samedi 1 novembre 2014

De l'Attente (Martin Carr, Dominique Dalcan, les Blog Copains)



Et voilà, on s'absente du net pendant quelques jours et ....

Quoi? Cela doit faire du bien un peu de reposer son esprit, de vivre davantage dans le monde réel?
Non, non, vous ne me laissez pas finir.

... et voilà l'attente qui s'installe, le vivement que... Effectivement pas mal de chose s'est passé dans le cercle de blog que je me suis créé. Donc de la lecture, de la découverte, de l'opinion. Je ne vous raconterai pas d'histoire, ça m'a manqué. C'est un peu, en ce qui me concerne  ==>

==> comme de se priver de lecture pendant quelques jours, et ce plaisir d'ouvrir à la marque page pour enfin plonger dans... (Je sais j'abuse des points de suspensions pour marquer une suite connue par chacun, mais différente pour tous)

==> comme de ne pas avoir vu un ami depuis...

==> comme manquer des occasions d'apéro

==> comme ne pas avoir écouté de musique pendant!! NON NON ça jamais, de la musique, j'en ai partout, je suis candidat à cobayer un système de greffe pour avoir accès direct vers mon cerveau les titres de musique qui me hantent




L'attente. Courte.

BOO RADLEYS & MARTIN CARR

Heureusement, en Aout 2014, qu'il y a eu le post de Vincent sur les Boo Radleys

The Boo Radleys - Find The Answer Within (1995)

Pour me souffler le nom de Martin Carr et voici l'attente créée!!

Voyez vous, je n'ai pas une mémoire phénoménale des noms d'artistes, cela prend du temps, je ne l'ai plus. Et si j'adore les Boo, je n'ai pas eu la curiosité de jeter un oeil approfondi (Méditez l'image de ce qu'est un oeil profond!!) sur les artistes qui composaient le groupe.

Ado, je ne dis pas, avec des pochettes de disque en main pour lecture, mais à presque quarante ans et un CD de bibliothèque en main. Just music!! But What a music!!!

Pour rattraper le temps pop perdu, je me fiais à des conseils - genre rétrospective - des Inrock pour découvrir des groupes marquants.

Pour les Boo cela a été le coup de foudre. Surtout dans cette évolution de Pop explosif et martial, comme ceci:

0001 Boo Radleys - Giant Steps - Leaves and Sand


Le froid et chaud pour finir avec un concert de cornemuses tandis que la guitare sature l'air aux alentours et une batterie qui se transforme en tambours d'enfants de troupe. P'tain j'en frissonne encore et toujours (Notez l'apostrophe qui atténue éloigne un peu la ligne jaune de la vulgarité, un peu j'ai dit)

Et approcher d'une pop solaire qui respire le bonheur de vivre, du Beatles gonflé à la vitamine C. Idéal pour les hivers. Enfin une musique qui nous nous fait sentir en plein respiration. Nous sommes bien vivant.

0002 Boo Radleys - Kingsize - Kingsize

Chez moi, la piqûre de bonheur se plante un peu avant deux minutes du début.

Tout ça c'est en 98. Depuis je m'écoute les Boo, régulièrement, comme ça. Sans avoir pu imaginer qu'un jour je retrouverai cette voix, ce timbre, cette légèreté.

Donc, dès que Vincent a annoncé l'album, j'ai attendu, attendu, vérifié, écoute un peu sur Spotify, mais pas trop, comme si l'attente était bien sur un quai de gare et pas au téléphone.

Voilà.

Voilà "The Breaks" avec son titre ONE "The Santa Fe Skyway"

0003 Martin Carr - The Breaks - The Santa Fe Skyway

Hooo comme c'est bon. Vous le savez, quand il y a cette retrouvaille, quand il y a chant humain, c'est la VOIX. La voix qui nous prend dans ses bras (Une voix avec des bras? Un oeil profond?).

Martin Carr, je le sens , a préparé son album dans le même esprit, il faut un premier titre qui explose notre coeur d'attente. Pas le droit de décevoir.
Pas de prise de risque diriez vous? Faut voir, je ne pense pas que le marché de la musique va rendre milliardaire notre Martin.
Alors Martin, ne s'adresse pas aux millions d'acheteurs potentiels, mais aux intimes qui le connaissent.

Ensuite? Ensuite, un deuxième titre pour éviter de revenir tout le temps au premier (j'ai eu du mal) et quand au troisième ... Un troisième au lent tempo, et à cette mélodie qui utilise tous son savoir faire pour nous bercer dans ses fameux bras.
Le retour est une réussite et donc tout l'album rempli la quai, car impossible de ne pas continuer l'écoute.

