dimanche 15 mai 2016

VDgégé VITAL Les rescapés de la Prog pour pas un rond



Carrefour de circonstances:
La chronique de JeePeeDee qui n'aime pas tant que de ne pas taper sur le genre "Rock Progressif" (Va t'y retrouver avec toutes ces négations) et avec humour le salaud.
Mais qui sauve King Crimson, parce que King Crimson, ce n'est pas de la ... comme disait Feu Coffe.

C'est ici ==>

En pleine mode badge Punk, 77, déjà je trouvai injuste ce balayage des artistes classés en "Rock Progressif", pas encore de théorie fumeuse à l'époque, maintenant j'assure en théorie ex fumeur.

Non, à l'époque j'aimais beaucoup de ces groupes, c'est tout, et comme j'aimais je n'allais pas me renier... Déjà cette force de caractère qui devait faire la fierté de mes voisins de couloir.

Tiens, même, à Londres en pleine furie Talking Head "77" je me suis payé l'album de U.K. donc, hein.



Quelques rescapé de l'entreprise de démolition.
Tu as le look coco pourrait être l'explication.
Ceux qui avaient soigné leur image ou qui en possédaient une sur mesure, ceux là sont passés entre les gouttes.

Roxy et Bryan le dandy, Fripp Larguant Crimson juste à temps, Gabriel idem ... et mon mien à moi, les maudits.

Ladies and gentlemen (Non, pas celui là) laissez moi vous présentez le groupe, l'album et l'oeuvre que je vénère.
En Prock il n'y a pas beaucoup de créations, ambitieuses, dont je ne me lasse pas après moult écoutes. Dont j'attends le frisson toujours intacte.

"Jungle Land" de Springsteen, "Cortez" & "Hurricane" de Neil Young, "Every Step Of The Way" de Santana, "Starless" de King Crimson et ....

001. Van Der Graaf Generator - Vital (Cd 1) -  Still Life

Ce disque, ce chant, ce cri cette douceur me hante. Je le pense pour quelque chose dans mon amour de l'Opéra.
La chute en apnée tout éveillé. Le temps qui s'arrête.
Lyrique!! De couleurs brillantes, Noire, Rouge et Or.
Aleph mis en musique.




002. Van Der Graaf Generator - Vital (Cd 1) -  Last Frame



Tu m'étonnes que personne ne se serait aventuré à traité de has been, de dinosaure ces perdants magnifiques.
Vital était la dernière chance financière de maintenir le groupe à flot. D'où ce nom, VITAL.

Van Der Graaf au Marquee Club. Si vous connaissez la salle et si vous écoutez cette musique écrite au charbon.
Cette énergie noire mais positive à mon sens, le pendant, le miroir de la négation que nous trouverons plus tard chez Joy Division


001. Van Der Graaf Generator - Vital (Cd 1) -  Medley, A Plague Of Lighthouse Keepers,sleepwalkers





Je suis malheureux de ne pas aboutir.
Je devrai prendre des années, peaufiner mon texte, le réduire, ne garder que les mots forts, que chacun sache frapper au coeur le lecteur.
Cet album m'habite mais mes écrits en limitent la portée.

Le chant de Peter Hamill est un labyrinthe, le violon nous sauve des sables mouvants poussés que nous sommes par la rythmique lourde et angoissée.

J'essaie, j'essaie... Il y a de la folie ici, il y a de l'interdit, le sang coule, mais dans nos veines... Nous sommes vivants ... Malheureux parfois ... mais vivants.

