dimanche 24 avril 2016

Prince!! Je lève mon verre à ta ... merde, trop tard.


Je devrai faire court, ou bien je laisse ma plume glisser (plume pour clavier, métaphore)
Non pas que je sois écrasé par le chagrin.

J'ai déjà tenté avec difficulté, problème d'articulation des mâchoires, d'expliquer que j'avais une difficulté à penser Prince comme individu de chair et de sang.
J'ai inconsciemment l'image d'un personnage imaginaire, issu de notre imagination à tous, le premier élément commun de nos rêves partagés.
Unique
Et de temps en temps il daignait descendre vers nous avec une composition.
Du coup sa disparition fait l'effet d'un réveil tardif.

Prince n'est pas mort puisqu'il ne vieillissait pas.

J'ai beaucoup lu les hommages, les souvenirs de chacun.

Le Ranx toujours jamais surpris, Hugo hommage à revenir sur sa partie ignorée de carrière, c'est sa marque.
ICI que c'est là

Alexandre aussi partage cette envie de nous parler de l'immergé
C'est là que c'est ici

L'ami JeePeeDee ce qu'il pense, et celui qui ne réagit pas n'a pas lu, pas possible autrement
Là que c'est là

Et la tendresse alosr? si si, pas si rugueux finalemenyt
Ici que c'est ici





Moi je vais juste vous raconter un album.



Les années 90? Batman et "Graffiti Bridge" je finissais là ma fidélité au prince, je retrouve mes racines républicaines et le laisse à la conversion pour d'autres.

Pourtant, premier tir vient de Catherine...
- Antoine!! Vient écouter ça, un nouveau titre de Prince:



001. Prince & The New Power Generation - Diamonds And Pearls -  Money Don't Matter 2 Night




Ouai, ouai pas mal... Lui dis je.

Quel faux cul j'étais, j'entendais là le Prince qui revenais me dire: "Quand je veux, je t'écris le truc imparable, simple, efficace... tu verras dans des dizaines d'années tu continueras à l'écouter... car vois tu mon gars..."  Mais je n'écoutais plus

Ouai, ouai pas mal... Il avait raison. Mais on a sa fierté, donc je continue le dos tourné. Adieu Prince, petit.



Dix années, il m'aura fallu dix années.
Et encore, le hasard.

2001

J'ai sympathisé avec un mediathéquaire du "la Place des Fêtes / défaite", et va savoir pourquoi.
-  Vous avez entendu le dernier Prince?
- ...
- Si si, écoutez

001. Prince - The Rainbow Children -  The Sensual Everafter
002. Prince - The Rainbow Children -  Everywhere






Je m'en souviens comme si c'était samedi (nous sommes dimanche quand j'écris ces lignes, et non, je ne peux pas faire simple)

J'ai été ému, au point de le graver le CD, de me l'écouter. Encore et encore.

Stupéfait de la liberté prise avec ce qui pouvait faire de vrais tubes à condition de formater, mais non. Un appel à la liberté de composer en poussant les murs.

J'ai retrouvé toute la dimension d'un artiste comme Zappa, moins l'humour mais + la tendresse et cette même folie musicale alors que la qualité sonore ... pfff encore un barjot qui va nous rendre fou.



Dès le premier titre.
Moi qui n'avais pas encore trop le goût d'écouter du Jazz Fusion Rock, comme vous voulez (Pas de PascalGeorges dans le coin alors)... Me voilà savourant le tournant swing de ce fabuleux titre:

001. Prince - The Rainbow Children -  Rainbow Children
002. Prince - The Rainbow Children -  Digital Garden






Yannig Guillevic - Musique universelle  (Peinture)

Deux titres exploration


001. Prince - The Rainbow Children -  The Everlasting Now
002. Prince - The Rainbow Children -  Last December

Liberté d'écoute? Cet un album qui vous servira de caution, l'ami.

Allez, Prince à ta santé, la blague a assez duré. Reviens! T'es le meilleur, déjà en 91 ...

