mercredi 14 août 2013

Meurtre dans Un Jardin Anglais: Et si nous en causions? Écoutons Catherine Millet avant.

Sur le forum Papillons Noirs, Kaserio m'a proposé cette vidéo de Catherine Millet qui commente le film.
J'ai finalement écouté la conférence, car nous avions ma femme et moi visionné le film la veille (Liens dans le post précédent) et vu nos réactions très divergentes: Un autre avis? Pourquoi pas.

Maintenant j'ai encore plus de "pourquoi pas"

Ce n'est pas un avis que j'ai écouté mais un éclairage, et malgré l'austérité de la "mise en scène": Un discours unilatéral, un ton hésitant, une image fixe j'ai véritablement accroché.

Il semble que la proposition dans cette vidéo est d'écouter les commentaires puis de visionner le film dans son entièreté. J'ai fait l'inverse. Plus amusant, puisque l'on s'oblige à un autre avis que celui que l'on avait avant.
Sous influence?
Oui mais non. Catherine Millet ne donne pas un avis sur le film, elle apporte des informations sur le travail de Peter Greenaway, ses références et ses thème récurrents.
Aussi elle évite aux futurs spectateurs de regarder le film au mauvais endroit: Ce n'est pas un thriller, il y en a tous les éléments, mais leurs positions sont tellement décentrées que notre compréhension est mise au service d'un quiproquo.
Donc ce n'est pas un polar.
Ce qui explique pourquoi ma Dame passait son temps à s'agacer sur soit un élément de dialogue qui aurait été mal compris soit la suite qui serait illogique.
Elle finissait pas avouer ne pas comprendre les enchaînements et pour finir à penser qu'elle n'avait pas aimé.
C'est marrant cette façon d'hésiter: "Je crois ne pas avoir aimé ce film."

Et Catherine de raconter le TRAVAIL de Greenaway: Issu du monde de l'art conceptuel, dans le domaine de la peinture, Greenaway construit des scènes avec ces règles.
Enfin de l'étalage de culture payante pour l'auditeur, il ne s'agit pas ici d'étaler sa science, mais d'expliquer comment la culture aide à construire.

Un petit mot pas inutile sur les artistes contemporains qui brisent les règles du passé en s'en imposant des nouvelles. Mais il n'y aura pas de place pour le débat "Et le public dans tout ça" Car Catherine ne regarde que l'artiste et n'abordera pas le thème du talent, ce n'est pas le sujet, c'est en ça qu'elle ne donne pas d'avis.

Le BAROQUE pour expliquer l'absence de dénouement au profit de l'instant.

La qualité des dialogues, Sade, la place de la femme dans le cinéma de Greenaway etc....

Passionnant et merci Kaserio et merci Catherine Millet.

Et vive Peter Greenaway.


"Meurtre dans un jardin anglais" de Peter... par forumdesimages




5 commentaires:

  1. Oh! Voilà qui m'interpelle... vais y revenir. Je suis à la course. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’imagine. Me trouver une heure pour l'écouter (par petits bouts en fait) n'a pas été facile

      Supprimer
  2. Oui je sais, je suis à la bourre mais figure-toi que je reviens de 3 semaines dans le monde réel et on ne s'en remet pas comme ça.

    Donc juste un mot pour dire que j'aime Greenaway en général et The Draughtsman's Contract en particulier. Certains de ses films sont assez difficilement accessibles, celui-ci me parait être un des plus faciles. Peut-être à cause de sa fausse intrigue de polar justement. Et d'un montage plus classique que ce qu'il fera plus tard. Le titre français est très trompeur en appuyant le côté polar.

    Dans mon souvenir - je l'ai vu plusieurs fois mais plus depuis quelques années - chaque séquence constituait un enchaînement qui amenait à la réalisation d'un tableau. Chaque tableau constituait une pièce d'un puzzle et en même temps un indice sur le meurtre. Bon, il faut vraiment que je trouve du temps pour regarder cette vidéo.

    Sinon tu connais ses autres films ? Zoo, Le ventre de l'architecte, Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant de la même époque sont assez ouverts. Drowning by numbers est plutôt jouissif avec des niveaux de lecture différents et son titre jeu de mot. A partir de Prospero's book je trouve que ça se complique et j'en connais peu des derniers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zoo & Le ventre, non. Cuisinier oui et surtout le Drowning celui ci je l'adule... Ensuite il nous a largué, des films qui méritent un guide de "lecture"
      Merci et j'espère que tes échappés dans le monde de chair et de sang t'ont été profitables!!

      Supprimer