001. Van Der Graaf Generator - Vital (Cd 2) -  Pioneers Over C



12 commentaires:

  1. Joli ricochet avec King Crimson. Je suis sûr qu'en grattant, on en trouve d'autres. Tiens, Hatflied and the North par exemple. Sans parler de Caravan... Mais Van der Graaf, la classe. Marrant, ça me rappelle un peu The Fall (au risque de choquer mais j'y peux rien si c'est le cas) par moments ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En parlant de ricochet. Hatfield je ne connais pas du tout et Caravan je peux faire semblant j'ai déjà entendu, mais connaître? Non. J'ai un moyen littéraire de creuser puisque je suis les écrits d'un petit jeune.
      Si tu en as l'occasion il pourrait te "retrourner" comme on dit dans les livres d'Espionnage. Il a écrit sur le Prog et il vient de sortir "L'école de Canterbury", Aymeric Leroy. Particularité? Né en 1973. Donc il regarde le genre comme une découverte hors contexte d'époque son autre bouquin sur la "prog" plus en général est un must.
      The "Fall" tiens, me fait pen,ser aux échanges chez toi, le type de groupe que ti devines dès la première écoute qu'il t'en faudra plusieurs mais tu sens que cela va valoir le coup. Comparaison inattendue et flatteuse.

      Supprimer
    2. Arrête je pleure. Non seulement mon disque (celui du chevet) de Hatfield doit être dans un carton du côté de Niort, mais en plus, trouver un libraire ici, pff... c'est peut-être le trésor des pirates ! Mais bon, je le note sur mon petit calepin pour ma petite escapade parisienne de juin...

      Supprimer
  2. Cet album, mon Dieu dirais je !...
    pourquoi ?
    Parce que j'ai assisté à l'un des concerts de cette tournée et qu'encore aujourd'hui il me hante, me reste en esprit, je ne peux m'en "défaire"...
    Il y avait là une puissance hors du commun, hors de l'acceptable, hors de ce que j'avais pu imaginer comme implication musicale jusqu'alors.
    Juste dans la lignée de ce "Over" de Peter H, puis de ses aventures en PH et autres extra soliste, je venais de découvrir VDG par PH, pas en soit, mais par cet homme tellement "artiste", tellement lui même, comme une autre incursion chez Fripp en disengage où il balaie tout d'un trait de voix..
    rare, unique, juste assez fou ou tellement trop fou pour croire que cela ait été possible que d'assister à un tel délire.
    tu vas me remettre dans cet univers, ça va me faire étrange, mais je vais y aller, y retourner...
    THX

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette chance que tu as eue, moi je n'ai que l'idée que je me fais et Catherine, elle, avait précieusement gardé le billet du concert car avant de me connaître Madame sortait. Envieux ou jaloux le Antoine, vite un dico.

      Supprimer
  3. C'est un continent musical que je me mets à découvrir mais surtout pour ce qui est plus récent pour le moment, sans doute plus accessible que ce groupe, ça va demander du temps. ...
    Comme je sais que Pascal et toi êtes assez fans je compte sur vos futurs papiers pour m'éclairer un peu dans cette jungle. ...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, vrai de vrai, il y a moyen de passer par des albums moins bruts, plus arrangés, peut-être un peu dépassé? Un signe, VDGG est populaire en Italie. Allez, trêve de bavardage, un bonus si tu en as le temps, je fais un billet vite fait prétexte à passer VDGG dans un période plus harmonieuse avec le risque que tu trouves àa terriblement... Je m'y colle

      Supprimer
    2. over, de PH, sans hésiter, pour plonger...
      puis Enter K...
      VDGG, impossible de choisir... still Life ? allez au hasard commence par là.

      Supprimer
    3. Ce sont des titres que tu me donnes là Pascal ?
      Merci, je commencerai par la des que j'aurai récupéré l'album. ... et j'ai trouvé ce WE un live de Zappa, dans sa série des "you can't do that on stage anymore", un truc de fou ! !!! Je dis ça parce qu'il me semble que tu aimes. ...;)

      Supprimer
    4. des albums...
      Zappa...
      Oh que oui j'aime, bien sur !.

      Supprimer
  4. Globalement, j'arrive plus à rentrer dans la musique de Peter Hammil que dans celle de VDG (qui, oui, sonne à mes oreilles toujours top prog). Alors qu'en solo, Peter Hammil me touche plus spontanément, parce que les arrangements sont plus "légers".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, même ce public? Au son saturé, lourd et sale un peu le King Crimson de Earth Bound tiens

      Supprimer