samedi 5 novembre 2016

Ce qui se rapproche au plus prêt du plaisir sexuel ...



Désolé, un peu crû... Cela serait gênant si racoleur ou peu sincère.
Mais c'est en toute simplicité que je le pense...

Ce démarrage en douceur, préliminaire, ces voix qui montent, montent, excitation pour atteindre un summum de plaisir et cette lente descente où deux de nos protagonistes souffleront la tendresse...

Pourtant une histoire bourgeoise, cette belle femme qui va laisser son jeune amant vivre son histoire d'amour avec une autre plus jeune.
Et comme Mozart, la sensualité de faire jouer le rôle de l'amant par une femme.



Je me suis récemment offert cette vidéo

Alors pour le partage j'ajoute les grands moments que je possède...

Pas le temps de faire une vraie chronique, mais je devais placer ceci.

Je refais la vidéo, car la version Youtube a escamoté la fin, dommage car elle clôturait sur un joli moment de preuve d'amour ... et une petite pirouette souriante.

Donc ma version directement sur le blog


video
.
Ou MA version Youtube si elle ne se fait pas rapidement interdire?





001. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Disc 3) -  A3.13 Marie Theres'! ...hab' Mir's Gelobt
002. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Disc 3) -  A3.14 Ist Ein Traum, Kann Nicht Wirklich Sein
003. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Disc 3) -  A3.15 Ist Ein Traum...spur Nur Dich






001. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Scène) Cd3 -  Act 3 - Hab' Mir's Gelobt
002. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Scène) Cd3 -  Act 3 - Ist Ein Traum
003. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Scène) Cd3 -  Act 3 - Sind Halt Also Die Jungen Leut'






001. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Solti Crespin) Act3 -  Act III- Marie Theres!... Hab
002. Richard Strauss - Der Rosenkavalier (Solti Crespin) Act3 -  Act III- Ist Ein Traum, Kann N







6 commentaires:

  1. Rhôôô ! Putain ! Comment je me suis fais avoir sur ce coup-là ! Je vois "sex" et je me précipite !!! Et quoi qui n'ya au bout de l'hameçon ? Richard Strauss : pas glop ! Je me débats, je m'enfuis… on ne m'y reprendra plus !!!!!
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha.. me rends pas coupable, j'ai dit " ce qui se rapproche..." ça ne pouvait être que métaphore. La prochaine fois je paye le supplément BLOG, celui où l'on saisit l'internaute et on l'oblige à regarder et écouter jusqu'au bout .. N'd'ieu

      Supprimer
    2. L'échange avec Pascal me donne une autre idée, le problème c'est que je te demanderai de tomber dans le panneau une deuxième fois, allez quoi? Tu le regretteras... moins, je m'y engage!!

      Supprimer
  2. je vais éviter de m'agacer avec le comm' précédent, le sectarisme musical, tu le sais c'est pas mon sens de la vie.

    Strauss...
    j'ai dû te raconter en mail, donc j'ajouterais pas de couche.
    pas assez médiatisé, juste cet opéra qui effectivement à su trouver sa place parmi les non amateurs du genre opéra mais parmi les opéras que les amateurs de "classique" écoutent... parfois.
    ton entrée en matière est d'une formidable exactitude, comme pour les noces de figaro ou lulu de berg, cet opéra transpire le désir, l'attrait sexuel, l'érotisme, la luxure mais aussi l'innocence qui passera de la virginité à la passion, l'addiction.
    un sacré sujet pour un film encore virtuel qui ravirait un metteur en images audacieux.
    ce chevalier à la rose est un chef d'oeuvre du post romantisme.
    tu n'auras pas besoin de m'obliger à regarder et écouter jusqu'au bout, c'est bien sûr déjà fait et pas qu'une fois et cela n'avait rien d'une torture...
    mais il ne sert à rien non plus de s'obliger à se torturer, après tout à chacun son sens du confort.

    à +

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Je pense que Keith voulait me taquiner sur l'accroche. Je sais bien que l'Opéra ne lui "cause" pas... Et si je devais tenter de le convaincre, hum, même accroche mais en extrait La danse des sept voiles, ça c'est chaud et nettement moins métaphorique, enfin, pas que.

      Supprimer