34 commentaires:

  1. Dans la foulée de celui là, il avait enregistré N.E.W.S (pour North, East, West, South, concept et astuce comme souvent))) encore moins formaté avec ses quatre morceaux de 14mn pile chacun. Tu devrais aimer, maintenant qu'il n'est plus là pour te voir perdre ta fierté ))))
    Ah, je cause souvent de Santana quand j'évoque Prince, the sensual everafter est l'exemple type de l'influence de Carlos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, encore une belle référence, OK je suis en trains de ... hum ... NEWS quoi.
      Carlos, tiens, en voilà un que je suis de loin, de plus en plus, mais que je suis quand même puisqu'il arrive encore à me surprendre (son JAM hypnotique avec Tinariwen) alors tu penses un SANTANA IV, fallait oser. Quoi, c'est de PRINCE qu'il s'agit ici? He ho, c'est toi qui a commencé avec Santana.

      Supprimer
  2. Oui bon album que celui-ci, que j'ai réécoute ce matin d'ailleurs. ..et pour "money don't matter tonight ",une de mes préférées, la classe intemporelle. ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, j'ai même jeter un oeil dimancheux sur le dico Assayas, je pense que l'auteur des lignes s'est peu penché sur les années 2000. Une intuition masculine.

      Supprimer
  3. Jeudi fin d'am, on était en concert...

    élèves et profs réunis pour un événement des plus sympathiques et ados oblige, la nouvelle via les réseaux sociaux dont ils ne se dégagent jamais est tombée.
    le temps de revérifier entre deux partoches, deux changements de plateau et on a eu confirmation, aussitôt on a modifié nos plans et directement joué kiss, le premier titre qu'on avait sous les doigts et dans la tête... élèves et profs réunis autour de ce titre, un bel hommage.
    on a été interloqués par cette nouvelle...

    toutes générations confondues, Prince représente quelque "chose", effectivement sans réelle dimension de présent, passé ou futur, juste, de temps à autre, une apparition type alien, type irréel...
    j'ai depuis réécouté tout ce que j'ai de lui et ai réalisé que j'en ai effectivement pas mal, uniquement des cd ce qui prouve que j'ai commencé à sérieusement l'écouter avec l'arrivée de ce support...
    j'ai rebloqué, normal, sur NEWS dont vous parlez plus haut et que j'ai usé de façon presque indécente pour un album de seulement quatre titres... sorte de prolongation actualisée de tout ce que j'aime chez mon Miles favori...
    J'ai continué à me dire que parade restait dans mes chouchous, j'ai refait le parcours boulimique de sign o times et ai de nouveau bloqué son, repeat et groove sur juste ce titre énormissime : cream...
    alors je crois bien que cet été on va en jouer et rejouer du Prince, tellement intemporelle cette façon de groover, de rendre trois notes de gratte funkissimes, de balancer une bonne giclée de wah wah, de mélanger tout et encore tout dans un immense foutraque musical effectivement zappien, mais tellement plus fun, plus "bandant" quoi...
    la classe intemporelle, chris, c'est bien le mot...
    mais nom de dieu, quelle année... !!!

    moi aussi il va modifier mes plans mais, comment écrire le moindre hommage sur un tel phénomène musical, esthétique, artistique, fashionique, médiatique, commercial, interplanétaire, intemporel...je ne sais pas encore si je vais en avoir l'envie, la force ou encore simplement... le courage.

    merci à lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai un peu hésité quand même, mais j'avais cette petite anecdote et l'article de Hugo qui aime réévaluer les parties peu ou mal éclairées d'un artiste m'y a poussé. Prince a longtemps était bon, et même tout le temps donc, faisons passer le message et oublions les attitudes énervantes du bonhomme

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Moins de larmes mais davantage envie de faire partager. Contrairement à Bowie qui a toujours été bien servi, Prince mérite pas mal de période à réhabiliter

      Supprimer
    2. Oui on devient fou ! ;)))
      Mais ce Rainbow Children à l'air vraiment fantastique. Je l'écoute demain matin et je reviens. Merci pour les envois ;))

      Supprimer
    3. Il l'est , mais je note qu'il le reste après tant d'années de non-écoute.

      Supprimer
    4. Il y a des morceaux vraiment magnifiques comme ce Muse 2 Pharaohs ou The Work par exemple, mais je lui trouve un côté très easy listening dans l'ensemble...