Alors pour les Boo Radleys, vous savez quoi faire. Les autres? Quelques titres, pauvre tentative pour agrandir le cercle des intimes.
(Un chouette article dans le MAGIC de Novembre 2014)


0004 Martin Carr - The Breaks - St Peter In Chains


0005 Martin Carr - The Breaks - Mainstream






L'attente. Longue.

DOMINIQUE DALCAN




Encore une attente. Mais celle ci a été longue, longue... C'est MAGIC, le mensuel musical, qui nous relançait régulièrement.

Pour certains c'est Dominique A qui représente une musique refuge, pas trop de succès mais assez pour que l'artiste continue à composer. Enfin je suppose.

Je ne parlerai pas de musique refuge, mais Dominique D donnait à entendre une musique qui me rendait absurdement fier de l’écriture française en musique populaire. Quel dommage que le terme variété soit propriété d'un quiproquo.

0006 Dominique Dalcan - Cannibale - Brian

Donc presque vingt ans. Un artiste malade qui annonce son retour. qui prépare son retour. qui fait son retour. Toujours MAGIC à l’affût de notre oubli.

Et enfin, métaphorant écrivant, je sors le vinyle de sa pochette à la pochette resurective. La platine, le bras tremblant, le diamant qui descend lentement. Le clac de son atterrissage. Un léger grésillement, un bruit blanc.
Chhuuuut.
Je me suis isolé, impossible de me déranger. Je plonge. J'ai des vivres pour cent ans.

Alors? Dominique? Comment ça va?
Dominique répond

0007 Dominique Dalcan - Hirundo - C'était Quoi La Question

Jamais je n'avais ressenti cette impression. L'union forte entre l'attente de l'auditeur et l'artiste qui approche en confident.
Certes, je m'étais mis dans cet état d'esprit. Mais je ne m'attendais pas à vivre un moment aussi fort.

Ensuite, Dominique s'installe sur un siège, guitare en bandoulière, comme pour la magie du cinéma, j'ai tout un groupe derrière pour assurer la musicalité, je ne les vois pas mais je les entends.
J'écoute son histoire, une histoire à la littérature forte pleine de déchirement.

Dominique? Pourquoi moi?
Parce que tu m'écoutes!

0008 Dominique Dalcan - Hirundo - Un Signe D'ouverture


0009 Dominique Dalcan - Hirundo - La Clope Au Bec

Je fini sur le refrain un peu absurde du pourquoi lui pas de succès à grande échelle alors que...
Alors qu'il pourrait avoir sa place dans la chanson française, ceci dit un Calogero l'inviterait, il y aurait un risque, faible le risque, qu'un auditoire dès la première écoute balaierait les invités récurrents pour continuer un bout de chemin avec lui.
faible le risque, mais mieux vaut ne pas le courir.

PS: L'attente, comme c'est bon. N'est il pas?

8 commentaires:

  1. Il y a rien qui me parle dans ton post, mais bon ça fait toujours plaiz un petit com sur post vierge. Et puis, c'est comme dans les boutique, il suffit qu'un client rentre pour que les autres se bousculent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je sais que l'univers POP ne t'a jamais approché. Disons que dans les deux cas, je suis content quand même d'avoir exprimé mon attachement, surtout à Dalcan, sa chanson sur sa maladie a réussi à se placer au bon endroit (La clope) c'était pas évident
      Et effectivement merci d'être passé, cela fait une attente moins longue ;-)

      Supprimer
  2. Très jolie page. J'ai un cadeau pour toi... On se retrouve en privée...

    RépondreSupprimer
  3. Moi j'aime la POP (merci Magic!) alors les Boo Radleys ça me parle évidemment énormément parce que beaucoup beaucoup écouté!!! Le retour de Martin Carr est donc une bonne nouvelle...tout comme Dominique Dalcan découvert avec "Brian", beaucoup écouté son Ep avec "Aveugle et sourd" (le titre m'échappe) et suivi ensuite avec son projet Snooze... belle évocation, comme d'hab'!!! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison de préciser SNOOZE. J'ai mais je n'ai pratiquement pas écouté. Sans autre raison que le manque de temps

      Supprimer
  4. Ah, les Boo Radleys, quel groupe. Le Shoegaze/Indie Pop dans toute sa splendeur !!
    "Everything's Alright Forever", "Giant Steps", même le parfois décrié "Kingsize" !
    Et oui, la Pop est sympa (ça pourrait presque être un titre de Katerine).
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup "La Pop Est Sympa" une belle maxime, sans prétention, comme de la pop

      Supprimer