dimanche 17 mai 2015

John Lewis (Mon coeur déborde de coups de coeur car mon coeur me manque 1/5)


Tellement de coups de coeur que je m’apprêtais encore à repousser ce rendez-vous. Mais quand même.

Et si on se focalisait sur un titre. Rare en jazz d'évoquer non pas un jeu, un ensemble, un courant, une virtuosité, un artiste, un instrument ... Un titre, juste un titre;

Un nom.

DJANGO

Voyez vous, quand un être vous manque, il y a alors un espace à remplir.
Quand les amis et ma famille ne sont pas autour de moi, il me reste ... la musique.

La solitude, le temps ce chemin qui semble plus long qu'avant. Devant cet horizon qui a perdu de sa définition.
Il ne me reste qu'à me faire accompagner. Littérature, cinéma... Mais en fait, surtout la musique.

DJANGO

Ces premières notes, comme chez Brel et la pendule qui dit oui, qui dit non. Elle attendra.

Ce titre m'a de suite pénétré, rempli, raccourci ce temps qui redevient mon ami. Comme un moment de tristesse qui reprend lentement goût à la vie.
Sans excitation qui serait malvenu, juste quelques moments de tendresses et de complicité. J'ai déjà dit que ce Jazz s'invite souvent chez moi, pour moi.

001 John Lewis - The Garden Of Delight - DJango



Haaaa le coup des petites notes pour préfacer la mélodie à suivre. Encore ici

001 John Lewis - The Garden Of Delight - And In The Beginning



Par association d'idées. Les notes qui tapent. Je ne peux m'empêcher de faire appel à ce démon de Liszt, qui lui, quand il s'invite chez moi, c'est par effraction qu'il fait rugir sa tempête et seulement ensuite de proposer quelques caresses dans les cheveux avant de recommencer à tout me bouleverser.



001 Denis Matsuev - The Carnegie Hall Concert - Franz Liszt - Sonate En Si Mineur S. 178




Bon, un peu de retour au calme....




002 John Lewis - The Garden Of Delight - Concorde


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire