dimanche 22 juin 2014

Une Petite Pierre pour suivre le dernier Clint Eastwood: The Four Seasons



C'est pour rebondir sur le dernier Clint Eastwood, consacré à la carrière des Four Seasons.
Peut-être l'occasion de découvrir au moins l'importance qu'à eu ce groupe dans les années et 60 et 70 et ….
Ce qui peut rapidement revenir en mémoire ce sont les titres chantés à voix haut perchée tel « Big Girls Don't Cry » ou « Sherry ». Leur participation à Grease (Avec hum Travolta) les originaux tel « December 1963 (Oh What A Night!) » que Cloclo a repris ou – et surtout - « Can't Take My Eyes Off You » titre repris par ailleurs qui a failli me rendre fou en BO de Voyage Au Bout De L'enfer.

Pour parler d'éclectisme, il y aura beaucoup à raconter sur un groupe qui veut rester dans la course... Doo Wop, Pop, Disco....

Moi, ma pierre, c'est un ailleurs magique. L'album « The Genuine Imitation Life Gazette »

Si vous tombez sur l'article du Dico de Assayas, il y a un énorme contre-sens. Une malécoute flagrante. L'article parle « d'un résultat proche du désastre » Étonnant de la part d'un Philippe Auclair toujours à la pointe de ce genre musical. J'hésite entre Bizarre et étrange.

Si vous n'êtes plus à conquérir au sujet des Zombies, Beach Boys, Left Banke, Bacharach, Association, vous ne devez pas alors résister à cet album.

On y trouve ces chansons montés en petites suites baroques, des mini opéras qui brassent tous les styles populaires de moment : Sunshine pop, arrangements luxueux, Jazz New orleans, Cabaret... et surtout ce foisonnement de mélodies enchevêtrées à faire pleurer de rage tout manager musical qui y trouve matière à faire plusieurs albums à faire entrer dans les top 10. Alors qu'ici vous avez à faire (affaire?) à un suicide commercial.

Je vous rappelle la référence à chercher, trouver, goûter … et sinon, vous savez où me trouver au cas où.
Four Seasons - The Genuine Imitation Life Gazette

Trois extraits pour achever de vous finir :

American Crucifixion Resurrection

The Four Seasons - Look Up Look Over

The Four Seasons - Idaho

6 commentaires:

  1. A la suite de tes comms chez Jimmy, j'ai écouté le morceau titre. Epatant. une vraie symphonie pop. Je suis moi-même ultra client des groupes que tu cites, comment est-il possible que je sois passé à côté des Four Seasons ?

    Je pense aller voir le film quand même, ça me fera une porte d'entrée sur leur disco. Hier je m'en suis fait quelques uns "Sherry" etc... sur youtube. Tout ça me branche bien, des débuts à ce virage baroque (et sans doute après), j'ai de quoi découvrir !
    Merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les virages sont peut-être violents, puisque ils ont mis de la "Disco" (pas que) dans les suites.
      Valli, on le retrouve dans GREASE.
      Sinon, si tu as ds difficultés pour trouver l'album... Je drop ou je fais le liens mais hors bolg...

      Supprimer
    2. Vas y devant, j'ai du mal à te rejoindre. On a en commun cette partie de billard dans un bled du nord des US dans laquelle Bob DN, Chris W, Fred Cazalle (j'adore) et les autres chantent à tue tête "can't take my eyes...". J'ai tout d'abord eu du mal à savoir le titre (l y a 20 ans) puis j'ai su avec la version disco, puis suis arrivé à F. Valli avec internet . Il y aurais une version anterieure? Ah non! Mais oui, j'y suis! Valli & the four Seasons, je me disais bien que ça me disais quelque chose. Il n'est pas nul dans Grease, et puis y a Sha nana.
      Je veux bien un lien pour écouter avec maman. pseudo@free.france.
      Sinon, il y a du nouveau à la maison. T'as vu que je parlais de toit avec le couvreur.
      PS. Laisse tomber le dico d'Assayas, c'est mal fait, mal écrit, aucune humilité et cela n'éclaire sur rien du tout. 1000 pages de PQ

      Supprimer
    3. OK je le drop pour bientôt si ça te convient.
      Je ne t'ai pas compris sur le toit etc..
      Le dico assayas tu es trop sévère. J'y ai fait de belles découvertes et il s'y trouve des journalistes artistes que j'aime bien, comme Philippe Auclair par exemple (ou Louis Philippe en tant que musicien)
      A suivre

      Supprimer
  2. Ce que j'aime chez Eastwood c'est cette faculté de mettre l'éclairage prémonitoire sur LE truc...
    Shhh - play misty for me...
    Bird premier album éprouvette avec réactualisation du bop - un acte moderniste et revendiqué sur des bandes avec prises de solis gardées soigneusement par l'épouse du mentor du Bop.
    Ici il va te sortir le groupe de l'ombre, improbable, oublié, bluette - limite du has been et il va par le coup de génie te le faire devenir clé, phare, charnière, il va te l'immortaliser...
    Grand,
    Respects...
    et puis les découvrir c'est finalement mettre une pierre dans l'histoire qui avait été oubliée au fond du récipient...
    Alors la construction peut prendre un sens réel - il y manquait surement quelque chose... Clint l'a trouvé...
    Mais c'est Clint... tout sauf n'importe qui...
    à + j'ai du retard chez toi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma crainte (un peu fort le terme) c'est qu'il ait occulté, à juste titre scénaristique, cette courte période Baroque Pop

      Supprimer