      Supprimer
    5. Kwaaaa tu veux qu'il se retourne dans sa... Hein? Incinéré peut-être, dans son urne alors. ;-) Moi qui suis défenseur des tiquettes, celle là, le "Facile à Écouter", elle est dangereuse à manipuler, surtout quand on a raison... Et je devine pourquoi certains titres donnent cette impression. Mais tout de même par les consistantes? "Dans l'ensemble" fait mal... Il faudrait deux tiquettes, dont une qui conserve le easy mais ajoute une notion de plaisir dans la durée d'écoute, pour s'opposer aux titres faciles mais jetables: "Easy Kleenex" vs ??

      Supprimer
    6. C'est vrai que ce "dans l'ensemble" était un peu snob ;) (C'est le Rainbow Children et un autre qui m'avaient fait cet effet..)
      Parce que je viens de le réécouter tranquillement là, et j'ai pris une claque. Alors du coup j'ai voulu l'acheter, et quand j'ai vu les prix (de dingue), je me suis dit que c'était un album de bobos (enfin du moins que eux s'en étaient appropriés)

      Supprimer
    7. Depuis la métaphore de la boite de Camembert de Michel Blanc j'achète peu de disque

      Supprimer
    8. Faut que je retrouve l'histoire que j'ai posté pas loin, mais où.. histoire de copier coller

      Supprimer
    9. Haaaa la voilà:

      "En réponse à Michel Blanc qui condamnait le téléchargement en se demandant si le même individu volerait volontiers un camembert en magasin, un groupe de ???? lui a répondu: Que si pour démonstration il se permettait d'ignorer la nuance entre dupliquer et subtiliser, pourquoi ne pas inverser le raisonnement: Et si on pouvait copier la nourriture, M. Blanc se battrait il pour protéger les producteurs? Ou bien penserait il intelligent de réfléchir à une forme de rémunération et ainsi résoudre la faim dans le monde.
      Si l'accès à la culture et ses initiations sont considérés comme la nourriture de "l'âme" alors ce n'est pas idiot comme réflexion."

      Supprimer
    10. Oui ils sont débiles avec cette lutte contre les téléchargements. Ils ne se rendent même pas compte de la pub que ça leur fait, sans compter que la culture n'est pas accessible à tous avec leur tarifs exorbitants

      Supprimer
  5. Réponses
    1. ... Puisque je ne pleure pas... je propose une aurore pourpréale? Hello Amigos

      Supprimer
    2. oui, et c'est bien plus classe, la poésie et moi...

      Supprimer
  6. je viens de mater les hommages canal live et je suis anéanti par le talent .. l'absolu.. en partant de Hendrix.. via tous les autres... pardon TOUS les autres. L'intelligence facile hyperactive... bref.. personne ne meurt en ce moment.. tt le monde s'inscrit, se grave...... :(

    RépondreSupprimer
  7. Très bons choix... Il me paraît vital de parler des parties méconnues de la carrière de Prince... Autant après la mort de Bowie, chacun citait un album différent, ce qui couvrait un spectre large, autant avec la mort de Prince on se rend compte que beaucoup de gens ont zappé des disques importants comme ce Rainbow Children.
    Bien joué de le remettre en avant.
    Et je persiste et signe, Prince était un grand jazzman, pas dans le sens classique du terme mais comme James Brown ou Hendrix ont pu l'être, à leur façon en réinventant et revigorant la sauce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vois que tu aimes casser les chapelles. Hendrix et JB en secoueur du monde du Jazz? Je sens là une idée que tu devrais développer, car pas évidente.

      Supprimer
  8. Je crois que j'ai essayé cet album, mais que je n'avais pas réussi à rentrer dedans. Peut-être parce que j'avais déjà passé pas mal de temps à dénicher les grandes chansons de certains de ses disques d'avant (style Emancipation, love symbol etc.) un peu en vain. Pas eu envie de reperdre mon temps.
    Mais je crois que le moment est venu d'y revenir d'autant qu'il bénéficie d'une bonne aura.

