dimanche 8 janvier 2017

Jay Reatard, Un petit génie habilement caché sous des allures de branleur ultime ... On aime tous ça non ? (EWG, France 2017)






"La viiiiiiieeee ne fait pas de cadeauuuuu"
Bon, je suis accro à ces revues qui proposent des discothèques idéales, des encyclopédies musicales, de revues des bla bla bla.
C'est que je me nourris au bla bla.
Et dans ce cas le journaliste peut exprimer sa joie sans penser à la promo.

Donc R&F sort une "Grande Discothèque" et les commentaires sont tout frais, pas de la récup. Bien, bravo pour le boulot.

Donc toujours, c'est en pleine méditation aux toilettes que je tombe sur la page 183 et un article sur Monsieur Reatard.
Un MAGIC de novembre 2008 m'avais mis sur la piste du nommons le, avec un critique qui nous parle des Byrds, de Dinosaur Jr... J'aurai du mais j'ai pas eu le temps, vieille histoire...

Donc le monsieur de R&F attaque à coup de référence. Oui, c'est facile, mais celui qui n'a jamais tenté de faire écouter un titre en le surlignant d'un "Tu verras on dirait du..." ...
... que celui là finisse cette phrase tout seul!!


001. Jay Reatard - Singles 06-07 -  Night Of Broken Glass
Whouaaaa, voilà, tiens, rien que là. J'ai envie de dire que tout le Hard Trash Metal Dead Blood of La Mort Rock que je respecte ne m'atteint pas comme m'atteint encore même aujourd'hui ÇA!!

Je vous passe d'autres extraits tandis que je cherche mes mots

002. Jay Reatard - Singles 06-07 -  I Know A Place
003. Jay Reatard - Singles 06-07 -  Let It All Go
Haaa mon Black Franck Blackist Pixilisé, si tu avais juste gardé cette pop rentre dedans, avec ce genre, je suis obligé de reprendre tous mes TAG "Power Pop" pour les modifier en "Chant Gregorien" je peux pas avoir plus tort

Voilà, comme le dit le monsieur, c'est que Black Pixies même si! N'écrit plus comme ça des trucs... Ni le Iggy qui sert aussi de référence.

004. Jay Reatard - Singles 06-07 -  Oh It's Such A Shame
005. Jay Reatard - Singles 06-07 -  Don't Let Him Come Back
Alors lancé dans mon enthousiasme, et que même en Hiver froideux on est bien content d'un apport de nuclénergie sans danger... je fouille dans le futur du monsieur, à tel point que je ne lis pas la fin de l'article de R&F.... Mais EWG veillait.

Ainsi je décide de regarder Jay dans le fond des yeux:



Houlà... même pas peur, car dès que j'entends... et quand je dis entendre,

001. Jay Reatard - Watch Me Fall -  It Ain't Gonna Save Me
002. Jay Reatard - Watch Me Fall -  There Is No Sun
C'est tout le corps qui entend, ça entre par tous les orifices, ça en invente même pour atteindre toutes les terminaisons nerveuses, intelligence, sexy, énergique, colérique, jouissif...  les émotions à contribution.

001. Jay Reatard - Watch Me Fall -  Man Of Steel
002. Jay Reatard - Watch Me Fall -  I'm Watching You
J'ai parlé des Pixies, mais j'y retrouve aussi cette énergie immature que j'aimais retrouver (pourquoi au passé?) chez les Ramones, les Buzzcocks.

Et quand il se permet d'écrire en urgence un titre que j'irai bien offrir à mes SPARKS cheris (faudra y revenir à ceux là). Je fonds de bonheur

001. Jay Reatard - Watch Me Fall -  Nothing Now
Allez on se fait encore plaisir

002. Jay Reatard - Watch Me Fall -  Hang Them All



Sinon, quand on creuse, c'est qu'il est partout et inattendu le monsieur... Exemple


 001. Terror Visions - World Of Shit -  World Of Shit


Hein? Quoi? Je crois deviner chez certains que finalement c'est pas trop dur tout ça, deux ou trois notes, 1mn 30 et c'est plié.
Tout le monde peut le faire!!

Ha ouai? Vous gênez pas, et je dis pas ça par provocation mais plutôt par invitation.
Car si j'avais lu l'article jusqu'au bout dans R&F au lieu de me jeter sur la musique comme la misère sur un périodique, j'aurai pu y trouver...

Coke, Alcool, Épuisement, Débauche et abus d'INVENTIVITÉ, Reatard meurt à 29 ans, le 13 Janvier 2010 à Memphis. Une OD de sur-créativité (Benoit Sabatier, France 2016)
Hé oui, Monsieur Keith Michard qui me disait il y a peu

Pour le coup, tu n'es pas en… Reatard !!!!! (Keith, France 2017)
Tu vois, c'est vraiment trop tard.

C'est donc finalement EWG qui aura eu le mot du début de la fin....
Une chouette épitaphe.

Jay Reatard, Un petit génie habilement caché sous des allures de branleur ultime ... On aime tous ça non ? (EWG, France 2017)

7 commentaires:

  1. Une grande référence que je n'ai pas correctement écoutée pour le moment. J'ai papillonné entre tes extraits choisis, ça donne envie... Je vais prendre le temps de me lancer, après ton texte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question? Tu es sur ma liste dropN J'ai un trou de mémoire? Si tu me donnes une adresse vers lusdevant at yahoo point fr, je t'ajouterai comme abonné et du coup tu auras l'album chroniqué mécaniquement... Tu sais quel plaisir on a à partager. J'ai bien vu vos classements.. mais il me faut du temps, problème de "digestion" ;-)

      Supprimer
    2. J'ai peu de mémoire disque et puis y'a le streaming, donc c'est gentil mais je ne vais plus trop sur Dropbox !
      Prends ton temps ;) à+

      Supprimer
    3. C'est noté et c'est noté.... En espérant qu'en streaming il a une bonne couverture?

      Supprimer
  2. Je m'étais peut-être avancé, si ça se trouve je suis le seul à aimer ''ça'', les branleurs je veux dire.
    En tout cas rien ici ne me fait regretter mon avis ...
    Et puis si un professionnel a pu le glisser dans une discothèque idéale c'est que tout n'est pas encore perdu !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que des comètes comme ça, forcément, on espère...

      Supprimer
  3. Ah mais oui.... au début je me disais ..ça me dit qqchose, et en voyant la pochette bleu de "Watch me fall" tout m'est revenu. J'avais adoré ce disque de gros branleur bien défoncé ;D
    Merci du rappel..biz les branleurs

    RépondreSupprimer