula de Gene Vincent dans sa salle de bain.
Et un Neil Sedaka noyé avec les autres.

"Stairway To Heaven" l'orignal sans le solo de guitare. Incroyable ce que ce titre est ensuite devenu


Bon, si on peut plus rigoler...

J'étais mûr, pour les Rubettes, pour les airs de Phantom Of Paradise. Pour etc...

Ce n'était pas une posture, toujours pas... j'aimais, j'aime ça.

Pour une photo de rocker, je n'ai trouvé que ça, un Richard Anthony Cuir... pas fatigué le cuir:


Par contre les vidéo, je dis pas que ça gâche, mais pour dater on n'a pas besoin de ça.
On est dans les années 60, ou fin 50?
C'est certains que la musique va connaître une accélération visuelle sidérante, c'est toujours bon de le rappeler...

Tout est dans la présentation. Au passage remarquez la décontraction du présentateur, rock baby!



Allez vous êtes encore là? Vous aimez pas mais vous m'avez compris? C'est bien aussi.

Ensuite il y a les années 70.
C'est ça son talent, un peu comme Franck Valli, colle à son époque. Pas agressif, c'est tout rond comme lui.
Mais, mais mais. Ce sont de sacrés bonnes chansons.
Je pensais à l'autre Neil, non pas Young mais Diamond, même école mais qui a su parfois se défaire des arrangements qui collent comme le sparadrap du Capitaine Haddock.

Forcément ça décourage pas mal d'auditeurs.


Bon, tout a commencé par ce titre
Je vais boucler là et en profiter pour écouter encore une fois


Le look, 60's 70's ne lui a sûrement pas beaucoup servi à faire poster dans les chambres.

Encore là?
Écoutez moi ce témoignage sympa, hasard des pérégrinations (C'est Corse?) sur Youtube








10 commentaires:

  1. J'avoue, je ne connais que de nom, nom que j'associe, à tort vu ce que tu en dis, à Barry Manilow... Faudra que j'explore à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'as pas tord musicalement pour la dernière partie de sa carrière, un peu plus sucré et arrangé que du Elton John aussi. Reste un élément du Brill Building, je dis vilain canard car de cette époque pas de grande chanson tel "will you love me tomorrow" (Je cite mon Assayas de chevet) Par contre sa production est impressionnante en quantité de bons titres (quand on aime!)

      Supprimer
  2. Alors lui, j'ai une compilation que j'ai mis direct dans le bac des soldes sans même l'écouter )))) Ta sélection et l'allusion à Phantom of the paradise fait que je vais tenter le coup.
    Sale jour pour le rockabilly que ce jour, Crazy Cavan est mort. Il avait porté le genre à bout de bras dans les années 70 et 80 et mériterait qu'on se souvienne de lui au moins autant qu'on se souvient des Shanana.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "... autant qu'on se souvient des Shanana" ce qui ne nous entraîne pas bien loin si les "sha na na" sont la référence, ce que j'aimerai un témoignage de l'époque de Woodstock, ont ils été ignorés, méprisés ou bien au contraire perçu comme une bouffée de légèreté?
      Crazy Cavan, tant pis si il est triste de s'en remettre une dose parce que disparu. Ma dernière écoute date, c'est mon vieux pote Kaserio qui m'avait connaître avec "Our Own Way Of Rockin'" ==> "Boppin 'n' Shakin'" ceci dit à l'écoute, ça me booste mon lundi de reprise

      Supprimer
    2. Les Shanana n'ont pas été ignoré du tout, ils ont cartonné grave et longtemps, ils sont même dans Grease !!!

      Supprimer
    3. Grease III? Ha non, des points d'exclamations. Je ne l'ai vu qu'à sa sortie, je me demande comment il a vieilli (et moi avec!) Pour ma question je pensais au public de Woodstock. Ne serait ce qu'une scène peu faites pour faire son show. Cela dit donc Sha Na Na a perduré. J'ai un Crazy Cavan sur le feu Fin de transmission

      Supprimer
    4. Le public de woodstock il a dû prendre les Shanana comme le reste, de très haut. En altitude.))))

      Supprimer
  3. Ben moi aussi j'ai halluciné sur Sha Na Na à Woodstock, et on doit pas être les seuls.
    Me vient donc cette question idiote, je sais bien que ça sert à rien avec toi mais les questions idiotes c'est les seules que je sache poser : pourquoi, mais pourquoi tu nous les mélanges dans ton potage au Neil Sedaka ?
    Hein ?
    Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon potage c'est du minestrone. Avec des morceaux dedans, alors oui, je peux mélanger des choux et des carottes. Après tout ce sont des légumes. Tu vois ta question n'est pas idiote. Ma réponse, par contre....

      Supprimer