    L'une de mes chansons préférés de Prince figure sur l'un de ses très mauvais album: Joy of Reptition sur Graphitti Bridge. C'est pourquoi je "chassais" les bonnes chansons. Mais se taper des doubles ou triple, je trouve qu'il y a aussi une certaine démission de l'artiste de ne pas faire lui-même le tri dans son travail... à moins qu'effectivement d'être le géni intégrale touché en permanence par la grâce. Mais ce ne fut malheureusement pas le cas.

    Toutefois, c'est un grand artiste. C'est un peu le Zappa de la black musique en faisant un horrible raccourci...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens encore Zappa.
      Dis donc miss Audrey, faut que je te présente un amoureux de "Graffiti Bridge" Non, pas moi qui le connais mal le disque, mais le gars en question me l'avait passé en voiture, c'est bien simple il passait son temps à me le commenter et moi je regardais la route. Oui, mais c'est lui qui conduisait!! Attention, c'est ce même gars qui a fini par me faire AIMER Coltrane.... Alors... attention

      Supprimer
  9. Merci du partage.
    je n'ai jamais tout à fait compris Prince, contrairement à chez Zappa chez qui je "comprends" certaines formes et certains choix à force de m'y plonger (sans doute parce que c'est plus rugueux au départ)... j'ai très vite plongé dans Prince. Sans être un point de départ à mes découvertes (funk, jazz, rock etc) il revenait souvent çà et là (ha oui, ça me fait penser à Prince... tiens je vais en remettre). Toujours sa musique me faisait passer au dessus de l'imagerie médiatique.
    Mais, je n'ai jamais vraiment compris pourquoi cette grâce outrée, cette fulgurance, cette beauté simple et forte en concert et beaucoup plus rarement en studio... j'ai toujours été frustré (peut-être que son "vault" en regorge) de ne pas avoir plus d'albums bruts, pas moins aboutis mais moins travaillés, avec un aspect charnel moins esthétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, tiens, nombreux vous m'avez passé cette impression, ceux qui l'ont vu en concert ont été surpris du show, du professionnalisme, on pourrait dire comme chez Madonna, mais il y avait en + un plaisir du jeu, un groove qui lui était propre... J'ai lu sur THE forum de funk (http://funk-o-logy.com) qu'il pouvait d'une soirée à l'autre changer les arrangements de ces titres, sachant qu'il y a des fan qui venaient à toutes les soirées... Wouahhh

      Supprimer
    2. J'ajoute que j'ai entrevu ta chronique sur Zappa, si tu me fais acheter encore un lvre (j'ai les Loveraft!!) ça va chier !!

      Supprimer
    3. ouaip, je pense vraiment que pour une communauté Prince était un sacré musicien avant d'être un "artiste de média" et que cet aspect était perceptible en concert...
      sinon, pour Zappa, c'est une trilogie :) je n'évoque ici que le dernier tome, je conseille fortement si on veut en savoir plus sur le bonhomme et son oeuvre.

      Supprimer
  10. Hmm... je vais re-essayer ce Rainbow Children. A force de perdre l'habitude d'écouter le nouveau Prince parce qu'à chaque fois... je me souvenais ne plus me souvenir du précédent (mais l'avais-je écouté ?)... Si ça se trouve il est même dans ma collection ? Prince, je l'ai toujours stocké comme un vin qui gagnerait à vieillir, parce que trop ce goût de banane à la sortie... Et trop de déceptions aussi (déceptions qui se transforment en confirmations, genre ce type est fini, donc on est plus déçu, on écoute plus...). Superbe, ton texte, en tous cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .. et 15 ans plus tard, à raconter et donc réécouter cet album, dont je gardais le bon souvenir sans plus jamais l'écouter (à quand la machine a freiner le temps? ha oui, l'ennui ;-) ) je retrouve pour une bonne par ce même plaisir. Il va falloir que je creuse la comparaison Zappa, histoire de faire un pas de côté, quitte à découvrir les différences majeures: Humour. OK. Musique contemporaine pour Zappa OK (pour la dimension Stravinsky, Varese, Boulez, j'attends d'être initié par un admirateur) mais je tiens quand même mon pas de côté pour regarder l'oeuvre de Prince.

      Supprimer